logos-lpl-separator-blc

Les photos de la bénédiction de la nouvelle chapelle Saint-Anthelme de St-Baldoph-Chambéry

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Comment nous aider à finaliser le financement de la chapelle St-Anthelme de Saint-Baldoph

20 décembre 2014 – Bénédiction de la nouvelle chapelle de St-Baldoph-Chambéry par M. l’abbé Bouchacourt
Photos de la construction de la nouvelle chapelle de St-Baldoph-Chambéry par M. l’abbé Bouchacourt
Janvier 2013 – Comment soutenir le projet de chapelle à Saint-Baldoph ?

Samedi 20 décembre 2014, M. l’abbé Christian Bouchacourt, Supérieur du District de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, a procédé à la bénédiction de la nouvelle chapelle Saint-Anthelme située en Savoie à Saint-Badolph.

Ls photos de la bénédiction

Saint Anthelme est né au château de Chignin. Il est ordonné prêtre en 1135. Attiré par l’exemple des Chartreux, il se joint à eux, au monastère de Portes, puis à la Grande-Chartreuse, où il est très vite élu septième prieur.

Il se consacre alors à la direction du monastère avec zèle, alliant les affaires temporelles avec une vie spirituelle exemplaire. De ce zèle découla le développement des Chartreux en Europe, et l’apparition de la branche féminine de l’ordre. Sa fermeté dans la défense du bien lui attire des ennuis et de fausses accusations auprès du Pape Eugène III, mais saint Bernard prend sa défense, et son innocence est reconnue. Regrettant alors la paix de la solitude, il démissione du priorat.

Mais à l’élection d’Alexandre III, un antipape, favori de l’empereur Frédéric Barberousse, trouble la paix de l’Église. Anthelme travaille alors à soutenir Alexandre III dans son droit, entraînant derrière lui toute l’Europe, malgré les intimidations de l’empereur. Sa renommée devient alors telle que le Pape le nomme bientôt évêque de Belley en 1163. Il gouverne alors son diocèse avec charité et vigilance, réformant les mœurs de son clergé et de ses fidèles, sachant défendre les droits de l’Église contre les grands de ce monde et gardant toujours les yeux tournés vers la Chartreuse où il aime se retirer de temps en temps

. Il meurt le 26 juin 1178, empporté par la fièvre alors qu’il soulageait les misères des pauvres souffrant de la famine. Dieu confirma la sainteté de son serviteur par des miracles le jour même de sa sépulture. Ce Saint nous offre une triple gloire : il a renoncé à tous les avantages temporels ; il a affermi un ordre naissant qui allait se multiplier ; il a puissament contribué à empêcher un schisme dans l’Église. (Extrait des Bollandistes].