Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   13 mai 1917 - La première apparition de Notre Dame : La « Cova da Iria », lieu solitaire et désolé, abbé Delestre

Accès au dossier sur les apparitions de Notre-Dame
Accès au dossier consacré aux apparitions de Fatima

3 mai 1917 - La première apparition de Notre Dame :
La « Cova da Iria », lieu solitaire et désolé, abbé Delestre

Lire aussi : Apparition du Dimanche 13 mai 1917. « Je suis du Ciel »
Première apparition de Notre Dame : la date du 13 mai, présage
du grand triomphe à venir du Cœur Immaculé de Marie, abbé Delestre

Les trois apparitions de l’Ange, en 1916, préparèrent admirablement les âmes des trois pastoureaux Lucie, François et Jacinthe aux apparitions de Notre Dame, qui eurent lieu l’année suivante, du 13 mai au 13 octobre, à deux endroits différents mais assez proches des apparitions angéliques, toutes ces apparitions s’étant déroulées sur le territoire de la paroisse de Fatima.

Cinq des six apparitions de Notre Dame, à l’exception de l’apparition d’août, se déroulèrent à deux kilomètres environ du village natal des enfants, Aljustrel, en un lieu appelé par la population locale « Cova da Iria », ce qui signifie : cuvette d’Irène. Il s’agit en effet d’une vaste cuvette circulaire de près de 500 mètres de diamètre, sur la partie sud-est du plateau où est situé la paroisse de Fatima.

« La Cova da Iria est de fait une vaste conque entourée de petites élévations ; le tout forme un magnifique amphithéâtre naturel capable de contenir des foules très nombreuses. Depuis trois générations, la famille dos Santos [famille de Lucie] possédait tout l’espace compris entre le fond de la cuvette et le sommet où a été construite la basilique de Notre Dame du Rosaire. Ce lieu était ombragé par des chênes verts. » (1)

La population locale lui avait donné le nom d’Irène, en hommage à la grande vierge et martyre chrétienne de la région, Sainte Irène, qui vécut au VII° siècle et « dont le corps fut enseveli avec honneur à Scalabis, ville honorée plus tard du nom de la sainte », nous dit le martyrologe à la date du 20 octobre. Il s’agit de la ville de Santarém (contraction de Santa Iria) qui est aujourd’hui le chef-lieu du district administratif où est situé Fatima.

Peu après les apparitions de 1917, le journal « O Mensageiro » donna cette description de la Cova da Iria : « Le lieu appelé Cova da Iria est affreux… Assez aride, sans eau, la montagne de Fatima ou de Reguengo n’a rien d’admirable : chênaies, amoncellements de rochers, pinèdes et, çà et là, lopin cultivé. C’est une cuvette sans horizon lorsqu’on passe par la route qui va de Fatima à Ourem. Il y a une végétation montagnarde. » (2)

Comme pour Lourdes, Notre Dame choisit donc un lieu solitaire, sans attrait, désolé et oublié des hommes, pour apparaître à trois petits pastoureaux illettrés et leur délivrer là un message capital destiné à toute l’Eglise et à toute l’humanité. Ainsi se vérifie une nouvelle fois la parole de Saint Paul, dans sa première Epître aux Corinthiens (I27-29) : « Ce que le monde tient pour insensé, c’est ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ; et ce que le monde tient pour rien, c’est ce que Dieu a choisi pour confondre les forts ; et Dieu a choisi ce qui dans le monde est sans considération et sans puissance, ce qui n’est rien, pour réduire au néant ce qui est, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. »

Il semble bien que ce lieu dit « Cova da Iria » ait attiré la prédilection de Dieu des siècles à l’avance, comme le laisse supposer l’émouvant témoignage suivant, daté de 1989, tout à fait crédible et digne de foi, qui relate la prophétie d’un grand miracle en ce lieu par le bienheureux Nuno Alvares Pereira, béatifié le 23 janvier 1918 par le pape Benoît XV, qui joua dans l’histoire du Portugal exactement le même rôle que notre Sainte Jeanne d’Arc dans notre histoire de France :

 « J'ai soixante ans puisque je suis née le 4 avril 1928. J'ai demandé au Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie de m'aider à rédiger ce que je vais raconter. Le jour de Noël, à la Messe de l'Aurore, quand j'ai reçu Notre Seigneur, je Lui ai demandé la lumière pour bien faire ma narration. (…) Bien que maintenant je vive à Parede [Nord du Portugal, région de Porto], je suis originaire de la bourgade de Vale Travesso, qui est située à cinq kilomètres de Vila Nova de Ourem et à treize kilomètres de la Cova da Iria.

Mon grand-père s'appelait Jacinto Cruz et il était laboureur, homme plein de foi et très dévot. Il avait cinq filles - parmi lesquelles ma mère qui s'appelait Anna da Cruz - et un seul fils. Au temps des apparitions, mon oncle était à la guerre en France d'où il revint avec une parfaite santé, émigrant ensuite au Brésil. A cette époque, mon grand-père était l'unique homme qui savait lire dans ce coin de terre. Un jour, je lui en ai demandé la raison :

- Quand tu seras plus grande, je te raconterai une histoire très belle, répondit-il. Comme tu aimes Fatima, tu apprécieras cette histoire ;
- J'ai déjà fait la quatrième classe, c'est pourquoi tu pourrais bien me raconter l'histoire, répliquai-je ;
- Tu n'as que douze ans, c'est trop jeune pour comprendre.

Quand j'eus quinze ans, il me dit :
- Maintenant je deviens vieux et mon fils ne s'intéresse à rien de ce que je lui dis.

Il sortit alors d'un bahut plusieurs feuilles dures et un livre.
- C'est pour savoir lire ce livre que toutes les personnes de sexe masculin de notre famille, depuis des siècles, apprennent à lire.

Les grandes feuilles étaient un genre de parchemin en peau d’agneau, écrites avec du sang, comme le déclara mon grand-père. Elles avaient beaucoup de vrillettes noires, mais les terres étaient marquées en rouge. J'ai appelé ces feuilles une carte ; mon grand-père trouva ce nom charmant, mais il leur avait donné un autre nom dont je ne me souviens plus. Là était marqué le chemin que parcourut l'armée du Saint Connétable (3), quand elle se rendit à la bataille d'Aljubarrota (4): la ferme appelée dos Castelhinos, la ferme appelée Corredoura, le bourg d'Atouguia marqué avec une église, une tour et sept moulins, et Fatima avec une grande marque et deux moulins. En plus de ce guide, ou carte, il y avait un livre écrit à la main sur un papier très obscur, laid et vieux. C'était comme un cahier avec des couvertures de tissu noir, cousu au fil de pite, comme me l'expliqua mon grand-père. L'écriture comportait beaucoup de P et de H avec une calligraphie très ancienne. Je ne pus rien lire.

Mon grand-père me raconta que dans ce livre - que lui-même comprenait -, il était écrit que le 13 août 1385, alors que l'armée portugaise passait par Fatima, au lieu où maintenant se trouve la Cova da Iria, les chevaux s'agenouillèrent. Le Saint Connétable annonça alors qu'il y aurait plus tard, en ce jour et en ce même lieu, un grand miracle. La bataille d'Aljubarrota se déroula le jour suivant.

C'est l'un de nos ancêtres, qui faisait partie de « A Ala dos Namorados » (5) de l'armée, qui écrivit à la main le livre qu'il a laissé à ses successeurs. C'est pour savoir ce qu'il y avait écrit dedans qu'apprenaient à lire - comme je l'ai déjà dit - les enfants mâles de la famille.

Mon grand-père mourut alors que j'avais seize ans.

Un jour, ma mère est arrivée à la maison très accablée parce que ma grand-mère avait allumé le feu avec le parchemin et ces vieux papiers que mon grand-père gardait dans le bahut et qui étaient passés de père en fils depuis des siècles. Alors, comme il y avait déjà eu le miracle à la Cova da Iria, et qu'eux-mêmes l'avaient vu, ma grand-mère déclara que cela ne valait pas la peine de garder plus longtemps ces vieilles feuilles. J'y suis alors allée pour voir si on pouvait sauver quelque chose mais tout était brûlé. Aujourd'hui, j'ai beaucoup de peine de ce qui est arrivé mais il n'y a pas de remède. » (6)

Abbé Fabrice Delestre, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

 

 

Notes :

(1) F. Carret-Petit : « Le Lourdes portugais : Notre Dame du Rosaire de Fatima », Bonne Presse, Paris, 1943, 205 pages ; page 13.
(2) Cité par Frère François de Marie des Anges : Fatima, joie intime, événement mondial, CRC, Saint Parres lès Laudes, France, 2ème édition, 1993, 455 pages, en note 3 de la page 41.
bataille d'Aljubarrota 14 août 1385
(3) Nom communément donné au Portugal au Bienheureux Nuno Álvares Pereira.
(4) Cette bataille d'Aljubarrota eut lieu le 14 août 1385 contre l’armée plus puissante du roi de Castille. La victoire de l’armée du Bienheureux Nuno assura pour deux siècles l’indépendance du Portugal et consolida la nouvelle dynastie d’Avis à la tête du pays.
(5) Littéralement : Bataillon des Amoureux
(6) Témoignage paru dans la revue mensuelle portugaise Cruzada, numéro de février 1989, pages 41-42, avec ces indications : Parede, Portugal, M.I.C.N.

 

 

Suites des apparitions

Apparition du 13 juin 1917: Le Cœur Immaculé de Marie

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 81
La vertu


Bulletins et revues
Montgardin - Le Petit Echo de N-D n° 46 de novembre 2017 - L'humilité de François Les Chevaliers de l'Immaculée n° 01 - Le centenaire de la
Milice de l'Immaculée

Foyers Ardents : Comment voir clair ?, par le Père Joseph
Croisade du Rosaire - Le Lien - Vie du Rd Père Reynaud
Marie Reine des Coeurs nº 149 - Un Frère marial : Mutien-Marie de Malonne, abbé Castelain
S.O.S Mamans - Journal de bord n° 76 - Automne 2017
Stella Maris n° 81 : N-Dame des derniers temps, Abbé Vaillant
Vers les sommets de nov. - Ton mot d'ordre : Amitié, abbé Gérard
Lettre de l'ADEC
n° 31 - Toutes les nouvelles des écoles
de la Tradition

Le Flamboyant n° 38 d'octobre 2017 - Prier avec le Rosaire, Père Bochkoltz+


Pèlerinage de
Pentecôte 2018

19, 20 et 21 mai 2018 - Croisade pour Jésus-Christ
Editorial de M. l'abbé Bouchacourt

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 23 novembre 2017
08:14 17:01

  Suivez notre fil RSS