Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Sermon de Mgr Lefebvre - Confirmations - 19 octobre 1975

Accès aux sermons et aux conférences audio
Accès aux vidéos
Accès aux sermons écrits de Mgr Lefebvre

Sermon de Mgr Lefebvre
19 octobre 1975
Confirmations

Accès à la biographie de Mgr Lefebvre
Accès aux oeuvres écrites par Mgr Lefebvre

19 octobre 1975
Confirmations

 

Ecouter le sermon en audio

19 octobre 1975

 

Mes chers enfants,

Depuis déjà longtemps, certainement, vous vous êtes préparés à recevoir ce sacrement de confirmation, vos parents, vos prêtres, vous ont appris ce que c’était le sacrement de confirmation.

Et aujourd’hui, vous voici entourés de vos parents, pour recevoir le sacrement. Vous remarquerez que nous avons voulu donner une certaine solennité à ce sacrement de confirmation, parce que c’est un très grand sacrement, très nécessaire aujourd’hui plus que jamais, pour demeurer bon chrétien, bonne chrétienne. Car c’est pour cela que vous recevez le sacrement de confirmation.

Nous recevons comme une semence en nos âmes, le jour du baptême, lorsque la grâce du baptême descend dans nos âmes. C’est une semence qui doit croître et qui doit envahir toutes nos âmes, nos âmes intégralement, tout entières. Faire devenir nos âmes parfaitement chrétiennes, parfaitement soumises à Notre Seigneur, remplies de l’Esprit de Notre Seigneur.

C’est précisément cela que Notre Seigneur a voulu. Que tous les sacrements ajoutent à la grâce du baptême une force encore particulière afin de nous aider à donner nos âmes complètement à Notre Seigneur Jésus-Christ. Que nous soyons complètement sous la domination de Notre Seigneur JésusChrist.

Qu’est-ce qu’un chrétien ? C’est celui qui est un autre Christ, celui qui est tout entier donné à Notre Seigneur Jésus-Christ, tout entier soumis à Notre Seigneur Jésus-Christ, désireux que son règne arrive. C’est ce que vous dites dans le Notre Père : Que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Vous le répéterez encore tout à l’heure.

Eh bien la grâce que vous recevez, grâce du baptême, grâce du sacrement de confirmation, grâce de tous les sacrements, grâce de la Sainte Eucharistie en particulier, toutes ces grâces sont faites pour que vos âmes soient tout entières données à Notre Seigneur Jésus-Christ. Et ce n’est pas si facile ! Car Notre Seigneur est exigeant. Notre Seigneur veut que nous L’aimions et que l’on n’aime pas autre chose. Que l’on n’aime pas des choses qui nous éloignent de Lui.

Or aujourd’hui, dans ce monde et comme toujours d’ailleurs, mais peut-être plus encore aujourd’hui qu’autrefois, parce que la science a fait des découvertes qui permettent malheureusement aux hommes de faire beaucoup de mal et beaucoup plus de scandale qu’autrefois, eh bien, ces scandales qui nous entourent, veulent nous arracher à Notre Seigneur Jésus-Christ. Et le démon se sert de ces moyens pour arracher nos âmes à Notre Seigneur Jésus-Christ. Le démon ne veut pas que Notre Seigneur Jésus-Christ règne en nous. Il ne le veut pas. Il fera tout pendant votre vie, jusqu’à votre dernier soupir pour essayer de vous arracher à Notre Seigneur Jésus-Christ qui vous a conquis par le baptême et qui maintenant, aujourd’hui, va vous conquérir encore et va devenir votre Roi encore un peu plus par le sacrement de confirmation. Le démon n’accepte pas cela. Alors il déploie tous les moyens qui sont au service de son intelligence – et il est malin le démon, je vous assure il est intelligent, avec tous ceux qui sont à son service et tous ceux qui ici-bas sur la terre se mettent à son service, pour essayer d’empêcher les âmes d’être dans le si doux, le si bon règne de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Alors vous allez recevoir ce sacrement de confirmation qui va vous donner une force très grande si vous disposez bien vos âmes. Si vous fermez vos âmes à la grâce du Bon Dieu, Notre Seigneur ne peut pas pénétrer dans vos cœurs, dans votre volonté, dans votre intelligence. Mais je suis sûr que vos âmes sont bien disposées, bien disposées à faire la volonté de Notre Seigneur. Et c’est pourquoi la grâce que vous allez recevoir dans quelques instants, va transformer vos âmes à nouveau. C’est pourquoi il est très important de recevoir la grâce de ce sacrement. Et c’est Notre Seigneur qui a institué ces sacrements. Ce n’est pas nous qui les avons inventés. Ce n’est pas l’Église qui a inventé ces sacrements ; c’est Notre Seigneur Lui-même. C’est l’Église qui nous l’enseigne.

C’est Notre Seigneur Lui-même qui a voulu ce sacrement de confirmation. Par conséquent nous ne pouvons pas faire n’importe quoi, n’importe quelle prière, n’importe quel rite, n’importe quels gestes pour donner ou recevoir le sacrement de confirmation.

Si je vous disais, dans quelques instants, au lieu de dire la prière qui est inscrite au Pontifical pour donner le sacrement de confirmation, si j’inventais une prière à moi, comme par exemple : « Recevez le Saint-Esprit ». Si je ne disais que cela tout à l’heure en imposant ma main sur votre tête et en signant votre front du signe de la Croix, eh bien vous ne recevriez pas la grâce. Vous n’auriez pas la grâce du sacrement de confirmation. Vous auriez fait une très belle réunion, ici à Écône, mais vous repartiriez sans la grâce de la confirmation.

Est-ce que c’est cela que vos parents désirent ? Vos parents vous ont-ils amenés ici pour faire une prière et retourner chez vous sans avoir reçu la grâce de la confirmation ? Est-ce pour cela qu’ils vous ont conduits ici ? Certainement pas. Ils vous ont amenés ici, pour être sûrs au contraire, pour être tout à fait certains, que je ferai sur vous le rite que l’Église a toujours fait, que l’Église a fait depuis des siècles. Parce que si l’Église a pratiqué ce rite-là depuis des siècles et des siècles et qu’elle a été heureuse de ce rite et qu’elle estime que c’est le rite que Notre Seigneur Jésus-Christ a voulu, donc vous pouvez être certains de recevoir le sacrement de confirmation de toujours.

Même si, par exemple, j’étais distrait, en vous donnant le sacrement de confirmation, vous auriez quand même le sacrement de confirmation, parce que j’aurais accompli le rite que l’Église a toujours fait et que dans mon intention, je veux faire ce que l’Église a toujours fait. Voilà ce qui est nécessaire pour ce que l’on appelle la validité du sacrement, c’est-à-dire que la grâce descende vraiment dans vos âmes.

Ceci est très important. On ne fait pas n’importe quoi. Les sacrements ont été institués par Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est pourquoi aujourd’hui la situation de l’Église est très grave. Parce que, malheureusement, beaucoup de prêtres aujourd’hui et hélas il faut le dire même d’évêques, ne veulent plus suivre ce que l’Église a fait autrefois.

On veut toujours innover, faire du nouveau. Inventer de nouvelles prières, inventer de nouveaux rites, sous le prétexte de mettre l’Église au diapason du temps moderne, des hommes modernes. Mais l’on ne peut pas changer toutes choses dans le rite du sacrement, sans risquer de faire disparaître la grâce du sacrement.

C’est la même chose avec le Saint Sacrifice de la messe. Le prêtre ne pourrait pas dire n’importe quelles paroles sur l’Eucharistie et croire que Notre Seigneur serait présent dans l’Eucharistie. Ce n’est pas vrai. Nous devons prononcer les paroles que l’Église désire que nous prononcions et qui ont été prononcées pendant des siècles.

Aussi vous pouvez être assurés, que le rite que vous recevrez tout à l’heure, qui vous sera donné, sera vraiment le rite de la confirmation et que vous recevrez cette grâce de la confirmation.

Vous repartirez fortifiés par le Saint-Esprit, par la grâce du Saint-Esprit. Tout à l’heure – dans quelques instants – lorsque je vais commencer le rite de la confirmation, j’étendrai les mains comme ceci, sur vous, pour appeler sur vous, tous les dons du Saint-Esprit.

Ce n’est pas à ce moment-là que vous recevrez la grâce du sacrement, mais vous savez bien que dans tous les sacrements, l’Église a voulu qu’il y ait des prières qui expliquent la grâce du sacrement, qui montrent ce que l’on va faire, comme dans le Saint Sacrifice de la messe. L’Offertoire était justement fait pour exprimer l’intention du prêtre, l’intention de l’Offertoire, l’intention de ce que l’on va faire. C’est une déclaration d’intention, que l’Offertoire de la messe.

Eh bien c’est la même chose au début du rite du sacrement de confirmation : l’évêque appelle tous les dons du Saint-Esprit, que le Saint-Esprit descende avec ses dons.

C’est pour expliquer ce qui va vous être donné dans le sacrement qui va vous être délivré dans quelques instants après.

Puis vous viendrez vous agenouiller devant l’évêque et c’est au moment où l’évêque mettra sa main sur votre tête et vous signera de la Croix sur votre front, avec le Saint-Chrême et prononcera les paroles du sacrement de confirmation, que vous recevrez la grâce du sacrement de confirmation. Dites-vous bien que c’est à ce moment-là – un tout petit moment – ce n’est pas long, mais la grâce du Bon Dieu, c’est quelque chose d’extraordinaire. C’est un vrai miracle qui s’opérera à ce moment-là, soyez-en sûrs.

Qu’est-ce que c’est que ce petit geste pour la grâce que vous allez recevoir, en comparaison de la grâce elle-même que vous allez recevoir ? Mais la toute puissance de Dieu est infinie et Dieu par un petit geste, vous donne une grâce immense.

Cela n’a pas été plus difficile pour le Bon Dieu de créer le monde, les montagnes, tous les astres qui sont dans le ciel. Il a fallu un instant, un seul instant pour le Bon Dieu pour créer tout cela. Alors par une petite parole, par un petit geste qui est fait sur vous, le Bon Dieu peut transformer vos âmes et les donner tout entières à Notre Seigneur Jésus-Christ, si vous le voulez, si vous êtes bien disposés.

Alors demandez dans vos cœurs à Notre Seigneur de bien disposer vos cœurs, de faire en sorte que la grâce soit abondante en vous et que vous puissiez profiter de cette grâce toute votre vie. Car cela ne se renouvelle pas le sacrement de confirmation. Vous ne le recevrez pas une autre fois. On ne reçoit qu’une fois le sacrement de confirmation, parce qu’il imprime un caractère dans vos âmes, qui est visible par tous les anges du Ciel, par tous les élus du Ciel, qui voient ceux qui ont été confirmés et ceux qui ne sont pas confirmés.

Il y a un caractère, un signe qui est marqué définitivement dans vos âmes et c’est par ce signe que vous recevez la grâce et que ce signe doit vous aider à être de bons chrétiens et de bonnes chrétiennes.

Voyez comme c’est important, pour faire le salut de vos âmes, pour aller au Ciel. Ici-bas, cela ne dure que quelques années ce temps que le Bon Dieu nous donne. Quelques années et puis c’est fini. Il faut faire un choix : ou pour le Bon Dieu, ou contre le Bon Dieu ; pour Notre Seigneur ou contre Notre Seigneur ; ou pour la Sainte Vierge ou contre la Sainte Vierge. Il faut faire un choix.

Alors le Bon Dieu nous donne quelques années : Faites votre choix. Je vous regarde. Où irez-vous ? Est-ce que vous choisissez le Bon Dieu ? Est-ce que vous êtes contre le Bon Dieu ? Est-ce que vous êtes pour Notre Seigneur, ou est-ce que vous êtes contre Notre Seigneur ?

Le Bon Dieu regarde. Il regarde marcher les hommes vers la vie éternelle. Ce sont eux-mêmes qui choisissent. Le Bon Dieu nous guide. Il nous donne des guides : les prêtres, les évêques, le pape, toute l’Église. Le Bon Dieu nous a enseigné pendant deux mille ans ce qu’il fallait faire. Alors pendant ces quelques années que nous passons sur la terre, nous avons un choix à faire, un choix à faire pour l’éternité.

Et le sacrement de confirmation nous aide à faire ce choix. Une fois de plus, en venant ici, vous faites votre choix. Vous dites : Oui, je choisis pour le Bon Dieu ; oui je choisis Notre Seigneur JésusChrist. Oui je choisis comme mère la très Sainte Vierge Marie.

Voilà, mes chers enfants, ce que vous devez penser aujourd’hui. Remerciez vos parents de vous avoir conduits ici. Remerciez vos parents de vous avoir préparés à recevoir cette grâce du sacrement de confirmation. Remerciez le Bon Dieu de vous avoir donné des parents chrétiens. Combien de milliers d’enfants ne reçoivent pas le sacrement de confirmation ? Des millions et des millions d’enfants qui ne reçoivent pas le sacrement de confirmation, qui ne choisissent pas Notre Seigneur Jésus-Christ, parce qu’ils n’ont pas de parents chrétiens, ou que les parents ne s’occupent pas de leurs enfants, les abandonnent, ou ne les conduisent pas à Notre Seigneur.

Alors, remerciez bien le Bon Dieu de vous avoir donné de bons parents, remerciez vos parents. Vous les remercierez encore tout à l’heure. À la sortie du sacrement, vous direz merci à vos parents de vous avoir conduits ici et de vous avoir procuré ce sacrement de confirmation, de même que vous remercierez tous ceux qui vous ont aidé à vous préparer à recevoir ce sacrement.

Maintenant, nous allons prier tous ensemble, avec vous, pour demander au Saint-Esprit de descendre dans vos âmes avec abondance. Nous le demanderons particulièrement à la très Sainte Vierge Marie. Parce que, vous savez, qu’il n’y a aucune grâce qui est donnée sans la très Sainte Vierge Marie. Tout passe par la très Sainte Vierge Marie. Elle est le canal par lequel toutes les grâces nous viennent, car c’est par elle que nous a été donné Notre Seigneur, par son Fiat. Lorsqu’elle a prononcé son Fiat, alors elle nous a donné Notre Seigneur Jésus-Christ.

C’est pourquoi le Bon Dieu a voulu, par un mystère de sa miséricorde, de sa bonté, faire en sorte que toutes les grâces nous viennent par la très Sainte Vierge Marie. Elle est notre mère, la mère de nos âmes. C’est pourquoi, il faut la prier, l’invoquer souvent. Il faut réciter votre chapelet afin d’être toujours sous la protection de la très Sainte Vierge Marie qui vous gardera et vous conduira pour l’éternité.

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

 

28 septembre 1975       29 novembre 1975

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 106
La grâce


Nouvelles parutions
Le Petit Echo de N-D n° 58 - Je ne veux pas brûler au Purgatoire
Fideliter n° 245 de sept.-oct. 2018 - Les paroisses aujourd'hui
Lettre à nos frères prêtres - L'Eglise et le judaïsme moderne; les affaires de pédophilie
L'Acampado n° 142 - Cerveaux cultivés
et épaules d'acier,
abbé X. Beauvais

Le Sainte-Anne n° 307 de novembre - Rendez-moi mon
Dieu !, abbé Legrand

Bergerac - La Voix des Clochers en Périgord n° 53 - Chevaliers au XXI° siècle?, abbé Gabard
Vannes - La Trompette de St-Vincent n° 8 - Quand Noé a-t-il construit son arche?, abbé Labouche
Apostol nº 125 - Les indulgences, abbé Jean-Marie Mavel
Aigle de Lyon n° 340 de nov. 2018 - Memento Mori, abbé Vincent Bétin
Prieuré Ste-Croix - Carillon n° 187 - Fake news, abbé Espinasse

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mardi 13 novembre 2018
07:58 17:12

  Suivez notre fil RSS