Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Suite du synode sur la famille : Mgr Bonny veut une reconnaissance ecclésiastique des couples homosexuels - 27 décembre 2014

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Rubrique consacrée au pape François élu sur le trône de saint Pierre le 13 mars 2013

Suite du synode sur la famille : Mgr Bonny veut une reconnaissance
ecclésiastique des couples homosexuels - 27 décembre 2014

Accès au dossier sur les divorcés-remariés et le synode sur la famille

L'évêque d'Anvers Mgr Johan Bonny [Photo ci-dessus], candidat favori à la succession de Mgr Léonard (1), plaide samedi 27 décembre 2014, dans le journal flamand De Morgen (2), pour une reconnaissance ecclésiastique des relations bi et homosexuelles. Partant du constat qu’il existe aujourd’hui, même parmi les catholiques, d’autres types de relations que le mariage entre un homme et une femme il estime qu’ il est dès lors important que ces autres types de relation puissent bénéficier d’une certaine forme de reconnaissance dans l’Eglise.

Rappelons à nos lecteurs que cet évêque, jamais désavoué ou même rappelé à l'ordre par Rome, avait déjà, dans une lettre écrite à l'occasion du synode sur la famille, interpellé le Vatican afin qu’il ouvre les portes aux homosexuels et aux couples divorcés.. Dans cet entretien, il va beaucoup plus loin en demandant une bénédiction ecclésiastique pour les "holebis" (NDLR de LPL : contraction des trois mots gays : homosexuels, lesbiennes, bisexuels) et en remettant en cause le dogme même du mariage.

Il est incontestable que l'arrivée du Pape François a donné des ailes à cet évêque très engagé dans la démolition de l'Eglise. C'est ainsi qu'à la veille du synode sur la famille, venant à la rescousse du très progressiste cardinal Kasper, il avait commis une lettre de 24 pages - publiée le 4 septembre 2014 - dans laquelle il exprime ses « attentes personnelles » et ses arguments en faveur d'une évolution du magistère. Que ce soit sur l’accueil des divorcés remariés, des jeunes vivant en couple sans être mariés ou toutes autres « situations irrégulières », l’Église doit, à ses yeux, « quitter son attitude de défense ou antithétique » et « chercher à nouveau le chemin du dialogue ». L’évêque attendait du synode qu’il ne soit pas « platonique », « qu’il ne se retire pas sur une île rassurante de discussions doctrinales ou de normes générales, mais qu’il ait l’œil ouvert sur la réalité concrète et complexe de la vie ».

Il préconisait d'ouvrir « sous certaines conditions à des divorcés remariés l'accès à la communion », en s'inspirant de la tradition juridique de l'Orient chrétien, « avec la possibilité d'un règlement exceptionnel au nom de la miséricorde ».

Alors que l’indissolubilité du mariage est comparée à l’indissolubilité de l’amour que le Christ porte à l’Église, il rappellait qu’« aucun signe ne peut représenter de manière définitive la réalité de son alliance définitive avec l’humanité et l’Église ». Sur la participation à l’Eucharistie, il soulignait qu’elle est à la fois « signe d’unité » et « moyen de grâce ». En ce sens, « des divorcés remariés ont aussi besoin de l’Eucharistie pour croître en alliance avec le Christ… » Plus largement, il souhaitait « que l’Église puisse reconnaître le bon et le valable également dans d’autres formes de vie commune que le  classique ».

Interrogé par De Morgen sur cette lettre, il est satisfait de la non-réponse de Rome qui signifie pour lui une approbation tacite :

De Morgen - En septembre, vous avez écrit une lettre au Vatican dans laquelle vous exprimez que l’église doit montrer plus de respect pour l’homosexualité, les personnes  divorcées et les relations modernes. Quelle fut l’étincelle qui vous a décidé à envoyer cette lettre à travers le monde ?

Mgr Bonny - "Personne ne m’a demandé d’écrire cette lettre, cela vient de moi. On m’a confié un évêché avec des personnes qui  y vivent. Pour le dire en langage biblique : on a confié un troupeau au berger et c’est mon devoir de m’en occuper le mieux possible. Cela veut notamment dire que je dois exprimer ce qui se vit à l’intérieur de la communauté des croyants. Quels sont leurs soucis ? Quelles sont leurs joies ? 

Naturellement, ce qui est important pour moi est que le pape François a déplacé des balises. Cela a beaucoup réveillé en moi. Je ne peux pas rester un spectateur neutre à ces changements, je veux y participer. Par ailleurs, tout le monde à un moment donné de sa vie est confronté à des relations, des amitiés, de la famille et à l’éducation des enfants. Nous ne devons pas  nier qu’il existe au sein de l’Église des  traumatismes à ce propos. Beaucoup trop de gens se sont sentis exclus pendant un long moment. Cette rupture de confiance, L’Église ne peut la  réparer qu’en parlant de manière ouverte et sincère des thèmes qui préoccupent vraiment les gens."  

Beaucoup réagissent avec soulagement et se réjouissent du fait que vous parliez de manière ouverte des relations et des formes familiales modernes. Mais autant de personnes se demandent pourquoi cela a pris autant de temps. 

" Je comprends parfaitement. Comme évêque, nous avons trop longtemps cru qu’il était impossible de discuter de certains enseignements ou règles disciplinaires. Pour ne pas rejeter nos croyants,  nous agissions avec pragmatisme. C’est ainsi qu’un fossé de plus en plus grand s’est installé entre l’enseignement officiel de l’Église et la pratique quotidienne. 

Mais il y a une autre raison pour laquelle cette nouvelle ouverture a pris autant de temps (réfléchissez un peu). Je veux le formuler en des termes positifs. Le pape Paul VI et surtout le  pape Jean-Paul II étaient des personnes éminentes et des grands papes. Ils ont avec justesse misé sur le mariage. Il y avait beaucoup de côtés positifs à leur histoire, mais en même temps cela ne correspondait pas totalement à ce que les gens aujourd’hui pensent ou ressentent par rapport à ce genre de thématiques. Avec le pape François, il y a eu du mouvement. Dans sa lettre :  « la joie de l’Évangile», paru fin 2013, il a réellement déplacé des balises quant à ce qui pouvait être discuté. Il a rendu l’enseignement de l’église plus proche de la réalité vécue et donne plus de place pour la diversité dans le débat."

Avez-vous eu une réaction à votre lettre ? 

"Non, je n’ai eu aucune réponse officielle de Rome."

Est-ce bon signe ou mauvais signe ?

"On m’a toujours dit que pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Non, sérieusement : en novembre, j’étais à Rome pour une réunion, c’est alors que différents cardinaux, évêques, et théologiens sont venus me dire qu’ils avaient lu ma lettre avec beaucoup d’intérêt et m’ont remercié. J’ai senti que les mêmes questions les préoccupaient et qu’ils voulaient participer activement au débat."

Même s'il n'a pas été déçu par le résultat catastrophique contenu dans la "Relatio post disceptationem", il pense que l'Eglise doit aller encore plus loin dans l'accueil des "holebis".

Ses réponses à De Morgen sont sans équivoque :

Au synode des évêques en octobre, aucun consensus n’a été trouvé concernant les holebis et les  divorcés. Ce sont surtout les évêques d’Afrique et d’Asie qui tenaient aux points de vue conservateurs. Une défaite ?

"Pas du tout. Avant François, il y avait un statu quo officiel à propos de  ces thèmes et très peu de possibilités de discussion. En moins de deux ans, le pape a réussi à mettre une discussion en route à propos de ce dossier. Croyez-moi : à l’intérieur d’une communauté mondiale très diversifiée qu’est  l’Église catholique, cela n’est pas évident." 

Qu'est-ce qui est selon vous possible à long terme ? L'Église donnera-t-elle sa bénédiction à des couples croyants holebis ?

"Personnellement, je trouve que dans l'Église il devrait y avoir plus d'ouverture pour la reconnaissance de la qualité de fond d'un couple holebi. Cette forme de vie à deux doit alors répondre aux mêmes exigences que le mariage religieux. Les valeurs de fond sont pour moi plus importantes que la forme institutionnelle. L'Éthique chrétienne défend la relation durable ou l'exclusivité, la fidélité et le soin pour l'autre sont centraux. À côté de cela il y a encore l'ouverture pour la vie nouvelle, ou du moins la responsabilité que les partenaires prennent pour être généreux dans ce que l'on donne aux enfants et aux jeunes. Il faut accepter que ces critères-là puissent être présents dans une diversité de relation et il faut chercher à donner une forme à ces relations."

Pensez-vous qu'il soit possible que des couples holebis qui ont l'ambition de vivre selon l'éthique de l'Église aient la chance de pouvoir se marier religieusement ?

"Je ne veux pas dénier que la particularité d'une relation homme femme est un élément stable de notre tradition chrétienne. Dans un premier temps, nous allons privilégier cette relation homme femme dont la fécondité peut donner vie à un enfant. Cette relation gardera au sein de l'Église son caractère sacramentel et sa liturgie propre. Mais cette particularité ne doit pas rester exclusive et n'exclut pas qu'il existe une diversité de relation dont l'Eglise peut reconnaître la qualité fondamentale.

Nous devons, en effet, chercher une reconnaissance formelle de la « relationalité » présente chez beaucoup de couples holebis croyants. Cela doit-il être une reconnaissance sacramentelle du mariage ? Peut-être que l'Église devrait plutôt réfléchir à la diversité de forme de reconnaissance. Cette discussion est la même pour le mariage civil. En Belgique, il existe le même modèle pour les relations hommes femmes que pour les relations homosexuelles. Mais il existe d'autres possibilités, qui selon moi, sont autant valables. Il n'est peut-être pas nécessaire de mettre toutes les relations dans le même modèle."

Afin que ce soit clair: vous dites que l'Église doit reconnaître formellement les relations holebis ?

"Comme il existe dans notre société une diversité de cadres légaux pour les partenaires, il devrait également, au sein de l'église, y avoir une diversité de forme de reconnaissance. De cette manière, on s'empêche de tomber dans l'engrenage des discussions idéologiques complexes. Je suis un partisan d'une diversité de formes de reconnaissances qui partent de la pratique pastorale ou de la pensée pastorale plutôt que des discussions de principe. Parce que ces derniers apportent très souvent des différends et génèrent souvent la discorde. Plusieurs grands-parents m'ont expliqué qu'ils étaient contents que j'écrive une telle lettre. Ils ne sont pas non plus intéressés par une discussion de principe. Ils veulent tout d'abord garder leurs enfants et petits-enfants unis, holebis ou pas. Parce qu'ils les aiment tous tout autant.

À Noël, ils veulent également inviter leur petite fille avec son amie lesbienne sans que cela crée des tensions. La vie est à ce point concrète, n'est-ce pas ? Des questions aussi concrètes sont seulement solvables avec beaucoup d'humanité et de compréhension, mais pas avec des discussions de principe. La même dynamique est active dans l'église. La communauté ecclésiale est une grande famille et ma première préoccupation est de savoir comment favoriser ce réflexe. En effet, je ne veux pas minimiser la signification des questions doctrinales, mais comme évêque je me reconnais surtout dans ses grands-parents. Moi aussi je veux garder la famille unie. Je veux que tous les membres de la famille continuent à se fréquenter, à fêter Noël ensemble et à former une communauté solidaire."

Mgr d'Anvers n'a pas beaucoup d'opposants! Les seuls qui ont osé protester officiellement sont les jeunes de l'Union des étudiants catholiques flamands" dont le Président n'est autre que Wouter Jambon, le fils du vice-Premier ministre Jan Jambon.

Dans un communiqué l'association étudiante estime que "l'évêque d'Anvers Johan Bonny a franchi une limite en proposant la reconnaissance ecclésiastique des relations bi- et homosexuelles" et qu'avec ses propos, l'évêque dépasse une limite "de dogmatique et de morale". Le sacrement du mariage doit demeurer l'union d'un homme et d'une femme, écrivent les étudiants catholiques : "Dieu désire que la sexualité se passe dans le cadre du mariage. De cette manière, l'objectif de la sexualité, la reproduction de l'homme, est la fondation d'une famille". Mgr Bonny "semble vouloir considérer les relations sexuelles se produisant en dehors du mariage comme n'étant pas des péchés" [...] Cela a pour conséquence que tout le monde, homosexuels et personnes mariées, pourrait entretenir des relations sexuelles en dehors du mariage sans que cela soit considéré comme un péché par l'Eglise."

En revanche, il a de nombreux et puissants soutiens. En premier lieu celui du cardinal Kasper, dont il fut un proche collaborateur au Conseil pontifical pour l’Unité des chrétiens. En second lieu celui des milieux progressistes(3) de Rome où l'on pense sérieusement à le placer à la tête de l'Eglise belge... ce qui serait un atout supplémentaire pour François qui vient d'obtenir la palme du pape le plus populaire chez les Français de gauche avec 93% d'opinions favorables...(4)

Mgr Bonny, s'il n'est plus catholique(5), a au moins le mérite de la clarté et l'audace de nous dire crument ce qui va se passer au synode d'octobre 2015 : le renoncement officiel de l'Eglise "concilaire" au titre de "catholique".

Sources : De morgen/Infocatho.be/Belgicatho/La Croix/Riposte Catholique/LPL du 02 janvier 2015

 

 

Notes

(1) Mgr André Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles et donc Primat de Belgique, est la cible des lobbies Gays qui lui reprochent ses positions sur la sexualité conformes à la doctrine de l'Église catholique, basée à la fois sur la tradition et sur la Bible. Cette dernière condamne en effet explicitement le comportement homosexuel (voir les versets Lévitique 18.22 et 20.13, épître aux Romains 1.27, et première épître à Timothée 1.10). Dans un livre d'entretiens que lui consacre Louis Mathoux publié en août 2006, il déclare: « Je comprends que, dans certains milieux, on se montre prudent quant à l'engagement de personnes homosexuelles pour des missions éducatives concernant des jeunes. » Le 23 avril 2013, alors qu'il donne une conférence à l'Université libre de Bruxelles, Mgr Léonard est agressé par quatre membres des Femen qui l'aspergent d'eau en criant des slogans tels que « Stop Homophobia » et « Léonard y'en a marre »
(2) De Morgen du 27/12/2014 : "Bonny wil kerkelijke erkenning holebi's"
(3) Le Professeur Luc Perrin [Faculté Théologique de Strasbourg], dans un message du 2 janvier 2015 sur le FC, écrit à ce propos : "Je pense plutôt que Mgr Bonny joue le rôle de "poisson-pilote" en chape et mître pour Mgr Bruno Forte, théologien italien d'une autre stature, très en cour auprès du pape François et installé dans les instances dirigeantes du Synode de 2014 et 2015. Ce point aurait été lancé au Synode sous l'influence directe dudit Mgr Forte. C'est à lui qu'il faut s'intéresser, ce sont ses écrits qu'il faut regarder : l'évêque d'Anvers est le "leurre", le pêcheur c'est Mgr Forte qui en amont tient la canne à pêche".
(4) Sondage Odoxa pour iTélé et Le Parisien-Aujourd'hui en France du 19 décembre 2014
(5) Par le fait même qu'il enseigne autre chose que le Magistère de l'Eglise catholique

 

 

Autres documents sur la pastorale des divorcés remariés

Confusion entretenue sur la situation des divorcés remariés - 14 mars 2014
La communion des divorcés remariés, abbé François Knittel - 14 mars 2014
Cardinal Caffarra : ne touchez pas au mariage institué par le Christ - 15 mars 2014
La nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper, abbé Franz Schmidberger - 25 mars 2014
Déclaration de Mgr Bernard Fellay sur la nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper - 12 avril 2014
Indissolubilté du mariage : la kasperite galopante est-elle contagieuse ? - 16 mai 2014
Annonce d'une possible scission dans l'Eglise : Mgr Athanasius Schneider - 30 mai 2014
Le mariage indissoluble en question, abbé François Knittel - Juin 2014
L'Eglise catholique est-elle à la veille d'un schisme ?, Professeur Roberto Mattei - 4 juin 2014
La controverse sur la communion des divorcés « remariés » s'amplifie - 1er août 2014
5 cardinaux préparent un livre en défense du Magistère traditionnel sur le mariage et la vie sacramentelle - 1er août 2014
La communion pour tous, abbé François Knittel - 04 aôut 2014
Concilier des anomalies : une herméneutique en matière de divorce et de remariage, par P-A McGavin - Sept. 2014
Mgr Johan Bonny, évêque d'Anvers, favorable à la communion des divorcés remariés - 5 septembre 2014
François est irrité : 5 cardinaux rappellent leur ferme position doctrinale avant le Synode sur la famille - 17 sept. 2014
Le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, s'oppose à la communion des divorcés remariés - 18 sept. 2014
Interview du cardinal Kasper: « Ils veulent la guerre au Synode, c'est le Pape qui est visé » - 18 sept. 2014
Le manifeste des cinq cardinaux et la réponse de Kasper, par Andrea Tornielli - 18 sept. 2014
Divorcés remariés : Demeurer dans la vérité du Christ – Extraits - 26 septembre 2014
Un synode baillonné. Pourquoi ? par Marco Tossati - 03 octobre 2014
Rapport du Cardinal Peter Erdö, rapporteur du Synode extraordinaire sur la famille -13 octobre 2014
Synode sur la famille - Mot du Supérieur du District de France - Commentaires de DICI - 14 octobre 2014
Synode sur la famille : une révolution doctrinale sous un masque pastoral - DICI du 14 octobre 2014
Synode sur la famille : le cardinal Müller dénonce un rapport indigne, honteux et falsifié - 14 octobre 2014
Rapport d'étape du synode sur la famille : analyse critique, par Jeanne Smits - 14 octobre 2014
Synode : et la communion pour les polygames ? - 15 octobre 2014
Remariage des divorcés, concubinage, homosexualité : vers quoi se dirige le Vatican après le quasi coup d'État réalisé par le pape ? - 15 octobre 2014
Résister à la tendance hérétique - La relatio du card. Erdö efface d'un coup le péché et la loi naturelle, R. Mattei - 16 octobre 2014
La véritable histoire de ce synode. Le metteur en scène, les exécutants, les assistants - 17 octobre 2014
Synode des évêques - Discours de clôture du Pape François - 18 octobre 2014
Le synode ouvre une crise dans l'Eglise, par Jean-Marie Guenois - 21 octobre 2014
Synode sur la famille - Mgr Paglia : le changement est en route et on ne revient pas en arrière, par G. Galeazzi - 22 octobre 2014
Synode sur la famille : la patiente révolution de François, par Sandro Magister - 24 octobre 2014
Synode sur la famille : paragraphes rejetés mais maintenus, abbé Alain Lorans - 24 octobre 2014
Cardinal Burke: " Nombreux sont ceux qui ont l'impression que le vaisseau de l'Église a perdu sa boussole" - 30 oct. 2014
Mansuétude de l'Eglise : réponse de l'abbé Fr. Knittel au P. Paul-Anthony McGavin - 03 novembre 2014
Le synode sur la famille : une tâche qui salit l’honneur du Siège Apostolique, Mgr Schneider - 04 novembre 2014
Après le Concile, le Synode, abbé Christian Bouchacourt - 05 novembre 2014
Le pape François règle ses comptes : une véritable chasse aux sorcières à la Curie ! - 11 novembre 2014
Peut-on donner l'absolution à un divorcé remarié ?, abbé Claude Barthe in L'Homme Nouveau - 12 novembre 2014
Synode et subversion, abbé Patrick de La Rocque - 13 novembre 2014
Le synode des évêques du 5 au 19 octobre 2014, par l'abbé Philippe Toulza - 27 novembre 2014
Divorcés-remariés : le cardinal Müller condamne la séparation entre doctrine et pastorale - 11 décembre 2014
Le synode sur la famille ou le Peuple de Dieu en marche vers une Eglise démocratico-collégialiste ?, abbé T. Legrand - 20 décembre 2014
Entre un synode et le suivant, la bataille continue, par Sandro Magister - 5 février 2015

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messe et retraite
Océan Indien
en octobre 2017

11 au 16 oct. messe à Madagascar
17 au 21 octobre, retraite spirituelle
à La Réunion


Catéchisme n° 77
La loi, définition


Bulletins et revues
Montgardin - Le Petit Echo de N-D : 800 ans de la Custodie de Terre Sainte
La Malle aux Mille Trésors n° 59 de septembre-octobre
Foyers Ardents : Merci à nos maris,
par M. du Tertre;
le quinze août, par
le Père Joseph

Fideliter 238
La correspondance inédite d'un prêtre
fidèle

Courrier de Rome - Ordre de Malte (Pr. Pasqualucci); Sola scriptura (Abbé Citati)
Vers les sommets - Ton mot d'ordre :
Piété, abbé Gérard

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Samedi 23 septembre 2017
07:41 19:45

  Suivez notre fil RSS