logos-lpl-separator-blc

Mysterium Fidei n° 88 – Une victoire certaine, abbé François Fernandez

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Juillet-août-septembre 2017

Mysterium Fidei n° 88 – Une victoire
certaine, abbé François Fernandez

La Vierge Marie annonce à Fatima qu’à la fin son Cœur Immaculé triomphera. Nous ne savons ni quand ni comment mais cette victoire est certaine. Car Jésus-Christ est Dieu. Son Père « lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus-Christ tout genou fléchisse au ciel, sur la terre et dans les enfers. » Les citations des Psaumes et de la Sainte Ecriture sont innombrables qui annoncent cette victoire de Notre-Seigneur. Elle se fera par le Cœur Immaculé de Marie.

Cette victoire sera grande, immense, disproportionnée comme toutes les victoires divines. Les moyens sont même souvent dérisoires par rapport au bien obtenu. Voyez l’exemple de sainte Jeanne d’Arc : quelle disproportion entre l’action de cette jeune fille de France et la délivrance du royaume ainsi que le rétablissement du roi légitime sur son trône.

L’armée de Gédéon, dans l’Ancien Testament était beaucoup moins nombreuse que celle des Philistins et pourtant Dieu leur donna la victoire. La flotte chrétienne était plus réduite que la flotte ottomane lors de la victoire de Lépante et ce furent les armées catholiques qui l’emportèrent. Saint Pie V attribua cette victoire à la croisade du Rosaire qu’il avait lancé pour sauver la chrétienté. Ce fut donc par Marie, déjà, que le péril musulman fut écarté. C’est à cette victoire que nous devons la fête de Notre-Dame du Très Saint Rosaire.

Le jeune David a vaincu le géant Goliath au-delà de tous les pronostics humains, trop humains. Et l’Eglise elle-même, douze apôtres seulement au commencement… Donc croyons à cette victoire du Cœur Immaculé de Marie.

C’est souvent quand tout paraît perdu que Dieu se plaît à intervenir, pour montrer que c’est Lui qui rétribue et que sans Lui, nous ne pouvons rien faire. Quand Notre-Seigneur meurt sur la croix et que tout paraît perdu, c’est alors la plus éclatante victoire ! Donc ne nous décourageons pas, ne baissons pas les bras devant la situation du monde et de l’Eglise.

La petite armée priante et agissante du Tiers-Ordre peut beaucoup pour hâter la victoire du Cœur Immaculé de Marie par la simple fidélité à la règle du Tiers-Ordre.

Votre aumônier vous souhaite un saint été et pour ceux qui se rendront à Fatima en août avec le pèlerinage de la Fraternité un saint pèlerinage.

Abbé François Fernandez-Faya †

Abbé François Fernandez-Faya