S.O.S Mamans – Journal de bord n° 75 – Printemps 2017


Marie, 12 ans, sau­vée avant sa
nais­sance par SOS Mamans (Photo UNEC)

Jeudi 6 avril 2017

Une lettre de remerciement

« Chère Madame G., mer­ci pour vos mots encou­ra­geants qui nous ont tou­chés. En fait, « sau­ver comme le fait Jésus », comme vous dites, n’est pas si simple que cela, car Lui est tout-​puissant, et nous sommes presque rien, et sans votre aide nous le serions encore plus. Par exemple Il a secou­ru la Samaritaine (péche­resse), et elle s’est trans­for­mée immé­dia­te­ment en mis­sion­naire extrê­me­ment effi­cace de tout son vil­lage. Il a « embau­ché » les pre­miers 3 ou 4 apôtres, les autres apôtres sont venus par la per­sua­sion de ceux-​là même que Jésus avait conquis en pre­miers. Cette logique du bien qui se répand irre­sis­ti­ble­ment, c’est très dur – sinon impos­sible – à gérer par nous autres pauvres Chrétiens, dis­ciples de Jésus. Par exemple quand nous sau­vons un bébé (et sa mère), sou­vent cette maman se trans­forme très vite en Bonne Samaritaine elle-​même en nous ame­nant plu­sieurs autres femmes en situa­tion simi­laire, voire des cas sociaux, des misé­rables, des éclo­pées… Quoi faire ? Jésus, en pareil cas, répand ses grâces, console, gué­rit, fait des miracles, avec des res­sources divines illi­mi­tées. Mais nous, com­ment faire ? Forcément en rai­son de nos limites nous devons dire NON à cer­taines demandes d’aide, et cela brise nos coeurs. Je dirais même que tout l’argent du monde ne suf­fi­rait pas à venir en aide à toute la misère du monde. Continuer sous ces condi­tions notre tra­vail de sau­ve­tage des bébés est un idéal presque irréa­li­sable, car cela implique sou­vent la néces­si­té de « mar­cher sur les cadavres des autres » qui n’at­tendent peut-​être pas de bébés sous des condi­tions ter­ribles, mais qui sont éga­le­ment dans une misère qui crie au ciel. C’est pour­quoi chaque sous que nous rece­vons en don est un cadeau du ciel, puis­qu’il allège ce far­deau tou­jours gran­dis­sant. Un grand Merci à vous !

Tenez, dimanche der­nier nous avons aidé une jeune maman (dont nous avions sau­vé le bébé il y a 6 ans déjà) avec 100 Euro et quelques cho­co­lats de Pâques. Elle est reve­nue hier en qué­man­dant la même chose « pour les mamans Samira, Valérie, Mélanie et Christel » pour dimanche pro­chain (Rameaux). De plus elle dit : « Pouvez-​vous don­ner 290 E à Samira pour sa fac­ture Edf, sinon ils vont lui cou­per le cou­rant, ce qui l’ac­ca­ble­ra gra­ve­ment puis­qu’elle a déjà une grosse dette de loyer qu’elle doit régler avant ce same­di (400 €); et Valérie doit aus­si payer 400 Euro de loyer à son bailleur, sinon il la met à la rue… » Total immé­diat, rien que pour cette seule demande : 4x100+400+290+400=1490 Euro à trou­ver pour après-​demain, et le mieux en liquide, pour ces pauvres mamans en situa­tion d’ex­trême détresse. Et ain­si de suite.

Comment « faire du bien » sous ces condi­tions ? Dieu seul le sait. Avec Sa grâce SOS MAMANS l’es­saye quand-​même, depuis main­te­nant 22 ans. Mais per­sonne n’imagine le mar­tyre que cela implique pour ses col­la­bo­ra­teurs et col­la­bo­ra­trices, celui de ne pou­voir aider les autres cas de détresse… 

Cependant Dieu soit loué, Celui qui – selon ce que vous dites si bien – « a sau­vé TOUS ». Nous et vous avons la grâce d’en être les témoins et imi­ta­teurs indignes ! « Miserere nobis, Domine, mise­rere nobis ! » Saint Paul nous console en disant (je cite de mémoire): « Ma fai­blesse ? Je m’en vante, puisque Dieu en pro­fite pour la com­bler de sa plé­ni­tude. » – Oui, en fin de compte, ce n’est pas l’argent qui nous manque le plus, mais la Foi et l’Espérance. Donc, en plus de vos oboles faites nous la grâce de prier aus­si et inten­sé­ment pour SOS MAMANS, s.v.p. »

Dimanche 23 avril 2017

Une autre lettre de remer­cie­ments, cette fois-​ci à une dona­trice autrichienne :

« Chère Madame, comme remer­cie­ment voi­ci un bel enre­gis­tre­ment du chant « O Haupt voll Blut und Wunden » (Oh Tête cou­verte de Sang et de Plaies) de Jean Sébastien Bach. Il est chan­té très len­te­ment comme les Allemands savent le faire. Si nous por­tions ce chant d’église en per­ma­nence en notre coeur, nous serions capables d’aimer conti­nuel­le­ment, presque sans mesure, avec Jésus.

„La mesure de la cha­ri­té est la cha­ri­té sans mesure« , s’écria l’abbé Heim de l’abbaye de Heiligenkreuz/​Vienne lors de son ser­mon de Pâques 2017 (qu’on peut trou­ver sur Internet), en citant saint François de Salés, un grand ami de St Augustin. Certains accusent SOS Mamans de tous les maux : nous serions cré­dules, naïfs, trop faibles et sen­sibles, et fina­le­ment nocifs à ceux aux­quels nous por­tons secours… Nous, par contre, chan­tons dans nos cœurs : « O Haupt voll Blut und Wunden », et conti­nuons imper­tur­ba­ble­ment notre chemin.

Souvent ce n’est pas facile, comme par exemple pour notre direc­trice Léa qui a été opé­rée hier pen­dant 4 heures pour l’enlèvement d’un gros kyste incrus­té dans la colonne ver­té­brale et pour le redres­se­ment des seg­ments de sa colonne, inter­ven­tion qui a lais­sé une cica­trice de 40 cm le long de son dos, et quelques bouts de métal à l’intérieur… Aimer, aimer, aimer… « Le pire, quand on est pri­son­nier, c’est de ne pou­voir faire du bien à per­sonne« , disait de façon bou­le­ver­sante notre très véné­ré car­di­nal Mindszenty.

De même peut-​on décou­vrir dans la litur­gie du Vendredi Saint l’antiphone „Ubi Caritas ibi Deus« (Où est l’Amour, là est Dieu), ce qui est mille fois plus pro­fond et osé que „Ubi Deus ibi Caritas« (Où est la cha­ri­té, là est Dieu). SOS Mamans se nour­rit lit­té­ra­le­ment de cette véri­té – et n’est sou­vent pas com­prise, sauf par ceux qui sont eux-​mêmes aimés.

„Ils M’ont per­sé­cu­té, et ain­si vous aus­si vous serez per­sé­cu­tés à cause de Mon Nom«, nous a annon­cé Jésus. « Aimer rend vul­né­rable ». Si la cha­ri­té ne va pas jusque-​là, jusqu’à la dou­leur, la souf­france et la mort, on doit se deman­der s’il s’agit vrai­ment de la cha­ri­té… divine.

Une de nos petites mamans, Sarah, une femme arabe tcha­do­rée, dont nous pou­vions sau­ver le bébé il y a 5 ans, nous pour­suit tou­jours en nous deman­dant sur­tout de l’argent. Tous nous conseillent de la lais­ser tom­ber, car en plus elle n’accepte pas nos douces invi­ta­tions à venir vers Jésus. Là elle demande du cho­co­lat pour Pâques pour ses enfants et pour ceux d’une amie qui risque d’être éva­cuée de son appar­te­ment puisqu’elle ne peut payer l’assurance d’habitation. En dépit de tout nous lui dépo­se­rons demain matin 6 tablettes de cho­co­lat dans sa boîte aux lettres, avec une enve­loppe de 200 Euro pour l’assurance de son amie.

Jésus sait com­ment Il peut atti­rer ces femmes vers Lui, et aus­si leurs enfants. On nous fait remar­quer que ces enfants sau­vés pour­raient faire sau­ter le métro dans 15 ans. Mais nous, nous aimons.

On peut être convain­cu que, si nous aimions sans mesure, Dieu pour­rait sau­ver beau­coup plus de per­sonnes. Mais Dieu est rete­nu par notre pusil­la­ni­mi­té, celle de ses propres fidèles. N’a‑t-Il pas repro­ché ce défaut à ses apôtres, et com­bien de plus cela vaut pour nous autres pauvres laïcs ! Nous sommes indignes de ce ser­vice d’amour auprès de Ses plus petits, mais nous osons quand-​même nous enga­ger et sor­tir vers la mer de la Charité, en espé­rant que sa Miséricorde débor­dant de Sang vienne au secours de notre faiblesse.
O Haupt voll Blut und Wunden !

Chère Madame, nous ne sommes que des dis­ciples inutiles à l’aide des­quels Dieu bâtit son Royaume déjà sur terre. Le seul qui, en cette situa­tion, fait preuve d’une patience et d’un amour inima­gi­nable, c’est Dieu Lui-​même. Nous admi­rons cette patience et essayons de l’imiter à notre humble niveau.

La dif­fi­cul­té est que nous n’avons en géné­ral que quelques 80 années pour agir, et LUI a l’éternité pour ses œuvres. D’où pro­ba­ble­ment notre impa­tience. Mais toute impa­tience n’est que fai­blesse de la foi, puisqu’il ne s’agit pas de NOS oeuvres, mais des Siennes, éter­nelles, avec des fruits – qui sait ? – dans 30, 50 ou 100 ans… 

Ainsi nous dis­pen­sons nos aides par­fois pen­dant des années aux mamans qui, comme les jeunes oiseaux, ne savent au début qu’ouvrir leurs becs, en ayant la ferme espé­rance que Dieu, un jour, amè­ne­ra ces oiseaux deve­nus grands – et leurs propres petits oiseaux – vers la bonne direc­tion, vers le midi « où les citrons fleu­rissent » (Goethe), au Royaume du Ciel « où coule le miel » (Ecriture Sainte), où Dieu est tout en tout. Sainte Thérèse d’Avila s’écria : ‘Dios solo bas­ta’, Dieu seul suf­fit. » – Fin de notre lettre.

Vendredi 19 mai 2017

Nous nous occu­pons par­fois de petites mamans pour sau­ver non pas seule­ment leur pre­mier bébé, mais le 2ème, le 3ème, et main­te­nant une d’elles nous annonce qu’elle est de nou­veau enceinte, donc un 4ème bébé. C’est Amalia, 24 ans. Nous lui sug­gé­rons cette fois fer­me­ment d’accoucher sous X, puisqu’elle n’a ni de mari, ni de tra­vail fixe, ni de domi­cile assu­ré. Sa famille (musul­mane) l’avait chas­sée de la mai­son dès le pre­mier bébé puisqu’elle l’aurait fait avec un homme noir… On ne s’imagine pas dans quelle galère se trouvent ces jeunes femmes ! Eduquées en milieu musul­man, même si elles ne pra­ti­que­ment pas l’Islam et ne portent pas le tcha­dor, elles se sentent tota­le­ment infé­rieures aux hommes et même à n’importe quel voyou d’entre eux, elles leur sont sou­mises, ne croyant même pas qu’elles ont le droit de refu­ser les dési­rs sexuels de ceux-​ci et même des incon­nus. Regardez cette misère à tra­vers un court échange de SMS que nous avions ces jours-​ci avec Amalia. La 2ème jeune fille nom­mée dans cette cor­res­pon­dance, Lilie, est éga­le­ment enceinte et fut tout récem­ment sau­vée par SOS Mamans, jus­te­ment avec l’aide effi­cace d’Amalia.

- Amalia : Pouvez-​vous m’aider, moi et Lilie, de par­tir 6 semaines pour un tra­vail sai­son­nier, en vous char­geant de nos 2 loyers pour juin dès main­te­nant pour ne pas perdre nos loge­ments par 1 mois d’absence, total 700€? Ce stage me per­met­tra de me reprendre en main.

- SOS Mamans : Exceptionnellement OK puisque cela vous fera aus­si une sérieuse réfé­rence de tra­vail et vous aide­ra à trou­ver un vrai job après votre ren­trée. Je vous don­ne­rai cette somme cet après-midi.

Le len­de­main :

- A : C’est hor­rible, je suis au poste de police, j’ai été vio­lem­ment atta­quée et déro­bée dans la rue, j’ai des bleus par­tout, tout l’argent est par­ti. J’ai marre de cette vie, je suis entou­ré d’un monde de m…

-SOS M : Courage ! Exceptionnellement OK pour te rem­pla­cer les 700€, dans l’intérêt de ce stage. Mais la pro­chaine fois dis­si­mule donc les sommes reçues mieux à divers endroits sur ton corps, je te l’avais déjà dit.

Le len­de­main :

- A : La vie est trop dure. J’ai pris une grande décision.

- SOS M (crai­gnant un avor­te­ment): Mais tu m’avais bien confir­mé que tu don­ne­rais nais­sance sous X ?

- A : Oui, mais j’ai déci­dé de me faire enle­ver les ovaires, je ne peux assu­rer tant d’enfants.

- SOS M : Ce n’est pas la faute de tes ovaires, mais la faute de cou­cher avec n’importe qui, n’importe quand et n’importe où !

- A : Je sais. Sans vous je serais déjà morte, je vis grâce à vous, et Lilie éga­le­ment. Il y a deux mois elle dor­mait encore la nuit dans la gare…

- SOS M : Amalia, il faut chan­ger de vie, te sépa­rer de toutes ces ser­vi­tudes qui t’abaissent. Il n’y a qu’un seul che­min : Jésus Christ notre Sauveur. Tu devrais te faire bap­ti­ser pour deve­nir chré­tienne, et je peux t’aider en cela.

- A : Je veux bien.

- SOS M : Deo gratias

Cher lec­teur, chère lectrice,

vous faites par­tie de nos dona­teurs ou coopé­rants, et nous nous fai­sons une joie de par­ta­ger avec vous, par le biais des extraits de notre “Journal de bord”, nos joies et nos peines. 

Ce “Journal” devient un monu­ment de l’es­pé­rance, prou­vant que le crime de l’a­vor­te­ment peut être vain­cu par la cha­ri­té chrétienne.

Nous sommes fiers et heu­reux de vous savoir à nos côtés. Restez y, s’il-​vous-​plaît !

Vous faites véri­ta­ble­ment par­tie de l’é­quipe de SOS MAMANS, mer­ci, et en avant !

Site Internet : (rubrique SOS MAMANS)

Dons immé­diats pos­sibles sur ce site Internet en page d’accueil, en spé­ci­fiant : « pour Sos Mamans ».

Pour tout renseignement, contact ou don :

S.O.S MAMANS (UNEC)
B.P 70114
95210 St-Gratien
Rép/​Fax 01 34 12 02 68
sosmamans@wanadoo.fr