logos-lpl-separator-blc

Pèlerinage de Pentecôte de Chartres à Paris du 19, 20 et 21 mai 2018 – Editorial de M. l’abbé Bouchacourt

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Pèlerinage de Pentecôte de Chartres à Paris du 19,
20 et 21 mai 2018 – Editorial de M. l’abbé Bouchacourt

Le dossier spirituel et doctrinal du pèlerinage 2018
Le mot de Bruno Boissonnet

Editorial du pèlerinage de Chartres 2018

« Sachez-le bien (…) : c’est par le nom de Jésus-Christ (…) c’est par ce nom et par nul autre que cet homme se présente guéri devant vous. C’est Lui la pierre que vous, les bâtisseurs, avez dédaignée, et qui est devenue la pierre d’angle. Car il n’y a sous le ciel d’autre nom donné aux hommes, par lequel il nous faille être sauvés. »[1]

Ces paroles, prononcées par saint Pierre devant le Sanhédrin après la guérison miraculeuse d’un malade nous rappellent que Notre Seigneur Jésus-Christ est l’unique médecin de nos âmes et le Sauveur de notre société en décomposition.

Le Christ est « la voie, la vérité et la vie »[2]. Par son enseignement il est venu nous apporter la vérité salvatrice, par sa Passion il nous a réconciliés avec son Père et par son Eglise il nous conduit vers le Ciel qu’il nous a promis en agissant sur nos âmes. Il est notre Espérance et notre salut.

Seul le Christ peut restaurer la société et l’aider à recouvrer la véritable paix et la prospérité. Son exclusion de la Cité a entraîné le chaos, son retour la sauvera.

« Il n’y a qu’un nom sur la terre pour transformer les âmes, la civilisation, et même les corps, la société et l’économie. C’est le nom de Jésus-Christ. Il n’y a pas à chercher ailleurs. On veut transformer la société ; on veut la rendre vivable, on veut la rendre sainte ; on veut la rendre même économiquement saine, politiquement saine : le moyen, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ. Je suis reparti de l’Afrique avec cette conviction qu’il n’y avait qu’un moyen de sauver les âmes et en même temps de leur donner une civilisation chrétienne ici-bas, de les faire participer un peu ici-bas au bonheur du Ciel par le bonheur que donne la grâce : c’est le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. »[3]

Chers Pèlerins, que durant ces trois jours de prières et de pénitences, le Christ règne plus que jamais dans nos âmes, afin que fortifiés par sa grâce et enflammés de sa charité, nous devenions de zélés croisés du Christ-Roi, désireux de travailler avec ardeur à la restauration de son règne dans la cité.

Que Marie-Reine nous prenne sous sa maternelle protection et nous guide dans cette croisade qui dépasse nos pauvres forces humaines. Elle est « forte comme une armée rangée en bataille » et saura mener ses croisés à la victoire.

Christus vincit ! Christus regnat, Christus imperat !

Abbé Christian Bouchacourt, Supérieur du District de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Sources : Pèlerinage de Tradition / La Porte Latine du 8 novembre 2018

Pour plus de renseignements

Pèlerinages de Tradition
20, rue Gerbert
75015 Paris

France

01 55 43 15 60
09 81 70 40 51

Site de Pèlerinages de tradition
Adresse mail de Pèlerinages de tradition

Notes de bas de page

  1. - Actes des Apôtres, IV, 10-12[]
  2. - Evangile selon Saint Jean, XIV, 6[]
  3. - Mgr Lefebvre, Homélie donnée à Zaitzkofen le 15 février 1987[]

Abbé Christian Bouchacourt

FSSPX Second assistant général

Né en 1959 à Strasbourg, M. l'abbé Bouchacourt a exercé son ministère comme curé de Saint Nicolas du Chardonnet puis supérieur du District d'Amérique du Sud (où il a connu le cardinal Bergoglio, futur pape François) et supérieur du District de France. Il a enfin été nommé Second Assistant Général lors du chapitre électif de 2018.