S.O.S Mamans – Journal de bord n° 70 – Semaine Sainte 2016 – Chronique de février à mars 2016

Samedi 20 février 2016 

Confidentiellement nous pou­vons vous dire que cette semaine deux cas très durs nous ont préoccupés :

- D’une part une jeune Africaine enceinte ren­con­trée dans la rue, expul­sée de l’appartement du géni­teur du bébé en rai­son de sa gros­sesse. Pire, ce voyou l’a mal­trai­tée et tor­tu­rée (notam­ment la main défor­mée par la fer­me­ture vio­lente de la porte en l’éjectant du véhi­cule). Pour la secou­rir nous l’avions ins­tal­lée dans un de nos stu­dios d’urgence, mais voi­là hier matin elle a accou­ché – sûre­ment du fait de ses angoisses – d’un grand pré­ma­tu­ré (6 mois), et l’hôpital essaye, pour l’instant avec suc­cès, de sau­ver le bébé. La jeune femme est for­te­ment trau­ma­ti­sée de tout cela, mais nous l’entourons, grâce aus­si à votre aide généreuse.

- D’autre part une mineure de 14 ans, enceinte de l’amant de sa mère, qui lui, enten­dant de cette gros­sesse, l’a mal­trai­tée avec une telle vio­lence que nous avons dû l’amener à l’hôpital pour des écho­gra­phies et radios pour détec­ter les dif­fé­rentes frac­tures, notam­ment à l’épaule et à la poi­trine. Ce Monsieur l’a mena­cée de mort si elle n’avorte pas. Nous l’avons vite mise à l’abri. Le pire : ce Monsieur est un per­son­nage haut pla­cé dans la socié­té et peut à tout moment déclen­cher une recherche pour retrou­ver la fille de sa concu­bine pour la faire avor­ter de force, sinon pire. Là aus­si votre aide est tom­bée du ciel, MERCI BEAUCOUP ! Elle est à labri et se repose – et attend son bébé en paix.

Mardi 1er mars 2016

Un cas sem­blable au der­nier signa­lé sous le 20 février s’est pré­sen­té. Cette fois-​ci nous ne pou­vons aller dans les détails, les faits étant trop criants . C’est donc une nou­velle « caté­go­rie de cas » que le Bon Dieu nous fait décou­vrir en sau­vant la vie des bébés de l’avortement : après les sau­ve­tages « clas­siques » du début, nous nous trou­vions très vite et suc­ces­si­ve­ment impli­qués dans les domaines aus­si divers que la pros­ti­tu­tion dans les rues, les jeunes filles enceintes dans les lycées, les « mères ter­ribles » qui vendent les embryons de leurs filles pour se faire de l’argent, les jeunes filles russes offertes à Paris en appar­te­ments de plai­sance aux tou­ristes de l’Europe de l’est, les esclaves sexuels dans cer­tains ambas­sades musul­mans en nos capi­tales euro­péennes – et main­te­nant les bébés en dan­ger de mort dans la haute socié­té de la France. Jamais nous aurions ima­gi­né que les sau­ve­tages nous amè­ne­raient jusque là, mais l’école du Seigneur est douce et patiente, « mon far­deau est léger ». Nous savions que tous les che­mins mènent vers la Croix, cepen­dant quand la cru­ci­fixion approche, le cœur tremble, mais le salut est à por­tée de main, notam­ment à por­tée des bébés que nous avons l’immense hon­neur de pré­sen­ter vivants devant Celui qui les a créés. C’est là toute notre satis­fac­tion, et la vôtre, chers donateurs.

Vendredi Saint 24 mars 2016 

Faut-​il en par­ler ? Pour la 4ème fois une banque a fer­mé uni­la­té­ra­le­ment notre compte, sans qu’il y ait eu le moindre inci­dent ban­caire. Une de ces banques indé­li­cates nous a confié à l’oreille : « Vous savez, cela ne vient pas de notre banque, ça vient de beau­coup plus haut ! » Nous en avons pris acte. Quoi qu’il en soit, il fal­lait essayer d’ouvrir un nou­veau compte, ce qui est main­te­nant chose faite, Deo gra­tias. Naturellement de tels acci­dents de par­cours nous nuisent finan­ciè­re­ment, car en fai­sant dépla­cer la petite cen­taine de vire­ments men­suels auto­ma­tiques dont dépendent lar­ge­ment nos actions de sau­ve­tage, on en perd chaque fois 15 à 20 %, sans par­ler des pertes sèches entre la fer­me­ture du compte et la réins­tal­la­tion des vire­ments auto­ma­tiques sur un autre compte. Mais grâce à Dieu tout fonc­tionne bien de nou­veau. Par contre pour la « caisse du Bon Dieu » elle-​même, oui c’est le Vendredi Saint. C’est pour­quoi nous adres­sons un appel de secours à tous nos dona­teurs de bien vou­loir pen­ser à nos bébés et leurs petites mamans en nous envoyant vite une obole de Carême, aus­si petite qu’elle soit, pour nous aider à conti­nuer nos sau­ve­tages vitaux. Le plus rapide est un vire­ment par Paypal qui nous par­vient le même jour, à par­tir de la page d’accueil de notre site . Sinon par chèque à SOS MAMANS (UNEC), BP 70114, 95210 Saint-​Gratien. C’est urgent.

Reste à vous sou­hai­ter, chers amis et dona­teurs, une Joyeuse Fête de Pâques 2016, témoin de la Résurrection du seul Sauveur Notre Seigneur Jésus-​Christ. « Dux vitae mor­tuus regnat vivens », chante lapi­dai­re­ment la litur­gie de Pâques : « Le Prince de la Vie, mort, règne vivant » !

BILAN au 24 mars 2016 : à ce jour 1191 bébés sau­vés de l’avortement en 21 ans d’engagement ; actuel­le­ment 22 petites mamans enceintes logées par nos soins, soit en nos stu­dios loués à Paris, soit chez nos dames « héber­geuses » ; 220 exem­plaires de notre « Livre de bord de SOS Mamans » ven­dus ; 45.000 de nos timbres spé­ciaux (Sacré Cœur, Notre Dame de Vladimir, osten­sion de la Sainte Tunique) en cir­cu­la­tion, au béné­fice de SOS Mamans ; et 2.254 Euro res­tent en fond de caisse, suf­fi­sant a prio­ri pour 2 sau­ve­tages à venir, mais pas plus.

Omnia ad maio­rem Dei Gloriam ! – Tout à la plus grande Gloire de Dieu !

W. Wuermeling, Secrétaire Général

Cher lec­teur, chère lectrice,

vous faites par­tie de nos dona­teurs ou coopé­rants, et nous nous fai­sons une joie de par­ta­ger avec vous, par le biais des extraits de notre “Journal de bord”, nos joies et nos peines. 

Ce “Journal” devient un monu­ment de l’es­pé­rance, prou­vant que le crime de l’a­vor­te­ment peut être vain­cu par la cha­ri­té chrétienne.

Nous sommes fiers et heu­reux de vous savoir à nos côtés. Restez y, s’il-​vous-​plaît !

Vous faites véri­ta­ble­ment par­tie de l’é­quipe de SOS MAMANS, mer­ci, et en avant !

Site Internet : (rubrique SOS MAMANS)

Dons immé­diats pos­sibles sur ce site Internet en page d’accueil, en spé­ci­fiant : « pour Sos Mamans ».

Pour tout renseignement, contact ou don :

S.O.S MAMANS (UNEC)
B.P 70114
95210 St-Gratien
Rép/​Fax 01 34 12 02 68
sosmamans@wanadoo.fr