logos-lpl-separator-blc

ACIM 6/04/11 – Les homosexuels peuvent-ils être des donneurs d’organes ?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Dans le cadre de la révision des lois de bioéthique un débat fait rage. Les homosexuels peuvent-ils être des donneurs d’organes ?

Un article stipule que « Nul ne peut être exclu du don [du sang] en raison de son orientation sexuelle« .

Certes ! Mais un problème se pose car actuellement la moitié des nouveaux cas de sida dans notre pays (et plus encore dans des pays comme la Hollande) sont à imputer à des relations sexuelles d’homos du sexe masculin.

Régulièrement se déroulent dans le monde entier des procès de personnes atteintes du sida qui le transmettent délibérément à leur conjoint.

Le risque statistique de transmission du VIH est 200 fois plus important pour un homosexuel masculin que pour la moyenne de la population ; il doit être pris en compte.

Cependant, tout le lobby gay se déchaîne avec en tête bien sûr, Pierre Bergé, Act Up, maître Badinter. On parle de stigmatisation, de discrimination, de « retour de la honte ». La médecine explique que le sida passe par une période de séro-négativité.

Que faire donc en pratique en ce qui concerne les greffes ?

La réponse est donnée par l’Institut Pasteur lui-même. Celui-ci mentionne à New-York un cas de sida imputable à une greffe rénale dont le donneur était homosexuel. Source Promed 18/03/2011. Après le « sang contaminé » aurons-nous aussi la « greffe contaminée » ?

Dr. Jean-Pierre DICKES, Président de l’ACIMPS

Pour tout savoir sur l’ACIM

le site de l’ACIM