Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Le jugement de Mgr Gherardini sur le débat théologique entre la Tradition et le Concile Vatican II - 2 mai 2010

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Accès à Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Le jugement de Mgr Gherardini sur le débat théologique
entre la Tradition et le Concile Vatican II - 2 mai 2010

 

Dans le numéro de mai 2010 du Courrier de Rome (n°333), le professeur Paolo Pasqualucci propose un commentaire éclairant de l'étude de Mgr Brunero Gherardini, parue dans la revue de théologie Divinitas, sous le titre Quod et tradidi vobis – La tradizione vita e giovinezza della Chiesa (Quod et tradidi vobis. La Tradition, vie et jeunesse de l'Eglise), étude reprise en un volume par Casa Mariana Editrice.

Mgr Gherardini qui est l'auteur de Vatican II : un débat à ouvrir, paru en français au début de l'année, présente dans Quod et tradidi vobis une analyse très pertinente du débat théologique entre la Tradition et le Concile Vatican II.

Voici le large extrait que l'on peut lire dans le Courrier de Rome, proposant une liste de 9 points d'achoppement, à laquelle nous avons ajouté les trois paragraphes qui suivent où Mgr Gherardini n'hésite pas à donner un jugement personnel très explicite.

 

« En tentant d’établir une synthèse des positions défendues par Mgr Lefebvre en faveur de la Tradition, et sans aucune prétention d’épuiser le sujet, il me semble que le conflit s’établit comme suit :

1. Une formation sacerdotale qui fonde ses principes sur la Tradition ecclésiastique et dans les valeurs surnaturelles de la divine Révélation, face à une formation sacerdotale ouverte à l’horizon fluctuant de la culture en devenir perpétuel.

2. Une liturgie qui a certainement un point de force dans la Messe dite traditionnelle, face à une liturgie [celle de la messe du Novus Ordo] anthropocentrique et sociologique, où le collectif prévaut sur la valeur de l’individu, où la prière ignore l’aspect latreutique, où l’assemblée devient l’acteur principal et Dieu cède la place à l’homme.

3. Une liberté qui fait dépendre sa “libération” du Décalogue, des commandements de l’Eglise, des obligations du devoir d’état, du devoir de connaître, aimer et servir Dieu, face à une liberté qui met sur un pied d’égalité les cultes, passe sous silence la loi de Dieu, désengage les individus et la société sur le plan éthique et religieux, et laisse à la seule conscience la solution de tous les problèmes.

4. Une théologie qui puise ses contenus dans ses sources spécifiques (Révélation, Magistère, Patristique, Liturgie), face à une théologie qui ouvre ses portes, jour après jour, à toutes les émergences culturelles du moment, même à celles qui sont en contradiction criante avec les sources rappelées ci-dessus.

5. Une sotériologie (étude de l’œuvre du salut, ndlr) étroitement unie à la personne et à l’œuvre rédemptrice du Verbe Incarné, à l’action de l’Esprit-Saint, liée à l’application des mérites du Rédempteur, à l’intervention sacramentelle de l’Église et à la coopération des baptisés, face à une sotériologie qui regarde l’unité du genre humain comme conséquence de l’incarnation du Verbe, dans lequel (cf. GS 22) chaque homme trouve sa propre identification.

6. Une ecclésiologie qui identifie l’Église au Corps mystique du Christ et reconnaît dans Sa présence sacramentelle le secret vital de l’être et de l’agir ecclésial, face à une ecclésiologie qui considère l’Église catholique comme une composante parmi d’autres de l’Église du Christ, et qui, dans cette fantomatique Église du Christ, endort l’esprit missionnaire, dialogue mais n’évangélise pas, et surtout renonce au prosélytisme comme si c’était un péché mortel.

7. Une Messe-Sacrifice expiatoire, qui célèbre le mystère de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ, en représentant sacramentalement la rédemption satisfactoire, face à une Messe où le prêtre est seulement le président et où chacun prend une part “active” au sacrement, grâce au fait que la foi ne se fonde pas sur Dieu qui se révèle, mais est une réponse existentielle faite à Dieu qui nous interpelle.

8. Un Magistère conscient d’avoir la garde du dépôt sacré de la Révélation divine avec le devoir de l’interpréter et de la transmettre aux générations futures, face à un Magistère papal qui, loin de se sentir la voix de l’Eglise enseignante, soumet l’Eglise elle-même au collège des évêques, doté des mêmes droits et devoirs que le Pontife Romain.

9. Une religiosité qui réalise la vocation commune au service de Dieu et, par amour pour Lui, des frères en humanité, face à une religiosité qui renverse cet ordre naturel, fait de l’homme son centre et, du moins dans la pratique sinon dans la théorie, le substitue à Dieu.

« De ce qui précède, on peut facilement déduire comment la Fraternité Saint-Pie X comprend la Tradition. En effet, la Tradition est tout le contraire de ce que la Fraternité nie et de ce à quoi elle s’oppose. Directement ou entre les lignes, elle nie les innovations des documents conciliaires et leurs applications postconciliaires, et elle s’oppose à l’usage sauvage qui en a été fait avec désinvolture.

« Il est vrai que dans les écrits de la Fraternité Saint-Pie X le concept de Tradition n’est pas souvent expliqué, et l’on n’y trouve pas de développement systématique. Mais ce qui est compris, tout comme ce qui est conjecturé, ne reste jamais dans l’ombre. A la base de tout se tient la foi de toujours pour la sauvegarde de laquelle la Fraternité est née. ‘Sauvegarde’ indique une opposition à quelque chose de présent ou de possible, en faveur de son contraire ou de son remplacement. La « foi de toujours » est la valeur que Mgr Lefebvre entendait sauvegarder, une valeur en remplacement de toutes les atténuations, réinterprétations, réductions et négations de l’époque conciliaire et postconciliaire. Cette “foi de toujours” est l’écho bien clair de l’enseignement augustinien résumé dans la formule de saint Vincent de Lérins : “Quod semper, quod ubique, quod ab omnibus creditum est” (Saint Vincent de Lérins, Commonitorium,c. 23). L’institution même de la Fraternité, avec sa finalité première qui est la formation sacerdotale, obéit à cet idéal, à l’engagement pour sa sauvegarde. Sauvegarder la foi et combattre l’erreur.

« Je n’entre pas dans les détails des relations, difficiles, entre le Saint-Siège et la Fraternité Saint-Pie X. Je m’en tiens au thème commun de la Tradition et j’observe que “sauvegarder la foi et combattre l’erreur” devrait être l’idéal et l’engagement tant de l’Eglise que de ses fils. À la lumière de cela, il m’est difficile de comprendre comment le reproche de “Tradition incomplète et contradictoire”, formulé par Jean-Paul II en 1988 (Motu Proprio Ecclesia Dei, 2 juillet 1988), peut avoir un réel fondement. Ce que je comprends, c’est qu’il ne s’agit pas de l’ “esprit d’Assise”» (Mgr Gherardini, Quod et tradidi vobis – La tradizione vita e giovinezza della Chiesa, Ed. Casa Mariana Editrice, pp. 241-244).

Traduit de l’italien – DICI n°218 du 10/07/10

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Nouvelles parutions
Lettre des Soeurs de la FSPX - L' Abbaye de St-Cyran : aidez-nous à restaurer ce lieu "canonisé".
Apostol nº 111
Magnificat !, abbé
D. Rousseau

Lettre à nos frères prêtres n° 74 - La Fraternité Saint-Pie X cette inconnue
Le Petit Eudiste
Pour sortir de la confusion, quelques considérations sur l'Église, abbé Nansenet

Fideliter n° 237
L'illégitime
messe de Paul VI

Petit Echo de N-D
Le saint Sacrifice de
la Messe – Padre Pio

Le Sainte-Anne
Pour une entente doctrinale ?, abbé Thierry Legrand

Le Chardonnet
Possession conciliaire,
abbé Denis Puga


Vierge Pèlerine
24 juin au 1er juillet : Colmar, Mulhouse, Rougemont-le-Château et Cravanche
Le circuit dans le
District de France


Catéchisme n° 71
La vie eternelle
(3ème partie)


Les camps d'été 2017
de la Tradition

Pour les garçons

de 8 à 14 ans,
du 2 au 8 juillet : Vox cantorum à La Peyratte

de 8 à 11 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 13 à 17 ans,
du 10 au 24 juillet
Moulins-Vichy

de 12 à 14 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 8 à 13 ans,
du 17 au 31 juillet
à Kernabat

du 30 juillet au 18 août à St-Bonnet
Le Château (42)

de 8 à 13 ans
du 1er au 17 août
à Unieux (42)

de 13 à 17 ans
du 10 au 24 août
au Portugal

de 14 à 17 ans,
du 5 au 21 août
Camp itinérant
à vélo Raid
Saint Christophe


Pour les filles
de 7 à 16 ans
du 6 au 15 juillet
en Bretagne

du 10 au 29 juillet
à St-Bonnet
Le Château (42)

de 15 à 18ans
du 12 au 22 juillet
à Will, en Suisse

de 7 à 16 ans
du 18 au 27 juillet
en Bretagne

A partir de 18 ans
du 7 au 11 août
stage de couture
à Ruffec (36)

A partir de 18 ans
du 4 au 8 septembre
stage de couture
à Ruffec (36)


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 300 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 25 juin 2017
05:50 21:57

  Suivez notre fil RSS