Communiqué de l’ACIM du 8 novembre 2012 : l’homosexualité contre la science, la foi, le droit

Le gou­ver­ne­ment entend faire pas­ser en force la léga­li­sa­tion du mariage homo­sexuel. Les catho­liques bien sûr se réfèrent à la notion d’union entre un homme et une femme telle que décrite dans le récit de la Genèse et se retrou­vant dans toutes les cultures et civi­li­sa­tions. Il y a un ordre natu­rel qui sera donc bouleversé. 

Des recherches récentes montrent qu’entre l’homme et la femme qui s’aiment et se marient se situe une concor­dance, une affi­ni­té géné­tique se tra­dui­sant par une atti­rance réci­proque, et une volon­té d’union qui sera por­tée par le « mariage traditionnel ». 

Des liens de cette nature ne peuvent se créer entre per­sonne de même sexe. Comme dans la théo­rie du gen­der, un homme en rai­son de ses chro­mo­somes ne pour­ra jamais être une femme ; car toutes les cel­lules du corps ont des chro­mo­somes por­tant leur sexe ; les­quelles ne sont pas modi­fiables et ne le seront jamais. 

Le pro­jet gou­ver­ne­men­tal implique donc géné­ti­que­ment par­lant la des­truc­tion de la notion de mariage dont les consé­quences ont imprévisibles.

Sans doute aus­si il fau­dra modi­fier l’histoire elle-​même : l’amitié entre Achille et Patrocle, David et Jonathan dans la Bible, Montaigne et La Boetie sera désor­mais consi­dé­rée comme une forme d’homosexualité, une sorte de pul­sion réfré­née. La notion elle-​même d’amitié sera morte. Il fau­dra aus­si révi­ser le droit à la filia­tion, car selon la cour de Cassation l’adoption d’enfants n’est pas pos­sible quand les parents adop­tifs sont de même sexe. Mais aus­si la Constitution qui men­tionne expli­ci­te­ment le mot de « mère ». 

Le devoir de tout chré­tien est de s’opposer à ce type de mariage. De ne pas dire comme toute le monde « Après tout, s’ils sont content comme ça, moi… »

L’Association Catholique des Infirmières et Médecins demande à tous ses amis et membres de se joindre à la mani­fes­ta­tion du 18 novembre qui par­ti­ra à 14 heures 30 du Ministère de la famille au 14 ave­nue Duquesne (Paris VIIème

Dr. Jean-​Pierre DICKES, Président de l’ACIMPS

Pour tout savoir sur l’ACIM 

le site de l’ACIM