Quand s’ouvre une étape décisive

Notre joie pai­sible a mal­heu­reu­se­ment été for­te­ment enta­chée par l’é­cho média­tique invrai­sem­blable fait à une décla­ra­tion de Mgr Williamson

Le décret de la Congrégation des évêques du 21 jan­vier 2009, annu­lant les excom­mu­ni­ca­tions décla­rées par la même Congrégation le 1er juillet 1988 contre les quatre évêques auxi­liaires de la Fraternité Saint-​Pie X, a rem­pli notre coeur de joie et d’une vive gratitude.

Joie pour l’Église, tout d’a­bord, car cette cen­sure injuste et inva­lide entraî­nait de fac­to une condam­na­tion et un mépris por­tés contre toute la Tradition de l’Église elle­même. Proclamer qu’on s’at­ta­chait à la Tradition, de quelque façon que ce soit, entraî­nait jus­qu’i­ci pour celui qui s’y ris­quait un dan­ger sérieux d’être amal­ga­mé avec des « excom­mu­niés », et d’être en consé­quence rejeté.

Joie ensuite pour ce début de réha­bi­li­ta­tion accor­dée à Mgr Lefebvre et à Mgr de Castro Mayer, les consécrateurs.

Cet acte du Siège apos­to­lique sus­cite évi­dem­ment en nos coeurs une pro­fonde gra­ti­tude, et tout d’a­bord envers la bien­heu­reuse Vierge Marie, à qui nous avions confié cette inten­tion par notre croi­sade du rosaire, et qui a répon­du si béni­gne­ment à nos prières instantes.

Reconnaissance éga­le­ment à l’é­gard du Saint-​Père qui, cela n’est pas dou­teux, s’est enga­gé et impli­qué per­son­nel­le­ment dans ce geste avec un cou­rage dont nous lui savons pro­fon­dé­ment gré, étant don­né les énormes pres­sions qu’il a subies et conti­nue de subir à ce sujet.

Notre joie pai­sible a mal­heu­reu­se­ment été for­te­ment enta­chée par l’é­cho média­tique invrai­sem­blable don­né à une décla­ra­tion de Mgr Williamson, décla­ra­tion dans laquelle, à l’en­contre du consen­sus des his­to­riens, il mini­mi­sait de façon consi­dé­rable le mas­sacre subi par les Juifs de la part du régime national-​socialiste, et contes­tait ouver­te­ment l’u­ti­li­sa­tion de chambres à gaz.

Cette décla­ra­tion a entraî­né beau­coup de dés­in­for­ma­tion et d’ac­cu­sa­tions mensongères.

La Fraternité Saint-​Pie X, par le biais de son supé­rieur géné­ral, a rap­pe­lé solen­nel­le­ment que « cette décla­ra­tion ne reflète en aucun cas les posi­tions de notre société ».

Abbé Régis de Cacqueray †, Supérieur du District de France

Source : Fideliter n° 188

Capucin de Morgon

Le Père Joseph fut ancien­ne­ment l’ab­bé Régis de Cacqueray-​Valménier, FSSPX. Il a été ordon­né dans la FSSPX en 1992 et a exer­cé la charge de Supérieur du District de France durant deux fois six années de 2002 à 2014. Il quitte son poste avec l’ac­cord de ses supé­rieurs le 15 août 2014 pour prendre le che­min du cloître au Couvent Saint François de Morgon.