logos-lpl-separator-blc

Entretien avec l’abbé Nouveau

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

ans sa de janvier 2003, Monseigneur Fellay nous annonçait la fondation en cours d’un prieuré au Kenya, en Afrique anglophone donc. Il écrivait :

« Le Kenya reçoit la visite sporadique des prêtres de la Fraternité depuis vingt cinq ans… Subitement, nous découvrons l’existence d’un groupe de 1.500 fidèles organisés dans leur lutte et refus de la communion dans la main et debout. Les premiers contacts montrent bien évidemment qu’il ne s’agit pas seulement du mode de communier, mais bien de toute une attitude traditionnelle. Nous découvrons aussi nombre de religieuses ayant quitté leurs diverses congrégations ou en ayant été chassées à cause de leur refus des réformes conciliaires. Vivant dans le monde elles sont restées fidèles à leurs voux. Maintenant 16 d’entre elles s’adressent à nous afin que nous leur donnions la possibilité de vivre de nouveau en communauté. »

Aujourd’hui, La Porte latine a le plaisir de vous proposer un entretien avec le tout jeune supérieur du Kenya qui a accepté, malgré une incroyable surcharge de travail, de répondre à nos questions avec gentillesse.


La Porte latine : Tout d’abord Monsieur l’abbé pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Abbé Christophe Nouveau : J’ai été ordonné en juin 2001 , mon premier poste fut le prieuré de Fort-de-France en Martinique, d’où je desservais la Guyane Francaise (NDLR : demander n° 151, janvier-février 2003 / “Les premières communions en Guyanne). J’ai quitté les Antilles en mars 2004 pour venir au Kenya et je suis prieur de Nairobi depuis juin.

La Porte latine : Combien de prêtres de la Fraternité sont-ils présents dans ce pays ?

Abbé Christophe Nouveau : Nous sommes deux ; je suis avec monsieur l’abbé Denis Bedel qui lui aussi est francais. Il a été ordonné en juin 2003 et a passé dix mois en Afrique du Sud avant de rejoindre le Kenya.

La Porte latine : La vie au Kenya est-elle facile ?

Abbé Christophe Nouveau : Le climat ici est très agréable car, bien que sur l’Equateur, nous sommes à 1800 mètres d’altitude. Le pays est verdoyant et les Kenyans sont accueillants et travailleurs. Mais nous sommes dans un pays en voie de développement avec tous ses problèmes : coupures fréquentes d’électricité et de téléphone , eau du robinet non potable, routes en très mauvais état et le centre de Nairobi est pollué par les gaz d’échappement des vieux véhicules.

La Porte latine : Depuis combien de temps la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X est-elle présente au Kenya ?

Abbé Christophe Nouveau : Le prieuré de Nairobi a été fondé en septembre 2003 , c’est donc récent mais l’histoire de la Fraternité au Kenya est plus ancienne. C’est en 1976 qu’un fidèle de Nairobi envoya une lettre à Mgr Lefebvre pour lui demander des prêtres . Le premier prêtre de la Fraternité à passer au Kenya fut Monsieur l’abbé Williamson en 1980. De nombreux prêtres sont passés, venant principalement du Zimbabwe, pour faire le tour des différents groupes de fidèles qui nous réclamaient


La Porte latine : Quel est actuellement votre ministére au Kenya ?

Abbé Christophe Nouveau : Nous sommes encore dans la phase de fondation du prieuré , ce qui fait que nous avons encore beaucoup de problèmes adminstratifs à régler.
Pour le ministère proprement dit , nous avons une chapelle provisoire – la chapelle Saint-Michaël- dans la banlieue de Nairobi où viennent à la messe le dimanche une bonne cinquantaine de fidèles et 6 groupes à travers tout le pays.


La Porte latine : Quels sont vos projets ?

Abbé Christophe Nouveau : Il y en a plusieurs :
– le lancement d’un bulletin;
– le catéchisme à la chapelle et dans un autre quartier de Nairobi qui se nomme Kawangware;
– la recherche d’un endroit mieux situé pour pouvoir y bâtir une vaste église;
– l’ouverture en septembre d’un pré-seminaire.

La Porte latine : Un pré-seminaire ! Il y a donc déjà des vocations ?

Abbé Christophe Nouveau : Effectivement, nous allons recevoir 4 jeunes Kenyans qui veulent devenir prêtres. Et, il y a actuellement en Suisse 8 Kenyanes en formation chez les et une autre va les rejoindre prochainement.

La Porte latine : Cher monsieur l’abbé, nous rendons grâce à Dieu d’un tel développement, mais comment comment aider la Providence à concrétiser tous ces projets ?

Abbé Christophe Nouveau : La réussite est entre les mains de Dieu. Nous demandons donc d’abord aux lecteurs de La Porte latine de prier pour nous, de beaucoup prier et de nous associer à leurs demandes lorsqu’ils s’adressent au Bon saint Joseph. Merci à eux de nous réserver une part de leur chapelet quotidien, Notre Mère du Ciel est si douce et si généreuse envers ses enfants qui l’implorent !
Puis nous osons, pour la plus grande gloire de Dieu, vous demander de nous aider financièrement selon vos possibilités. Pour cela vous pouvez envoyez vos dons à la en indiquant “Pour les missions du Kenya” ou nous écrire directement à l’adresse suivante :

Supérieur : Abbé Christophe NOUVEAU

Help of Christians
P.O. Box 852
EAK – Karen 00502
[+254] 721.730.561