logos-lpl-separator-blc

Janvier 2015 – Aux dominicaines cloîtrées : 15 cellules pour le 15 août ?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

– 20 janvier : plus que 14 cellules
– 15 février : plus que 12 cellules
– 2 mars : plus que 10 cellules
– 20 avril : plus que 7 cellules
– 8 mai : plus que 5 cellules

Accès à notre dossier « Les moniales dominicaines fondent et …elles ont besoin de votre aide »

Le Monastère de l’Immaculée à Montagnac-La-Crempse, en Périgord.

Vous leur avez offert le Monastère de l’Immaculée, futur sanctuaire de silence et de contemplation, au lieu-dit La Grange [Voir l’image ci-dessus].

Elles n’ont de cesse de vous en remercier, tant leur gratitude reste profonde de pouvoir établir ce nouveau lieu de louange et d’adoration, pour l’amour de Notre-Seigneur et de son Eglise.


Les travaux d’assainissement ont commencé en automne : les premiers
chemins d’accès sont prêts pour accueillir les engins.

Maintenant, dans leur monastère angevin, les moniales n’ont plus de place pour les vocations qui frappent à leur porte : cinq jeunes filles ont encore demandé à les rejoindre. Aussi est-il de toute nécessité de rendre habitable le nouveau monastère, dès l’été prochain.

C’est pourquoi, les moniales ont encore un très grand besoin de votre aide. La priorité des travaux porte sur la création des cellules monastiques (le coût du m² pour une cellule tourne autour de 1 500 €).

Leur offrir 15 cellules d’ici le 15 août permettrait à la communauté fondatrice de s’installer, et aux cinq jeunes filles qui attendent de pouvoir réaliser leur vocation.

La cellule d’une moniale est on ne peut plus simple, pauvre et dépouillée. Petite aussi, en moyenne de 7 à 10 m², avec un lit, une table et son tabouret, ainsi qu’une étagère pour la cuvette et le broc de toilette.

Mais si pauvres que soient les cellules, il y faut quand même des murs, un plancher et un pla-fond. Certaines auront de surcroît besoin d’une lucarne pour être éclairées.

Ci-dessus par exemple, dans ladite Petite Grange, l’étage sous le toit sera transformé en quatre cellules, avec chacune sa lucarne. Au rez-de-chaussée, à côté de la lingerie, l’aménagement de deux cellules nécessitera également l’ouverture de fenêtres.

Il en sera de même aux combles de la grande maison…et dans les petites maisons.

La cellule est essentielle à la vie monastique. Les anciens l’ont perçue comme un lieu béni, minuscule partie du monde où nul autre ne pénètre, tel un jardin fermé, une source scellée entre l’Epoux et l’épouse.

Cloîtrées, les moniales n’ont pas la possibilité de sortir pour mendier. Ayons à coeur de les soutenir avec nos moyens, si petits soient-ils, ne serait-ce que pour quelques cm² de leurs futures cellules.

Et ne manquons pas de faire connaître à des amis leur pressante nécessité. De leur côté, elles nous portent par leur vie de sacrifice et d’intercession, et déposent fidèlement nos intentions au Coeur de l’Immaculée. Tous, nous avons tant et uniquement besoin de la Toute-Puissance suppliante.

Comment aider les moniales dominicaines contemplatives ?

Les Dominicaines Contemplatives

Monastère Saint-Joseph
10, avenue Jeanne-de-Laval
49240 Avrillé
FRANCE

02 41 69 69 65 [Fax]

Nées voici huit siècles, les filles de saint Dominique, éprises de la Vérité, vivent cachées en Dieu et dans le rosaire de Marie pour le salut de toutes les âmes. Une même vie contemplative unit les moniales choristes et converses.
Entretien avec Mère Marie-Emmanuel – Un cloître dominicain scandale de l’inutilité ? Fideliter n° 204 de novembre-décembre 2011

fraternité sainte pie X