logos-lpl-separator-blc

Près de 7 000 à Paris le 11 déc. pour défendre l’honneur de Notre Seigneur

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Les catholiques ne veulent plus se laisser impunément insulter en France !

Grand succès devant le théâtre du Rond-Point à Paris

La marche organisée ce 11 décembre par l’Institut Civitas entre la place de l’Alma et le Rond-Point des Champs-Élysées a rencontré un vif succès.

Près de sept mille catholiques, venus des chapelles traditionalistes comme des églises avoisinantes, soutenus par la présence de prêtres d’horizons divers, ont d’abord prié en réparation des violentes offenses faites au Christ et aux Chrétiens dans la pièce qui se jouait cet après-midi à Paris.

Rejoints même par des non catholiques, ils ont eu à cœur de faire passer un message à leurs élus et compatriotes en affirmant leur volonté de ne plus voir l’image de Dieu traitée de la manière la plus ordurière qui soit.

Le bon sens fera comprendre qu’il ne s’agit pas là de porter atteinte à quelque art ou liberté, termes abusivement sollicités pour l’occasion, mais tout simplement de garantir la forme la plus élémentaire du respect.

Lors de ce rassemblement, c’est la ferveur et la sérénité qui régnaient. La seule « violence » que les journalistes auront pu constater, c’est cette visibilité le long des quais de Paris d’une foule jeune, porteuse d’espérance, décidée à ne pas déserter le débat dans les mois qui viennent et que certains médias ont discréditée en l’injuriant du nom de « fondamentalistes ». Mais ceux qui défendent le Christ se rappellent de ses propos qui les ont assurés de la béatitude lorsqu’ils seront persécutés en son nom.

Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas

Le défilé dans le calme et la joie de l’espérance catholique


La presse s’est déplacée en grand nombre pour s’intéresser de plus en plus objectivement à ce grand mouvement de fond auquel peu de gens s’attendaient…

Ce qui a le plus surpris les observateurs – médiatiques, politiques, mais aussi religieux “frileux” – ce sont les milliers de jeunes qui, depuis plusieurs mois, se mobilisent dans le calme, la détermination et la prière.

Comme le souligne le communiqué de Civitas (Voir plus haut), ce sont des prêtres et des paroissiens de tous horizons qui ont voulu marquer leur ras-le-bol des attaques contre la religion catholique.

Le chapelet récité en réparation des blaspèmes et en union avec tous les absents


Les journalistes, les badauds, les observateurs ont été surpris – et édifiés – par la ferveur et le recueillement de ces milliers de catholiques à genoux dans les rues de Paris.

Reportage photos n° 2 : une foule impressionnante et des portraits pris sur le vif