logos-lpl-separator-blc

Le temps n’était certainement pas venu de signer un quelconque accord pratique, abbé Morgan – 26 octobre 2011

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Mes chers frères,

La réunion des supérieurs de la Fraternité s’est tenue à Albano les 7 et 8 octobre comme annoncé dans la lettre d’information du mois dernier, et Mgr Fellay a notamment usé de cette opportunité pour discuter du Préambule doctrinal que lui avait présenté le cardinal Levada le 14 septembre.

Le premier jour de la rencontre a été consacré à trois sujets : un aperçu des contacts avec Rome depuis 1987, un résumé des discussions doctrinales et une présentation orale du Préambule doctrinal lui-même.

Au regard des entretiens doctrinaux, il a été décevant de noter que la commission romaine a échoué à comprendre la rupture entre l’enseignement traditionnel et l’enseignement conciliaire. Il insistait au contraire sur « l’herméneutique (interprétation) de la continuité », déclarant que les nouveaux enseignements incluaient et amélioraient l’ancien !

Il a été intéressant d’apprendre que la réunion du 14 septembre n’a pas du tout abordé les discussions doctrinales mais a plutôt été consacré à exposer de possibles solutions pratiques pour la Fraternité.

Aussi vous ne serez peut-être pas surpris d’apprendre que la base doctrinale proposée pour tout accord canonique contient en fait tous les éléments que la Fraternité a contamment rejetés, y compris l’acceptation de la Nouvelle Messe et de Vatican II tels qu’exprimés dans le Nouveau Catéchisme.

En effet, le document lui-même donne l’mpression qu’il n’y a pas de crise dans l’Église. Aussi, le consensus déclaré de ceux qui étaient présents était que le Préambule doctrinal était clairement inacceptable et que le temps n’était certainement pas venu de signer un quelconque accord pratique aussi longtemps que les questions doctrinales resteront exclues.

Il a aussi été convenu que la Fraternité devrait continuer son travail en insistant sur les questions doctrinales dans tous ses contacts avec les autorités romaines.

Nous pouvons voir de bien des manières la main de la Providence dans cette réunion, tombée le jour de la Fête du Saint-Rosaire, étant donné la clarification donnée par la persistance de Rome dans ses erreurs modernes et par conséquent la nécessité de continuer le combat contre le modernisme à travers la fidélité à la Tradition catholique.

Le second jour de la rencontre a été consacré à son thème d’origine, qui était la communication et les médias.

La rencontre d’Assise III s’est tenue le jour-même ou j’écris ces quelques lignes, à cette occasion nous avons célébré un jour de réparation ici à la Maison Saint-George, avec exposition du Saint Sacement toute la journée.

Le scandale de ce rassemblement interreligieux peut se résumer en trois points : Il commémore et célèbre le scandale d’Assise I ; Il remplace la Foi par la liberté religieuse comme moyen d’obtenir la paix mondiale ; Il promeut à un niveau pratique le relativisme et l’indifférentisme religieux.

Abbé Paul Morgan , Supérieur du District de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X du Royaume-Uni

Source : Lettre aux Amis et Bienfaiteurs du 1er novembre 2011[Voir image ci-dessous]