Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Un quotidien italien dresse le bilan des diocèses de France - 25/11/09


La revue de presse externe à la FSSPX en France et dans le monde
La revue de presse de la FSSPX en France
La revue de presse de la FSSPX dans le reste du monde

 

Sauf avis contraire, les articles, coupures de presse, communiqués ou conférences
que nous publions ici n'émanent pas des membres de la FSSPX et ne peuvent donc être considérés comme reflétant la position officielle de la Fraternité Saint-Pie X

 

Un quotidien italien dresse le bilan des diocèses de France,
in Perepiscopus du 25/11/09

Extraits d'un article de Paolo Rodari, paru dans le quotidien italien Il Foglio, le vendredi 13 novembre 2009 et intitulé "L'Église de France perd de son influence au Vatican et des séminaristes dans ses diocèses" :

"Les statistiques 2008 sont éloquentes (celles de 2009 sont attendus dans les prochaines semaines) : les prêtres diocésains ne sont plus que 15 000 et leur âge moyen dépasse 75 ans. Contre une centaine de prêtres qui sont ordonnés chaque année, 900 meurent ou quittent les ordres. Dans certains diocèses, les paroisses sont regroupées en "ensembles pastoraux", où il arrive qu'un seul prêtre desserve dix, vingt, voire quarante églises. Il y a des diocèses qui d'ici dix ans, n'auront pas plus de dix prêtres en activité.

Le chiffre le plus inquiétant est celui des séminaristes: de 4 536 en 1966, ils ne sont guère plus de 500 aujourd'hui. Des diocèse comme Pamiers, Belfort, Agen, Perpignan n'ont plus de vocations. Les ordinations sont très peu nombreuses : depuis Vatican II, le nombre a chuté de façon alarmante : 825 prêtres ordonnés en 1956, environ 90 en 2008. Même Paris est à l'unisson des autres diocèses. Dans les années 80-90, Paris était considéré comme une exception dans le paysage français : une Église prospère, un séminaire florissant, des finances en excédent. C'étaient les dernières heures de la grandeur, celles de l'axe-Wojtyla Lustiger qui voyait fleurir les vocations. Le clergé parisien était nombreux et jeune. Aujourd'hui - selon les données 2008 -, Paris compte environ 50 séminaristes pour une dizaine d'ordinations chaque année (sept sont prévues en 2010).

Du point de vue des fidèles, la situation n'est guère meilleure. Le déclin de la pratique religieuse, considérable dans les années 70, se poursuit inexorablement. Les pratiquants sont une infime minorité (4% si "pratiquer" c'est aller à l'église une fois par mois) d'âge relativement mûr. Résistent - et c'est là un fait qui donne matière à réflexion - les mouvements comme l'Emmanuel, les Frères de Saint-Jean ou la Communauté Saint-Martin et, surtout, les groupes traditionalistes. Aujourd'hui, environ un tiers du total des séminaristes français est d'ores et déjà issu de ces communautés. Avec 388 lieux de culte dominical, soit plus de quatre par diocèse, la sensibilité tridentine fait sentir son poids. Elle a profité, paradoxalement, d'une certaine interprétation «laxiste» du Concile. Face à une Église trop ouverte aux sirènes du monde, s'en est créé de fait une autre qui n'a jamais voulu accepter cette sécularisation. Et aujourd'hui, c'est précisément cette dernière Église - celle que l'on appelle traditionaliste - qui représente une espérance. Et il ne s'agit pas de l'Église lefebvriste car elle n'a rien à voir avec le schisme d'Écône. Née dans l'Église catholique, elle tient à demeurer dans l'Église catholique nonobstant sa sensibilité propre. En 2008, les séminaristes de ces communautés étaient 160, soit plus ou moins un tiers du nombre total de séminaristes diocésains. Et les effectifs sont en augmentation.

Ce sont des données qui font réfléchir, et peuvent parfois même inquiéter. De fait, les sentiments sont partagés au sein des évêques français réunis à Lourdes pour leur assemblée générale. Eux, les évêques français, ont été (pour la plupart) parmi les opposants les plus résolus du Motu Proprio "Summorum Pontificum". Elles, les communautés traditionalistes, l'ont accueilli avec joie, parce qu'il les a renforcées dans ce qu'elles sont : une partie de l'Église catholique. Et, tôt ou tard, chiffres à l'appui, l'épiscopat devra leur en donner acte."

Maximilien Bernard in Perepiscopus du 25 novembre 2009

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Messes en direct
depuis Saint Nicolas du Chardonnet

Voir les horaires

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 125

L'ordre

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 17 octobre 2019
08:15 18:57