logos-lpl-separator-blc

Le Combat de la Foi Catholique – Pourquoi faire une retraite ?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Chers Amis du Combat de la Foi,

La retraite est l’action de se retirer. Se retirer d’où ? Vers où ? Pourquoi et comment ?

Fuir le prince de ce monde

Il s’agit tout d’abord de se retirer du monde pour fuir le démon puisque le démon « est le prince de ce monde » (Jn 12,31 14,30 16,11 Eph 2,2)

On dira que le monde n’est pas mauvais. Oui et non. Il est difficile de se rendre compte à quel point le démon règne sur le monde et cherche par lui à nous entraîner. Le seul moyen de se rendre compte combien nos rapports avec le monde sont un problème grave, c’est de nous en retirer.

La méditation-clef de saint Ignace, Les deux étendards, est très claire : le démon se sert, pour nous manipuler, de tout ce qu’il trouve dans le monde. Une conférence des retraites de vie chrétienne au Moulin du Pin, sur le chrétien et le monde, traite de ce même problème d’une autre manière à partir de deux exposés de saint Thomas d’Aquin particulièrement éclairants. Et saint L. M. Grignion de Montfort qui fournit la doctrine des retraites « À Jésus par Marie » accorde plus d’un quart de la préparation à la consécration à la Très Sainte Vierge à se vider du monde. Cela vous étonne, vous n’êtes pas convaincus ? C’est bien pourquoi il faut faire une retraite. Vous serez comme un homme asservi ou un prisonnier qui découvrent la liberté. Et c’est l’intérêt des différentes retraites : comprendre ce qu’est le monde à la lumière de saint Thomas ou de saint L. M. Grignion de Montfort éclaire les Deux étendards et réciproquement.

Se retrouver soi-même

La deuxième raison de se retirer est de se retrouver soi-même. C’est la grande force de tous les ermites : coupés du monde, sous le regard de Dieu, ils se découvrent tels qu’ils sont. Ils connaissent l’homme d’une façon profonde et c’est pourquoi l’enseignement des chartreux ou des pères du désert, par exemple, est si éclairant pour nous.

Nous ne pouvons, comme eux, nous retirer définitivement, seuls avec Dieu, faisons-le au moins le temps de profiter de l’enseignement des saints qui savent nous parler de nous. Se connaître soi-même est la deuxième réalité que saint L. M. Grignion de Montfort veut nous faire découvrir ; c’est aussi l’objet de la première semaine des exercices de saint Ignace ; c’est l’enseignement de Mgr Lefebvre que nous donnons dans les retraites de vie chrétienne, car Mgr Lefebvre revenait souvent sur ce sujet.

Une bonne confession, de bonnes résolutions, tels seront les fruits de la retraite, seul avec soi-même devant Dieu.

Connaître Dieu pour mieux l’aimer

Ceci nous mène à découvrir Dieu, à mieux le connaître pour mieux l’aimer. Tel est évidemment le but des étapes précédentes. Là encore, reconnaissons que Dieu ne se laisse découvrir que dans la retraite et le silence : il appelle Moïse à l’écart pour se révéler à lui. Notre Seigneur prend ses disciples à l’écart, que ce soit sur le Thabor ou sur la colline des béatitudes ; les foules l’ont bien compris qui le cherchent à l’écart dans le désert.

Méditer la vie de Notre Seigneur par laquelle il se révèle à nous, c’est l’objet d’une grande partie des retraites selon saint Ignace et des retraites de rosaire ou des retraites « Jésus notre modèle ».

dons. Là encore les différentes retraites s’éclairent et se renforcent l’une l’autre. Les retraites de vie chrétienne ou « À Jésus par Marie » permettent de mieux profiter des méditations de saint Ignace, comme celles-ci donnent de la consistance à notre travail spirituel.

Quant à toutes les retraites qui nous parlent de la Très Sainte Vierge, elles nous font entrer dans cette voie si simple, sûre et facile pour aller à Jésus : Marie qui donne son Fils à tous ceux qui s’approchent d’elle avec foi et confiance.

Le Ciel sera la grande retraite définitive où nous contemplerons Jésus en compagnie de Marie, des saints et de nos amis. Cela ne s’improvise pas.

Les conditions d’une bonne retraite

Pour bien profiter d’une retraite, il faut tout d’abord choisir une date et s’inscrire. C’est évident, mais combien ne le font pas ou retardent… N’attendez pas l’âge de la retraite pour faire une retraite ! Demandez à votre confesseur des conseils sur la retraite qui vous conviendra le mieux.

Ensuite il faut se pénétrer d’une grande confiance en Dieu, notre Père si bon, qui veut notre bien et qui nous attend pour nous combler de ses grâces, de ses dons et de ses bénédictions.

Enfin il faut y aller le chapelet à la main pour que Marie soit avec nous avant et durant la retraite comme elle fut au milieu des apôtres au Cénacle pour la Pentecôte.

Quitter la retraite pour revenir dans le monde

N’oubliez pas que vous n’êtes pas seuls : votre conjoint, vos enfants, vos amis ont besoin des fruits de votre retraite pour en faire leur profit. Car, bien entendu, si le chrétien que vous êtes doit fuir le monde, c’est pour mieux y revenir et exercer sur lui l’influence chrétienne.

Il y a évidemment une différence entre les chartreux qui quittent le monde pour n’y plus revenir et qui sont nos modèles comme les éclaireurs en avant des troupes, et nous qui sommes dans le monde pour y combattre. C’est la question des rapports entre la contemplation et l’action, question si difficile à comprendre pour nos esprits modernes et que la retraite vous fera résoudre pour la plus grande gloire de Dieu. La contemplation et l’action ne s’opposent pas, elles ne s’excluent pas. L’une guide l’autre, l’autre sert la première, le tout est d’apprendre comment. Là encore les retraites vous apporteront les réponses théoriques et pratiques : saint Ignace avec ses règles du discernement des esprits, la retraite de vie chrétienne avec la conférence sur ce sujet, la retraite « À Jésus par Marie » ou celle du rosaire avec l’exemple de la sainte Vierge.

Ainsi, les yeux de la foi fixés sur l’idéal que, en retraite, nous aurons appris à contempler et à aimer, nous travaillerons à le faire aimer autour de nous, nous en montrerons la beauté et, surtout, par le bonheur de notre vie chrétienne, nous montrerons au triste monde que ce bonheur est aussi pour lui s’il veut suivre Jésus-Christ.

La retraite nous fera comprendre que, pour notre combat dans le monde, nos armes ne sont pas celles du monde, mais celles de Dieu. Ce sont la foi qui rayonne, l’amour de Dieu ou charité qui attire, la prudence qui sauve, la miséricorde qui pardonne, la joie dans la pénitence, la beauté de l’ascèse. Toutes ces choses purement divines, c’est en retraite, seuls avec Dieu que nous pourrons d’abord les recueillir. Cela ne retire rien à l’importance de l’oraison qui est comme une petite retraite quotidienne.

Alors, au jour du jugement, vous rendrez au Seigneur les talents qu’il vous aura donnés, augmentés de ceux que vous aurez gagnés, et vous l’entendrez vous dire : « C’est bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître. » Vous aurez la joie d’entendre la même récompense accordée à ceux qui vous suivront et qui entreront au Ciel avec vous parce qu’ils auront été guidés par vous.

Bonne retraite, nous prions pour vous,

Abbé François PIVERT

Extrait du combat de la foi n° 162 – Pour vous abonner voir ci-dessous.

Combat de la Foi

Revue trimestrielle du prieuré Notre-Dame-du-Sacré-Cœur.
Abonnement et administration

Le Combat de la Foi
Le Moulin du Pin
53290 Beaumont Pied de Bœuf

02 43 98 74 63
02 43 98 70 38