logos-lpl-separator-blc

Jésus notre Roi contre Assise, par l’abbé Dominique Rousseau – Fév.2011

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Abbé Dominique Rousseau
Abbé Dominique Rousseau

J’avais prévu d’attendre le mois de mars pour éditer un bulletin. Mais il y a aujourd’hui urgence et il importe de rester éveillés dans la nuit.

La sainte Église est de nouveau humiliée. Rome, en son Pontife suprême, prépare un rassemblement, inter-religieux, pour le mois d’octobre prochain : Assise (pour la troisième fois), afin de fêter le vingtcinquième anniversaire du scandale d’octobre 1986 où la sainte Église fut humiliée par le Souverain Pontife.

Ce même pape, Jean-Paul II, le pape d’Assise, va bientôt être béatifié… Nous vivons des temps d’Apocalypse et ne pouvons rester muets devant un tel scandale !

Nous gardons cependant l’Espérance et rien ne pourra l’entamer car nous aimons Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous avons Foi dans Ses paroles. Les trois vertus théologales règnent bien vivantes en nos âmes. Et en même temps, meurtris par les scandales répétés, un profond dégoût envahit nos âmes blessées par ceux qui devraient nous guider, nous mener jusqu’aux cimes célestes. Au jour du jugement, ils auront des comptes à rendre à l’Unique Sauveur et Maître, bafoué et mis au rang des scélérats, des démons.

Cette année pour le pèlerinage de la Pentecôte, une grande procession en l’honneur de Notre-Seigneur présent réellement dans l’Eucharistie clôturera notre marche de pénitence. La Fête-Dieu lors du lundi de Pentecôte, en plein Paris ! Les droits de Dieu vengeront son Honneur outragé par les cérémonies romaines.

Il faut expier, réparer l’opprobre par la pénitence, en nous rendant nombreux au pèlerinage de la Pentecôte. Marcher et prier. Nous traîner peut-être quand nos corps ne pourront plus nous porter. Faire oeuvre de réparation en brandissant hautement et fièrement le drapeau de la catholicité : Notre Seigneur Jésus- Christ Eucharistie. Il est le SEUL vrai Dieu, l’unique Nom par qui nous puissions être sauvés. Sous nos yeux, vingt siècles de christianisme sont bafoués. Ces cérémonies placent Notre- Seigneur sur un pied d’égalité avec les démons. Notre Maître est souillé, mis à mal, traîné dans la boue. Nous ne pouvons rester indifférents, blasés par tant de répétitions… Monseigneur Lefebvre avait prononcé des paroles très fortes – et fait dessiner aussi – lors du scandale d’Assise. Nous les faisons nôtres, un quart de siècle plus tard. Il n’est pas question de nous taire. Nous respectons les personnes sans doute. Nous prions pour elles, afin qu’elles se convertissent et qu’elles vivent. C’est l’esprit du Carême : Dieu ne veut pas la mort du pécheur, mais il veut sa conversion. Le retour de la brebis égarée, fût-elle haut placée en dignité, de rouge ou de blanc vêtue, est dans le programme miséricordieux de notre Sauveur : « Et toi, une fois revenu, confirme tes frères. » (Lc XXII 32)

Bien chers Fidèles, étudions le dossier du pèlerinage ! Blottissons-nous auprès du Saint Sacrement, allons à la sainte Messe, communions au moins spirituellement si nous ne pouvons nous rendre au saint Sacrifice. La Charité du Christ nous presse ! Tout en continuant à bien faire notre devoir d’état, ayons le souci de réparer, de nous unir à Jésus souffrant. Offrons nos sacrifices dans le grand Sacrifice, c’est ainsi que nos actes seront méritoires.

Nous ne pouvons rester muets devant de tels faits, de tels scandales qui heurtent de plein fouet notre Foi. Abandonner un point de notre Credo équivaut à tout abandonner. « Celui qui n’aura pas gardé la foi catholique, entière et inviolable, périra certainement pour l’éternité. » (Symbole de saint Athanase)

Malheur aux chrétiens qui supportent sans indignation que leur adorable Sauveur soit mis, pêle-mêle avec Bouddha et Mahomet, dans je ne sais quel panthéon de faux dieux ! [Père EMMANUELÉtude sur l’Église – Le drame de la fin des temps. Bulletin de N.-D. de la Sainte-Espérance – Juin 1885]

Abbé Dominique Rousseau, Directeur de l’école “L’Etoile du Matin”

Editorial extrait de “L’Etoile du Matin” n°181 de février 2011