logos-lpl-separator-blc

Abjuration à Saint-Nicolas-du-Chardonnet

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

L’abjuration d’un pasteur luthérien à St-Nicolas !

e pasteur luthérien Sten Sandmark, de l’église d’Oskarshamn sur la côte est de la Suède, en face de l’île pittoresque de Gotland, a déclaré aux média suédois et allemand sa décision de quitter l’église luthérienne et de « retourner » à l’Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Depuis une dizaine d’années, un cheminement spirituel le pousse à rechercher la Vérité et à s’approcher de l’Eglise catholique.

Les autorités locales, notamment l’évêque de Stockholm, le seul évêque officiellement catholique en Suède, l’aurait accueilli avec peu d’empressement, parlant du cheminement parallèle des Eglises soeurs vers le Christ universel.

Ce sont aussi – selon le pasteur – le rite moderne de la messe ainsi que la théologie contemporaine qui l’auraient retenu de faire le pas. « Je ne pouvais quitter le Luthéranisme pour le retrouver de l’autre côté », a-t-il déclaré à la presse et à la télévision.

Il recherchait la véritable Eglise Catholique, le rite sacré de l’ancienne messe, l’adoration du Saint Sacrement, la vénération de la Sainte Vierge, la théologie thomiste, bref tout ce que le malheureux Luther, et de façon plus récente, l’Eglise issue du concile, ont rejeté. Vint le jour où, à l’occasion d’un pèlerinage de l’UNEC, le pasteur Sten a trouvé, dans sa propre église d’Oskarshamn, ce qu’il cherchait si ardemment : la sainte messe de toujours. Il en fut ému jusqu’aux larmes.

L’abjuration officielle du pasteur et de son second aura lieu dimanche 30 juillet 2006, à St-Nicolas-du-Chardonnet, au cours de la grand-messe de 10 h 30.

La situation de l’église luthérienne de Suède – encore récemment Eglise d’Etat – devient de plus en plus tendue. En octobre 2005, le mariage liturgique des couples homosexuels fut autorisé. Par ailleurs, les déviations morales publiques des évêques et « évêquesses » luthériens sont de plus en plus scandaleuses (deux des douze évêques luthériens de Suède sont des femmes, dont une se prétend lesbienne ; un des évêques, celui de Visby sur Gotland, est marié pour la troisième fois, etc.).

« Tout cela m’a moralement obligé de sortir d’une structure dans laquelle je ne pouvais plus figurer comme un des responsables ». Sten Sandmark quitte l’Eglise luthérienne pour trouver la foi catholique « dans son intégrité », et surtout « pour sauver mon âme ». Et il insiste : « Nous voulons recommencer là où Luther a fauté, en reprenant le chemin à partir de là. ».

Selon lui, beaucoup de paroisses du terroir seraient restées catholiques, jusque dans maints détails liturgiques, dans l’Eglise Luthérienne de Suède où la « conversion » à la nouvelle religion n’aurait été au XVIe siècle qu’une affaire de politique et d’argent entre les sphères du pouvoir.

Après son abjuration, le pasteur Sten souhaite reprendre des études dans un séminaire de la Fraternité St-Pie X, dans le but de devenir prêtre catholique et ainsi pouvoir missionner la Suède, en commençant par célébrer la « messe de toujours ».

Que Sainte Brigitte, patronne de Suède et co-patronne de l’Europe Chrétienne le seconde dans sa courageuse démarche et dans son futur apostolat ! Nous nous réjouissons de la tenue de cette cérémonie d’abjuration à St-Nicolas. Elle est un symbole : celui de la foi de l’Eglise catholique, foi intègre qui éveille des conversions, contrairement à l’oecuménisme actuel qui lui, suscite bien des désertions.

Abbé Xavier Beauvais †