Mgr Aillet, évêque de Bayonne, salue la volonté d’unité de Benoît XVI


Sauf avis contraire, les articles ou confé­rences qui n’é­manent pas des
membres de la FSSPX ne peuvent être consi­dé­rés comme reflé­tant
la posi­tion offi­cielle de la Fraternité Saint-​Pie X

Valeurs Actuelles n° 3771 du 5 mars 2009

Mgr Marc Ailler. « Présider à la charité » 

Vous avez salué la déci­sion du pape de lever les excom­mu­ni­ca­tions et signé la lettre de sou­tien à Benoît XVI (www.soutienabenoitxvi.org) face aux cri­tiques que cette mesure lui a values. Quelle est selon vous la por­tée de cette démarche de récon­ci­lia­tion du pape ? 

L’excommunication des quatre évêques était liée stric­te­ment à un acte de déso­béis­sance, puis­qu’ils avaient été consa­crés par Mgr Lefebvre sans man­dat pon­ti­fi­cal, et non à eurs « réserves » sur le concile Vatican II. En levant cette peine, le Saint Père fait acte de misé­ri­corde par rap­port à cette de déso­béis­sance de 1988 et mani­feste sa volon­té d’é­vi­ter un schisme qui com­pro­met­trait dura­ble­ment le retour à la pleine communion.

Ce fai­sant, il entend éta­bl­lir les condi­tions d’un dia­logue plus confiant pour relan­cer la dis­cus­sion sur les points contro­ver­sés du concile Vatina II.

Nul ne peut pré­ju­ger de l’is­sue du dia­logue ain­si renoué, ni de l’ef­fi­ca­ci­té d’une telle man­sué­tude, mais qui ne sou­hai­te­rait que l’on abou­tisse à la pleine communion ? 

Pour l’heure la Fraternité Saint-​Pie X ne retrouve pas pour autant une recon­nais­sance cano­nique, ni ses prêtres une mis­sion dans l’Eglise, mais tout reste ouvert pour par­ve­nir à un accord.

Les polé­miques des der­nières semaines ne témoignent-​elles pas que l’au­to­ri­té pon­ti­fi­cale est quelque chose de très diff­cile à admettre aujourd’­hui pour beau­coup de gens, y com­pris des catholiques ?

Les décla­ra­tions néga­tion­nistes insou­te­nables et offen­santes de Mgr Williamson sont venues para­si­ter la déci­sion du pape et brouiller son mes­sage : les médias ont sur­fé com­plai­sam­ment sur ces pro­pos pour jeter le soup­çon sur les inten­tions du Saint-​Père et dis­cré­di­ter son auto­ri­té. Et si un cer­tain nombre de fidèles catho­liques ont expri­mé leur incom­pré­hen­sion, voire leur révolte, c’est peut-​être aus­si parce qu’ils ne trouvent pas tou­jours auprès de leurs pas­teurs le regard dis­tan­cié et le juge­ment théo­lo­gal qui leur per­met­traient de prendre un peu de hauteur.

L’autorité du pape est un ser­vice confié par le Christ lui-​même à Pierre et à ses suc­ces­seurs : c’est l’en­sei­gne­ment très clair de Vatican II qui rap­pelle « le pou­voir plénier, suprême et uni­ver­sel »du pon­tife romain. De plus, sa mis­sion est « de présider à la cha­ri­té », et nul ne sau­rait repro­cher à Benoît XVI de por­ter concrè­te­ment ce sou­ci. L’autorité du pape fait par­tie de la foi catho­lique, aujourd’­hui comme hier. D’ailleurs, en ces jours d’é­preuve, de nom­breux fidèles, sou­vent igno­rés des médias, mani­festent spon­ta­né­ment leur sou­tien à Benoît XVI. 

Que répondez-​vous à ceux qui craignent que cette main ten­due aux tra­di­tio­na­listes ne pro­voque un « schisme silen­cieux » de catho­liques de l’autre bord ? 

Le fils aîné se scan­da­li­se­ra tou­jours de la misé­ri­corde du Père de la para­bole envers le fils pro­digue ! Cela n’empêchera pas le Père, et d’ac­cueillir le fils cadet, dont il n’i­gnore pour­tant rien de la démarche inté­res­sée, et de sup­plier le fils aîné de res­ter dans la mai­son. Hier, des catho­liques ont quit­té l’Église pour avoir été bles­sés dans leur foi par la« rup­ture de tra­di­tion » opé­rée par ceux qui se récla­maient d’au­tant plus de « l’es­prit du Concile » qu’ils en inter­pré­taient les textes de manière arbi­traire. Aujourd’hui, j’ai peine à croire que l’on puisse quit­ter le navire pour une démarche de récon­ci­lia­tion et d’u­ni­té, à moins que ce ne soit pour le rap­pel d’un ensei­gne­ment tra­di­tion­nel, qu’on avait pris l’ha­bi­tude de contes­ter, en se récla­mant indû­ment du Concile ? Mais comme dit Jésus : « La Sagesse se révèle juste dans ses enfants » (Mt 11, 19).

Propos recueillis par Laurent Dandrieu pour Valeurs Actuelles

Communiqué de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, du 25 jan­vier 2009