Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Mgr Tissier de Mallerais explique la raison des sacres de 1988 - Colmar le 12 octobre 2008

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Accès à Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Mgr Tissier de Mallerais explique la raison
des sacres de 1988 - Colmar le 12 octobre 2008

 

Chers amis

Cette conférence s’intitule Opération Survie. C’est le titre que Mgr Lefebvre a donné, Opération survie, survie de l’Église. Monseigneur Lefebvre a été contraint par les circonstances a procéder à ces sacres ; ce n’est pas lui qui l’a voulu, c’est la Providence. Il a été poussé, d’une part par les scandales qui avaient lieu à Rome du temps du Pape Jean Paul II et ensuite par sa vieillesse, sa maladie, il disait qu’il ne peut plus traverser les océans, « je vais mourir », et que l’avenir, non pas de mon œuvre, mais d’une petite œuvre que la Providence a permis de fonder à Fribourg d’abord, et ensuite dans le monde entier. La Fraternité Saint-Pie X, que va-t-elle devenir si je meurs ? Qui va ordonner mes évêques, mes prêtres, mes séminaristes ? Voilà .

Donc, il y avait deux choses qui urgeaient Monseigneur Lefebvre, d’une part les scandales à Rome, je vais vous en parler, et d’autre part la vieillesse. Monseigneur Lefebvre, il a sacré en 1988, et il est mort en 1991, trois ans après ; donc c’était in extremis !

Alors premièrement les actes, surtout les scandales au sommet, comme on dit, on parle d’une réunion au sommet. Là je parlerai des scandales au sommet. C’est une vieille histoire que les jeunes parmi nous n’ont pas vécue. C’était le Pape Jean-Paul II, pape polonais, supposé être anti-communiste, et on se réjouissait de son élection en 1978 ; tout le monde se réjouissait ; voilà un Pape qui vient de l’Est qui va combattre le communisme et toutes les erreurs. Mais on ne le connaissait pas.

À peine élu Pape, il a écrit une encyclique Redemptor hominis, le Rédempteur de l’homme, où il propage la théorie de la rédemption universelle, tous les hommes sont rachetés et sauvés. C’est ça rédemption universelle, non seulement que Jésus a souffert pour tous, mais que tous sont sauvé  ! Je cite, il a écrit dans Redemptor, le 4 mars 1979 :

« Tout homme devenu participant de la plénitude du mystère, – ça c’est dès l’instant de sa conception près du cœur de sa mère, tout homme dès sa conception dans le sein de sa maman est participant de la plénitude du mystère de la rédemption »

C’est lui qui dit ça. Où, posez la question, où parle-t-on du baptême, à quoi bon être baptisé ? Où est-il question de l’incorporation au Christ par le baptême. Jean Paul II ne parlait même pas du Baptême, dans son encyclique ! Ensuite Jean Paul II, dans son message aux chrétiens à Manille, aux Philippines, le 21 février 1981, déclarait :

« Dans l’Esprit-Saint chaque personne et chaque peuple sont devenus par la Croix et la Résurrection du Christ, des enfants de Dieu, des participants de la nature divine et les héritiers de la vie éternelle. »

Donc je répète : Dans l’Esprit-Saint – très bien – chaque personne et chaque peuple sont devenus … des enfants de Dieu, c’est tout ! On ne parle pas du baptême, on ne parle pas de la conversion, on ne parle pas de l’entrée dans l’Église Catholique, non, chaque personne, chaque peuple sont devenus des enfants de Dieu, par la Croix, par la Résurrection du Christ, participant à la nature divine et héritiers de la vie éternelle. Ce sont des choses fausses ! Ce sont des quasi-hérésies. Pour recevoir les fruits de la Rédemption, il faut croire à Jésus-Christ dans sa divinité, il faut recevoir le baptême. C’est pas, tous les hommes, c’est pas chaque homme. C’est seulement ceux qui l’ont reçu. À ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu ! Saint Jean dans son Évangile. C’est élémentaire : à ceux qui l’ont reçu, pas aux autres ! Donc voyez, Jean Paul II prêchait l’hérésie.

Ensuite, deuxième chose, la publication du nouveau code de droit canonique, le droit de l’Église, la collection de toutes les lois de l’Église publié le 25 janvier 1983.

Alors, où il y avait des choses, par exemple, le double sujet du pouvoir suprême dans l’Église ; jusqu’à présent, on l’a appris au catéchisme, il y a un seul chef de l’Église, le Pape, le vicaire de Jésus-Christ. Maintenant, il y avait deux, deux têtes, deux chefs suprêmes de l’Église. D’un coté le Pape et d’autre part le collège des évêques présidé par le Pape. Voilà , un double sujet du pouvoir suprême dans l’Église. Autrement dit, les évêques pourrait dire toujours au Pape, mais, Très Saint Père, vous ne nous appelez pas à gouverner l’Église avec vous, et pourtant nous sommes le chef de file avec vous : la collégialité.

Ensuite, l’Église communion, dans le nouveau droit canon que j’utilise, communion. L’Église forme une hiérarchie, avec un clergé qui dirige les simples fidèles, avec une hiérarchie donc, l’Église est une communion, donc une démocratie où chacun a une certaine participation au Sacerdoce de Jésus-Christ. Tous son membre du peuple de Dieu et participent à leur manière aux triple pouvoirs du Christ, sacerdotale, prophétique et royal ; donc tous les fidèles participent aux triple pouvoirs du Christ, sacerdotale, prophétique et royal. Alors laquelle ?

Ensuite la place de l’œcuménisme ; Jean-Paul II insistait sur l’œcuménisme dans le nouveau droit canon, par exemple, sur les mariages avec les protestants ou les non-chrétiens. Autrefois l’Église était très stricte pour permettre de tels mariages, l’Église ne permettait pas les mariages avec ceux qui ne sont pas catholiques à cause des enfants ; il fallait que les enfants soient éduqués dans la foi catholique. C’était une promesse, chacun des deux époux promettaient que tous les enfants seraient baptisés catholiques et éduqués catholiques. Dans le nouveau droit canon, ce n’est plus ça. Ce n’est plus ça. Il n’y a plus d’exigence pour protéger la foi des enfants.

Et donc Monseigneur Lefebvre disait :

« Le nouveau droit canon, c’est plus grave que le concile ».

Parce que c’est le concile réécrit en loi. Le concile devient une loi de l’Église, et c’est plus grave ! Et donc, dès cette époque, Monseigneur Lefebvre envisage désormais, un sacre épiscopal. Il envisage, et il s’engage dans la voix de protestation publique contre les erreurs professées à Rome.

Le 21 novembre 1983, à la suite de la déclaration mixte catholique-luthérienne, en Allemagne, Monseigneur Lefebvre écrit une lettre avec six points importants. Il relève par exemple dans cette déclaration catholico-luthérienne, je cite :

« Parmi les idées du concile Vatican II, on peut voir l’accueil des requêtes de Luther. »

Ce n’est pas de Monseigneur cette déclaration. Parmi les idées du concile Vatican II on peut voir l’accueil des requêtes de Luther. C’était l’Église catholique qui disait ça ! C’est pourquoi, Monseigneur Lefebvre écrit une lettre ouverte au Pape Jean-Paul II avec Monseigneur Castro-Mayer, son ami, évêque de Campos au Brésil, je cite :

« Dans l’Histoire, on dira que au moment où il semblait que tout s’en allait, que tout se démolissait dans l’Église, il y a eu deux voix d’évêques qui se sont élevées et qui ont poussé un cri d’alarme. » Monseigneur Lefebvre et Monseigneur Castro-Mayer.

Mais ça ne va rien arrêter, les scandales vont continués, par exemple en Italie à Bari ; c’est une ville du sud de l’Italie où il y a beaucoup d’orthodoxe, et où se trouve le tombeau de saint Nicolas à Bari. À Bari, le 11 décembre 1984, Jean-Paul II formulait qu’il fallait réaliser avec les Églises orthodoxes, une union syntonique entre deux Églises sœurs ! Une union syntonique, ça veut dire que chaque partie ne joue pas la même partie que l’autre, mais on va quand même s’arranger ensemble, entre les deux Églises sœurs.

Ensuite se fut la réforme du concordat italien entre le Saint-Siège et l’Italie en déclarant que l’Italie n’était plus un État catholique, que la religion catholique n’était plus la religion de l’État. On séparait l’Église de l’État. Le cardinal Casaroli, délégué du Pape déclarait ceci :

« L’Église maintenant ne revendique plus de privilèges face aux citoyens des autres religions. »

Alors, Monseigneur Lefebvre disait, ce n’est pas un privilège que l’Église revendique, c’est sont droit. L’Église a le droit d’être reconnue par l’État comme la seule vrai religion, surtout dans un État, un pays entièrement catholique, comme l’est l’Italie. Comment oser dire que l’Église ne revendique plus de privilège ! Mais l’Église n’a jamais revendiqué un privilège. Elle a revendiqué son droit !

En voyage, en Asie, en Corée, Jean-Paul II saluait les membres, je cite, de la tradition bouddhique.

« Je salue, disait-il, les membres de la tradition bouddhique qui s’apprête à célébrer la fête de la venue du seigneur Bouddha. » Fin de citation.

Et le 10 mai de l’année 1985, Jean-Paul II visitait un temple bouddhique en Thaïlande et s’asseyait au pied d’un bonze au pied de la statue de Bouddha.

[Transcription des 13 premières minutes de la conférence]

Mgr Bernard Tissier de Mallerais, évêque auxiliaire de la FSSPX

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Nouvelles parutions
LAB de l'Etoile
La formation du
chrétien, par l'abbé
L-E Meugniot

Le Petit Echo de Notre-Dame de Montgardin : Padre
Pio et la Vierge
pèlerine - 1959

Courrier de Rome
Trois commentaires sur l'entretien du pape François à Avvenire, Pr. P. Pasqualucci

Lettre de l'Institut
Saint-Pie X : Homo
hebetus, abbé Chautard

Lettre à nos frères prêtres n° 73 - La question du célibat sacerdotal, trésor spirituel de l'Église catholique


Messes Océan Indien
Madagascar
La Réunion
Île Maurice


Catéchisme n° 69
La vie eternelle
(1ère partie)


XII° UDT FSSPX
12 au 16 août 2017
Servir la chrétienté
aujourd'hui


Les camps d'été 2017
de la Tradition

Pour les garçons

de 8 à 14 ans,
du 2 au 8 juillet : Vox cantorum à La Peyratte

de 8 à 11 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 13 à 17 ans,
du 10 au 24 juillet
Moulins-Vichy

de 12 à 14 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 8 à 13 ans,
du 17 au 31 juillet
à Kernabat

du 30 juillet au 18 août à St-Bonnet
Le Château (42)

de 8 à 13 ans
du 1er au 17 août
à Unieux (42)

de 13 à 17 ans
du 10 au 24 août
au Portugal

de 14 à 17 ans,
du 5 au 21 août
Camp itinérant
à vélo Raid
Saint Christophe


Pour les filles
de 7 à 16 ans
du 6 au 15 juillet
en Bretagne

du 10 au 29 juillet
à St-Bonnet
Le Château (42)

de 15 à 18ans
du 12 au 22 juillet
à Will, en Suisse

de 7 à 16 ans
du 18 au 27 juillet
en Bretagne

A partir de 18 ans
du 7 au 11 août
stage de couture
à Ruffec (36)

A partir de 18 ans
du 4 au 8 septembre
stage de couture
à Ruffec (36)


Centenaire apparitions
19-20 août 2017 :
pèlerinage de la
Tradition à Fatima

Circuit de la Vierge
Pèlerine en France

Place de bus pour le retour du pèlerinage


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 300 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 25 mai 2017
05:59 21:37

  Suivez notre fil RSS