logos-lpl-separator-blc

Le cardinal Bergoglio et la Fraternité Saint-Pie X en Argentine, par l’abbé Christian Bouchacourt – 14 mars 2013

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

DICI a recueilli l’avis de l’abbé Christian Bouchacourt, supérieur du District d’Amérique du sud, le soir de l’élection du pape François, cardinal-archevêque de Buenos Aires en Argentine.

Le cardinal Bergoglio veut être un pauvre parmi les pauvres. Il cultive une humilité militante, mais qui peut se montrer humiliante pour l’Eglise. Son apparition à la loggia de Saint-Pierre en simple soutane sans son rochet et sa mozette de pape en est la parfaite illustration.

C’est un fin politique… Apôtre idéaliste de la pauvreté des années 70, il est tout entier tourné vers le peuple, les pauvres, sans pour autant être un disciple de la théologie de la libération.

Très conscient de l’état de délabrement de son clergé, il n’a rien fait pour arranger les choses. Jamais le séminaire de Buenos Aires n’a eu aussi peu de séminaristes qu’aujourd’hui.

C’est un désastre comme ont été un désastre les liturgies présidées par le « cardinal des pauvres ». Avec lui, nous risquons de revoir les messes du pontificat de Paul VI, bien loin des efforts de Benoît XVI pour remettre en honneur des cérémonies liturgiques plus dignes.

Il s’opposa assez fermement à l’avortement. Mais s’il écrivit une belle lettre aux carmélites de Buenos Aires contre le projet de « mariage » homosexuel – qui pour finir a été malheureusement voté –, il fit lire un discours lamentable lors de la manifestation d’opposition contre ce projet, dans lequel le nom de Notre Seigneur ne fut pas prononcé une seule fois, alors que le pasteur évangéliste qui le précéda pour haranguer la foule fit un discours plus courageux… (voir )

Au cours d’une réunion œcuménique il s’agenouilla pour recevoir la bénédiction de deux pasteurs. [Photo ci-dessus]

C’est un homme de consensus, qui a horreur des affrontements. Il se désolidarisa des catholiques qui dénoncèrent des expositions blasphématoires qui ont eu lieu à Buenos Aires.

Je l’ai rencontré 5 ou 6 fois et il m’a toujours reçu avec bienveillance, cherchant à m’accorder ce que je demandais, sans se démener en cas d’obstacle…

Sources : FSSPX – du 15/03/13

fraternité sainte pie X