logos-lpl-separator-blc

Réponse du Pape Benoît XVI à Mgr Fellay suite à sa lettre du 17 juin 2012 – 30 juin 2012

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

A Monseigneur Bernard Fellay,

Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Dans la lettre du 17 juin 2012 vous m’avez fait part que vous ne pourrez pas signer la Déclaration doctrinale qui vous a été remise par son Eminence le cardinal Levada lors de votre rencontre du 13 juin 2012.

Permettez-moi de vous faire part à mon tour de la déception qu’a suscité en moi une telle nouvelle. Par ailleurs, un document interne de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, diffusé dans les médias le 26 juin 2012, laisse entendre que j’aurais été satisfait de la Déclaration doctrinale proposée par la Fraternité en avril dernier, mais que les modifications apportées à ce texte l’auraient rendu « clairement inacceptable » pour vous.

La Déclaration doctrinale en question, préparée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ainsi que par la Commission Pontificale Ecclesia Dei, et approuvée explicitement par moi avant de vous être remise, intègre les éléments jugés indispensables pour être à même de prononcer la Profession de foi et le Serment de fidélité pour assumer une charge exercée au nom de l’Eglise, garants de la pleine communion ecclésiale. Ces éléments sont essentiellement l’acceptation:

– du Magistère comme interprète authentique de la Tradition apostolique;

– du concile Vatican II comme partie intégrante de ladite Tradition, restant sauve la possibilité d’une discussion légitime sur la formulation des points particuliers des documents conciliaires;

– de la validité et de la licéité du Novus Ordo Missae.

Au moment où s’ouvre le Chapitre général de votre Fraternité, je ne puis qu’encourager cette assemblée à accepter ces points comme étant nécessaire pour une réconciliation au sein de la communion de l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique.

En élevant des prières à Dieu dans ce sens, je vous prie d’agréer, Monseigneur, l’assurance de mes sentiments respectueux et dévoués.

Du Vatican, le 30 juin 2012

Benoît XVI