Belgique : en Flandres le nombre de prêtres, religieux et religieuses est en chute libre


Les chiffres de la « Nouvelle Evangélisation » vou­lue par Vatican II

En 2017, la par­tie néer­lan­do­phone de la Belgique comp­tait encore 6 197 âmes consa­crées, qu’il s’agisse de prêtres, de reli­gieux ou de reli­gieuses. Mais il y a 15 ans, ils étaient encore plus de 14 000. Et tout laisse croire que cette année, il y aura moins de 1 000 prêtres dans la région, en même temps que l’âge moyen de l’ensemble de cette popu­la­tion conti­nue d’augmenter.

Il y a une cen­taine d’années à peine, la Flandre était avec la par­tie catho­lique des Pays-​Bas l’un des prin­ci­paux pour­voyeurs de mis­sion­naires catho­liques dans le monde et ses congré­ga­tions étaient flo­ris­santes. Ce temps est bien révo­lu, comme le montrent les sta­tis­tiques les plus récentes publiées par la revue Kerk en Leven.

Sur les quelque 6 000 reli­gieux qui res­tent, les deux tiers sont des femmes, et pour l’ensemble, on constate que la pro­por­tion de ceux qui ont plus de 75 ans dépasse désor­mais les 80 %. Les plus de 90 ans repré­sentent même 15 % de l’ensemble. Seuls 5 % ont moins de 60 ans. Parmi les plus âgés, les mis­sion­naires reve­nus mou­rir au pays gonflent les effectifs.

Quant à la relève, elle est absente. La Flandre comp­tait en 2017 trois novices dans ses ordres reli­gieux, et une poi­gnée à peine plus impor­tante de reli­gieux ayant pro­non­cé des vœux tem­po­raires : ils étaient cinq.

Voyant le rela­tif suc­cès des « Églises du réveil » et autres évan­gé­listes ou pen­te­cô­tistes, l’Église conci­liaire a vai­ne­ment ten­té de réagir. Ainsi Benoît XVI a créé le « Conseil pon­ti­fi­cal pour la pro­mo­tion de la nou­velle évan­gé­li­sa­tion » le 21 sep­tembre 2010.

Quant à la bro­chure Métropolis 2012, qui contient 28 pages d’ac­tions appe­lées « Chemins de Conversion », « Expérience de la Réconciliation », « Enseignement de la Foi », « Témoignage de Conversion»… – et dont la pré­face est de Mgr Léonard – elle s’in­ti­tule tout sim­ple­ment « La nou­velle évan­gé­li­sa­tion»…

Au vu de l’é­vo­lu­tion des cin­quante der­nières années, on peut conclure que le « retour du reli­gieux » est très loin d’être une réa­li­té en Belgique : baisse de la pra­tique, baisse de la croyance, baisse du sen­ti­ment d’être catho­lique, non com­pen­sée par la mise en place d’une « autre Église » vou­lue par le funeste Concile Vatican II.

Sources : RéinformationTV /​JCR.be /​Le soir.be