Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   François à Lund chez Luther : un jour funeste, par R. de Mattei - 03 novembre 2016

Accès à notre dossier " Les ravages de l'oecuménisme"
Accès à tous les documents de la bibliothèque de La Porte Latine
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

François à Lund chez Luther : un jour
funeste, par R. de Mattei - 03 novembre 2016

Accès à notre dossier sur Luther

Déclaration conjointe à l'occasion de la commémoration commune Catholique-Luthérienne de la Réforme- 31 oct. 2016
Déclaration conjointe entre le pape et l'église luthérienne : communiqué du Supérieur du District de France - 2 nov. 2016


Mais qu'est-ce qui unit les catholiques et les luthériens? Rien, pas même le baptême, le seul des sept sacrements que les luthériens reconnaissent.

Note de la rédaction de La Porte Latine :
il est bien entendu que les commentaires repris dans la presse extérieure à la FSSPX
ne sont en aucun cas une quelconque adhésion à ce qui y est écrit par ailleurs.

Nous le disons avec une profonde douleur. Celle qui a fait surface le 31 Octobre à Lund au cours de la rencontre oecuménique entre François et les représentants de la Fédération luthérienne mondiale ressemble à une nouvelle religion. Une religion dont les points de départ sont clairs, mais dont le but est obscur et inquiétant.

Le slogan qui a le plus résonné dans la cathédrale de Lund est la nécessité d'un «chemin commun» qui amène les catholiques et les luthériens «du conflit à la communion». Le Pape François et le pasteur Martin Junge, secrétaire de la Fédération luthérienne, ont tous deux fait référence dans leurs sermons à la parabole évangélique de la vigne et des sarments (Jean, 15, 1-8). Catholiques et luthériens seraient des «branches sèches» d'un arbre qui ne porte pas de fruits à cause de la séparation de 1517. Mais personne ne sait pas ce que serait ces «fruits». Ce que les catholiques et les luthériens semblent avoir en commun pour le moment est seulement une situation de crise profonde, même si c'est pour des raisons différentes.

Le luthéranisme a été l'un des principaux facteurs de sécularisation de la société occidentale, et aujourd'hui il agonise à cause de la constance avec laquelle il a développé les germes de dissolution qu'il portait en lui dès sa création. Les pays scandinaves, depuis longtemps présentés comme modèle de notre futur, ont été l'avant-garde de la laïcisation. Mais la Suède, après s'être transformée en la patrie du multiculturalisme et des droits des homosexuels, est aujourd'hui un pays où seulement 2% des luthériens sont pratiquants, alors que près de 10% de la population pratiquent la religion musulmane.

L'Eglise catholique, au contraire, est en crise d'auto-destruction, parce qu'elle a abandonné sa tradition pour embrasser le processus de sécularisation du monde moderne, précisément au moment où celui-ci se décompose. Les luthériens cherchent dans l'oecuménisme un souffle de vie, et l'Eglise catholique ne perçoit pas dans cette étreinte le souffle de la mort.

«Ce qui nous unit est beaucoup plus que ce qui nous divise», a-t-on encore dit à la cérémonie de Lund.

Mais qu'est-ce qui unit les catholiques et les luthériens? Rien, pas même le baptême, le seul des sept sacrements que les luthériens reconnaissent. Pour les catholiques, en effet, le baptême enlève le péché originel, tandis que pour les luthériens, il ne peut pas l'effacer, parce que pour eux la nature humaine est radicalement corrompue et le péché est invincible. La formule de Luther «pèche fortement, mais crois plus fortement», résume sa pensée. L'homme est incapable de bien et ne peut s'empêcher de pécher et s'en remettre aveuglément à la miséricorde divine. Dieu décide, de façon arbitraire et sans appel, ceux qui se damnent et ceux qui se sauvent. La liberté n'existe pas, seulement la prédestination rigoureuse des élus et des damnés.

La «Foi seule» s'accompagne de l'«Écriture seule».

Pour les catholiques les sources de la révélation divine sont deux: l'Ecriture Sainte et la Tradition. Les luthériens éliminent la Tradition parce qu'ils affirment que l'homme doit avoir un rapport avec Dieu direct, sans médiation. C'est le principe du «libre examen» de l'Ecriture, dont découlent l'individualisme et le relativisme contemporains. Ce principe comporte la négation du rôle de l'Eglise et du Pape, que Luther qualifiait d'«apôtre de Satan» et d'«antéchrist».

Luther a surtout haï le Pape et la Messe catholique, qu'il a voulu réduire à une pure commémoration, niant son caractère de sacrifice et la transsubstantiation du pain et du vin dans le corps et le sang de Jésus-Christ. Mais pour les catholiques, le renouvellement non sanglant du sacrifice du Christ que l'on a dans la Messe est l'unique source de la grâce divine. S'agit-il de simples incompréhensions et de malentendus?

Le Pape Bergoglio a déclaré à Lund : «Nous aussi, nous devons regarder avec amour et honnêteté notre passé et reconnaître notre faute et demander pardon». Et encore: «On doit reconnaître avec la même honnêteté et le même amour que notre division s’éloignait de l’intuition originelle du peuple de Dieu, qui désire être uni, et que notre division a été historiquement perpétuée plus par des hommes de pouvoir de ce monde que par la volonté du peuple fidèle». ui sont ces hommes de pouvoir? Les Papes et les saints qui, dès le début, ont combattu le luthéranisme? L'Eglise qui, pendant cinq siècles, l'a condamné?

Le Concile de Trente a dit une parole définitive sur l'incompatibilité entre la foi catholique et celle protestante. Nous ne pouvons pas suivre le pape François sur un chemin différent.

Pr. Roberto de Mattei

Sources : corrispondenzaromana.it/Traduction Benoit-et-moi/La Porte Latine du 03 novembre 2016

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 79
La loi naturelle


Bulletins et revues
Lettre de l'ADEC
n° 31 - Toutes les nouvelles des écoles
de la Tradition

Le Flamboyant n° 38 d'octobre 2017 - Prier avec le Rosaire, Père Bochkoltz+
Montgardin - Le Petit Echo de N-D n° 45 d'octobre 2017 - Les leçons de Jacinthe
T.O. de saint Pie X - Mysterium Fidei n° 89 - Fatima et le devoir d'état, abbé Fernandez
Le guide de la vie paroissiale de Brest et Morlaix, abbé Gaud
Marie Reine des Coeurs nº 148 - Le 16 octobre 1917, le Père Kolbe fondait la M.I., abbé Castelain
La Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n° 02 de l'école St-Dominique Savio de Martinique
Vers les sommets d'octobre - Ton mot d'ordre : Apostolat, abbé Gérard
La Malle aux Mille Trésors n° 59 de septembre-octobre
Foyers Ardents : Merci à nos maris,
par M. du Tertre;
le quinze août, par
le Père Joseph


Messe et retraite
Océan Indien
en octobre 2017

11 au 16 oct. messe à Madagascar
16 au 26 oct. messe à La Réunion
17 au 21 octobre, retraite spirituelle
à La Réunion

27 octobre au 3 novembre messes
à l'Île Maurice


A commander
Le rosaire avec Mgr Marcel Lefebvre, par M. l'abbé Troadec

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Lundi 23 octobre 2017
08:25 18:45

  Suivez notre fil RSS