logos-lpl-separator-blc

« Traditionalistes. Un réseau actif » – Télégramme.com du 31/01/09

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Sauf avis contraire, les articles ou conférences qui n’émanent pas des
membres de la FSSPX ne peuvent être considérés comme reflétant
la position officielle de la Fraternité Saint-Pie X

Didier Déniel

La levée par Benoît XVI des excommunications des quatre évêques intégristes, le 21janvier, a remis en lumière cette mouvance religieuse. En Bretagne, elle est particulièrement active. Avec ses lieux de culte mais aussi ses écoles.

Brest, rue Bruat, dans le nord de la ville. On devine à peine la discrète chapelle Sainte-Anne. À l’intérieur, un jeune prêtre en robe de bure prie devant l’autel. Dans la salle, une centaine de chaises pour accueillir les fidèles. Sur un poteau, un tronc «pour les pauvres». Et un petit panneau qui incite les femmes à se couvrir la tête. Une ambiance d’église des années cinquante. La chapelle Sainte-Anne est un des lieux de culte ouverts par la Fraternité Sacerdotale Pie X en Bretagne. Ici, on dit la messe en latin. Les valeurs traditionalistes font le socle de ce mouvement qui s’est toujours opposé au «modernisme» du concileVatican II. Comme on peut le lire dans ses publications, il «s’oppose activement aux nouveautés libérales qui minent la foi et amènent sa ruine».

Des projets d’ouverture d’écoles

À ce jour, on compterait en Bretagne 5.000 croyants attachés aux préceptes de Mgr Lefebvre. Des ouailles encadrées par de jeunes prêtres (120 en France) dont la moyenne d’âge est de 41 ans. Outre les chapelles, le mouvement gère aussi plusieurs écoles hors contrat, qui ne dépendent pas des réseaux diocésains habituels. «En Bretagne, nous avons plusieurs projets d’ouverture dans les mois à venir, explique l‘abbé Patrick de la Rocque, responsable du prieuré nantais de la Fraternité. À Brest, à Rennes, mais aussi à Guipavas».

Quimperlé et la région quimpéroise seraient aussi concernées. Dans ces écoles, tout est pris en charge par les parents, le mouvement et ses «bienfaiteurs»: les investissements immobiliers et les émoluments des professeurs. La discipline semble régner en maître et le port du jean est interdit. L’apprentissage du latin est obligatoire et l’histoire est abordée «dans un esprit chrétien». Pour les internes, les uniformes sont de rigueur les dimanches et les jours de sortie. Le système est parfaitement rodé. Les familles trop éloignées des établissements peuvent opter pour l’enseignement et le catéchisme à distance.

«On attendait cela depuis longtemps»

Ces derniers jours, les fidèles de la Fraternité Pie X se disaient soulagés par la décision du pape de lever l’excommunication. «Notre communauté attendait cela depuis très longtemps», souligne l’abbé de Crécy, responsable de la chapelle Sainte-Anne à Brest. Et les propos négationnistes de MgrWilliamson, un des quatre évêques réintégrés? Il y a trois mois, ce dernier soutenait devant une équipe de télévision suédoise que les chambres à gaz n’avaient jamais existé et que l’Holocauste se résumait à 200.000, voire 300.000morts.. «C’est une thèse personnelle qui ne reflète pas du tout la position de la Fraternité», répond l’abbéde la Rocque. Des propos qui rejoignent ceux de Mgr Fellay, le supérieur de la Fraternité Sain- tPie X qui, dans un communiqué, en début de semaine, écrivait: «Nous demandons pardon au Souverain Pontife, et à tous les hommes de bonne volonté, pour les conséquences dramatiques d’un tel acte».

Cette minoration de la solution finale aurait sûrement intéressé au plus haut point Mgr Lefebvre, le créateur de la Fraternité Pie X, mort en 1991. Son père, résistant, a été victime de la barbarie nazie. Il est décédé en 1944 dans le camp de concentration de Sonnenburg, en Pologne.

Didier Déniel in Le Télégramme.com