logos-lpl-separator-blc

Reportage sur la IV° UDT 2009 de la FSSPX – n° 2

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Soirée de détente en l’honneur de l’abbé Dominique Rousseau

La soirée du 14 août a été consacrée à l’abbé Dominique Rousseau que les étudiants tenaient à fêter
et à remercier pour sa gentillesse, sa disponibilité, son sens aigu de l’hospitalité durant ces quatre universités d’été.

Les étudiants, sous la houlette d’Agnès-Florence Rousseau et d’Alain Escada, avaient préparé un spectacle au cours duquel, l’abbé Rousseau a eu quelques sueurs froides…

En effet, il a été question – sur le mode humoristique – de sa mutation sur les rives du Congo…

Après ce savoureux faux-départ en Afrique, nous avons découvert les talents d’imitateur du nouveau directeur de l’école Sainte-Marie, Monsieur l’abbé Louis-Joseph Vaillant, qui a décrit, en multiples dialectes régionaux, à l’abbé Rousseau ce qui l’attendait à Bitche…

Puis, après avoir été élévé à la dignité de Premier Docteur Honoris Causa des UDT de la FSSPX par Monsieur l’abbé de Cacqueray, l’abbé Rousseau a reçu – offert par le corps professoral et les parents d’élèves- une magnifique statue de sainte Anne.

Voici l’allocution qui a été prononcée à l’occasion de cette soirée :

« Cette soirée spéciale est consacrée à l’abbé Dominique Rousseau, directeur pendant huit années de l’école Sainte- Marie, qui a assuré pendant quatre ans la charge d’accueillir les universités d’été. En acceptant en 2005 de nous accueillir dans le magnifique cadre de cette école, il ne savait pas dans quelle galère il s’engageait. Et quand on parle de galère, nous ne parlons pas seulement du poids que représente l’organisation de cet événement, nous faisons aussi allusion à la patience qu’il a démontrée face aux angoisses répétées des organisateurs pour savoir si tout allait bien. Le nombre de coups de fil dont il a été abreuvé, et la façon dont l’abbé Rousseau réagissait, est la preuve de la patience miséricordieuse de ce dernier. On ne sait pas comment il se comporte envers tout un chacun, mais comme l’a écrit publiquement sur un média un fidèle en 2007 :

« L’abbé Rousseau a vraiment le sens de l’accueil, au sens chrétien du terme. Une grandeur d’âme et une charité sans égal. Remercions-le en effet d’avoir tout disposé pour que nous puissions vivre saintement et studieusement ces journées. Au contact de ce prêtre, on aspire à être père ou mère de famille pour mettre son fils dans son école. »

Cette déclaration nous pouvons la faire nôtre. Pour toutes ces années, pour toutes ces universités, permettez aux principaux collaborateurs au nom des fidèles laïcs étudiants de ces universités, de vous rendre hommage publiquement. Merci Monsieur l’abbé !

Suite n° 2 du reportage