logos-lpl-separator-blc

Pèlerinage de Chartres 2006 Retour au dossier Pèlerinage de Pentecôte 2006

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Soyons Missionnaires !

Chers Pèlerins,

Chaque fois que nous avons la grâce de participer à la messe, nous voyons le prêtre se tourner vers les fidèles à la fin de la cérémonie et dire : « Ite, missa est ». Peut-être le sens de ces quelques mots s’est-il affadi en nos cours ou du moins nous est-il devenu à ce point familier que nous n’en réalisons plus le sens plénier.

Le thème du pèlerinage 2006 est là pour nous le rappeler : « Ite, missa est », ce n’est pas la conclusion d’une messe qui nous signifierait de fermer nos missels et de retourner dans le monde, de nous y fondre pour ne redevenir catholiques qu’à la messe suivante. Non ! C’est un envoi en mission, un écho quotidien de l’injonction du Christ à ses apôtres :

« Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.»

Pourquoi ? Parce que la Messe, c’est la Mission du Fils qui est sorti du sein du Père et est venu dans le monde pour nous sauver :

« Vous n’avez voulu et vous n’avez agréé ni oblations, ni holocaustes, ni sacrifices pour le péché. alors j’ai dit : Voici que je viens pour faire votre volonté. » Et cette volonté, c’est la folie de la Charité divine qui paie à la place des coupables, et qui leur propose gratuitement d’être libérés de leurs péchés : « Si vos péchés sont comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige! s’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine » (Is. 1, 18).

La Messe, c’est donc le trop-plein du Cour de Dieu qui se déverse sur le monde et veut amener toutes les âmes à Lui :

« J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie; il faut aussi que je les amène, et elles entendront ma voix et il y aura une seule bergerie et un seul pasteur » (Jn 10, 16).

La Messe est donc essentiellement missionnaire. Et la Secrète du jeudi de la 3e semaine de Carême nous le redit de belle manière :

« Nous vous offrons, Seigneur, ce Sacrifice où tout martyre a pris son origine.»

Or le martyre, c’est le témoignage, jusqu’à la mort s’il le fallait. Voilà l’esprit missionnaire : nous voulons être témoins de la Trinité Sainte, témoins du Christ, témoins de l’Eglise dans ce monde !

« Ite, missa est ! » c’est donc un appel quotidien ou au moins dominical à l’imitation du Christ dans sa soif des âmes, c’est un rappel constant du « Sitio » de la Croix.

Familles catholiques qui participez si souvent au sacrifice de la Messe, ce « missa est » est un formidable encouragement à la sainteté dans le foyer : dans le mariage, dans le respect de l’autorité, dans l’obéissance aimante des enfants.

Mais il l’est aussi pour les chefs de famille : soyez témoins du Christ dans la vie quotidienne, à votre lieu de travail, par votre esprit de charité, de justice, de force, de prudence.

Il l’est tout particulièrement également pour les mères de famille et les jeunes filles : si quelqu’un a dit que le monde moral oscille entre Eve et Marie, c’est bien votre apostolat : la messe vous rappelle que l’hostie est la nourriture des âmes fortes, des âmes pures. Alors ? Soyez missionnaires par votre imitation de Marie, dans l’amour et l’éducation des tout petits à la pureté, dans votre manière d’être qui doit rejaillir sur votre habillement et rejeter les modes impudiques du monde actuel par amour du Christ, dans votre lutte contre tout ce qui pourrait blesser les âmes, les vôtres et celles des enfants : revues, télévision, monde virtuel des ordinateurs. Que de combats !

Mais Dieu donne la victoire !

Aussi, ce pèlerinage doit-il raviver en chacun de vous l’amour de la Messe et le désir, et la soif d’attirer les âmes à Jésus-Christ, par Marie.

Menzingen, en ce lundi de la Passion
+ Bernard Fellay