Mgr Antonio Stagliano : « Les francs-​maçons sont hors de l’Eglise, fussent-​ils prêtres et évêques »


Le 12 novembre s’est tenu à Syracuse, en Sicile, une ren­contre orga­ni­sée par le Grand Orient d’Italie sur le thème : « Eglise et maçon­ne­rie, si près, si loin ». Mgr Antonio Stagliano, évêque de Noto, dio­cèse voi­sin de celui de Syracuse, a par­ti­ci­pé à la ren­contre [Voit pho­to ci-​dessus] et s’en est expli­qué au jour­nal ita­lien La Croce. C’était pour rap­pe­ler que « Les francs-​maçons sont hors de l’Eglise, fussent-​ils prêtres et évêques ».

Le pré­lat a d’emblée évo­qué l’incompréhension et même l’indignation de nom­breux catho­liques en appre­nant qu’il se ren­drait à cette réunion orga­ni­sée par la franc-​maçonnerie, « parce qu’ils ont une concep­tion de la franc-​maçonnerie qui, évi­dem­ment, est négative ».

Et de poursuivre : 

« Les maçons seraient de ces gens enca­gou­lés, sata­nistes, mafieux. Si cela est vrai, je peux même les com­prendre, ces catho­liques. Mais j’ai été invi­té un débat public, avec une maçon­ne­rie qui ne semble pas être une socié­té secrète et dont les chefs de file sont visibles. J’ai eu la pos­si­bi­li­té de leur prê­cher l’Evangile, a eux aus­si, parce qu’ils m’avaient deman­dé de par­ler de la rela­tion entre l’Eglise et la maçon­ne­rie. Etant don­né que je ne sais pas beau­coup de choses de la maçon­ne­rie, je pen­sais leur par­ler de l’Eglise catho­lique. En lais­sant toute liber­té à leurs intel­li­gences afin qu’ils com­prennent s’ils en sont loin ou proches. »

Devant des membres du Grand Orient en Sicile, Mgr Antonio Stagliano rap­pelle que les francs-​maçons sont excommuniés

« Je leur ai expli­qué que pour l’Eglise de Vatican II, l’Eglise du dia­logue, ils ne sont ni près ni loin, mais au contraire tota­le­ment en dehors. Ils sont en dehors de la com­mu­nion catho­lique, ils sont excom­mu­niés. Je leur ai expli­qué ce qu’est l’excommunication. Permettez-​moi donc de ras­su­rer tout ceux qui pensent que ma pré­sence « dia­lo­guante » est une sorte de dédoua­ne­ment. Pas du tout. Je n’ai pas com­pé­tence pour faire cela. Mais comme théo­lo­gien, comme évêque, mais sur­tout comme théo­lo­gien, j’ai vou­lu expli­quer qu’ils sont en dehors de la com­mu­nion de l’Eglise. »

Les francs-​maçons qu’ils soient prêtres ou évêques sont aus­si hors de l’Eglise

La jour­na­liste de La Croce lui a objec­té que selon de nom­breux maçons divers catho­liques sont affi­liés à la maçon­ne­rie. Etait-​ce aus­si à ces catho­liques que s’adressait Mgr Stagliaro ?

Réponse :

« Certainement ; je dirais que l’une des prin­ci­pales rai­sons qui m’ont conduit vers ce dia­logue, ce fut en pre­mier lieu la volon­té d’obéir aux com­man­de­ments de Jésus, quand il y a des loups : « Je vous envoie comme des bre­bis au milieu des loups » ; et s’il y a des enne­mis de l’Eglise : « Tu dois aimer tes enne­mis. » De telle sorte que ce que j’ai fait, tout au moins dans l’intention de mon cœur, c’est une œuvre de cha­ri­té intel­lec­tuelle ; la cha­ri­té c’est aus­si de don­ner quelque éclai­rage par­ti­cu­lier à des per­sonnes qui peuvent être déso­rien­tées. Car si nombre de ceux qui m’ont écou­té sont maçons et sont en même temps catho­liques, il est évident que ces per­sonnes sont nos frères, un peu déso­rien­tés. Comment récon­ci­lier leur appar­te­nance à la maçon­ne­rie avec l’excommunication : en allant à l’Eglise, voire en rece­vant l’aliment de l’Eucharistie ? Cela n’est pas pos­sible. Si par ailleurs, comme le disent cer­tains, cer­tains prêtres et cer­tains évêques appar­tiennent à la franc-​maçonnerie, la pré­sence auto­ri­sée d’un évêque me semble néces­saire pour leur dire : voyez, ces choses ne sont pas pos­sibles. Parce que si un prêtre ou même un évêque adhère à la franc-​maçonnerie, cela signi­fie qu’il n’attache aucune impor­tance à l’excommunication. Mais un catho­lique qui n’attache pas d’importance à l’excommunication, eh bien je crois qu’il a des pro­blèmes d’identité catho­lique, à ce qui me semble.

Je suis venu ici pour dire que cet éloi­gne­ment et cette proxi­mi­té doivent être inter­pré­tés en disant qu’eux sont tel­le­ment loin, qu’ils sont en dehors de la com­mu­nion avec l’Eglise. Dès lors, s’agissant de per­sonnes douées de rai­son, on peut par­ler avec elle et dia­lo­guer, et moi, j’ai déve­lop­pé le thème pour voir quel serait la pos­si­bi­li­té d’une proxi­mi­té qu’elles ver­raient en une dis­tance abyssale. »

Sources : Nuova Bussola Quotidiana /​La Croce /​Infocatolica /​Traduction de Jeanne Smits pour reinformation.tv /​La Porte Latine du 28 novembre 2017