Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Divorcés-remariés : le théologien australien McGavin propose un rescrit pour qu'ils puissent communier - 24 novembre 2015

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Rubrique consacrée au pape François élu sur le trône de saint Pierre le 13 mars 2013

Divorcés-remariés : le théologien australien McGavin propose
un rescrit pour qu'ils puissent communier - 24 novembre 2015

Accès au dossier sur les divorcés-remariés,
le problème homosexuel et le synode sur la famille

Note de la rédaction de La Porte Latine :
il est bien entendu que les commentaires repris dans la presse extérieure à la FSSPX
ne sont en aucun cas une quelconque adhésion à ce qui y est écrit par ailleurs.

Hypothèse. Un rescrit qui permettrait de communier. Il serait rédigé par l'évêque, en faveur d'un divorcé remarié de son diocèse, après un examen attentif de son cas qui serait effectué en obéissant à des normes promulguées par le pape. C'est ce que propose un théologien australien pour remédier à la confusion actuelle, par Sandro Magister.

ROME, le 24 novembre 2015 – Si l’on en croit ce qui se dit un peu partout, le grand vainqueur du synode aurait été l’Église allemande, qui se situe à l'avant-garde mondiale en matière de rénovation de la discipline du mariage catholique.

Mais lorsque l’on entend ce que le pape François a dit aux évêques d’Allemagne venus à Rome en visite "ad limina", vendredi 20 novembre, la conclusion que l’on en tire n’est pas que l’Église allemande est la plus avancée du monde, mais exactement le contraire. C’est la plus ravagée.

Le pape a tenu aux évêques allemands des propos très sévères.

- Il a déploré l’absence de "profil catholique" dans les institutions caritatives et dans les écoles.
- Il a stigmatisé la chute verticale de l’assistance à la messe et la "disparition de la pratique" du sacrement de pénitence.
- il s’est plaint de "l’inauguration incessante de nouvelles structures auxquelles, en fin de compte, il manque un élément  : les fidèles".
- Il a appelé les évêques à être des "maîtres de la foi", de cette foi qui est "transmise et vécue dans la communion vivante de l’Église universelle".
- Il a souligné que, dans les facultés de théologie, "la fidélité à l’Église et au magistère ne contredit pas la liberté académique".
- Il a rappelé que, dans les paroisses, "la précieuse collaboration des fidèles laïcs ne peut pas devenir un succédané du ministère sacerdotal ou donner carrément l’impression que celui-ci est une possibilité parmi d’autres", parce que "s’il n’y a pas de prêtre, il n’y a pas d'eucharistie".- il a déclaré qu’il fallait "protéger inconditionnellement la vie, depuis le moment de la conception jusqu’à celui de la mort naturelle", parce que "sur ce point nous ne pouvons pas accepter de compromis, sans quoi nous deviendrions nous aussi coupables de pratiquer la culture du déchet".

Cependant il y a une seule question que le pape n’a pas abordée : celle de l’accès des divorcés remariés à la communion. En Allemagne – mais pas seulement dans ce pays – c’est désormais une pratique courante, autorisée dans les faits par un grand nombre d’évêques, indépendamment de ce qui a été dit au synode et sans attendre que le pape en tire – c’est à lui qu’incombe cette tâche – des décisions opérationnelles.

Parce que c’est bel et bien ce qui se passe. Le changement d’orientation radical dans la discipline relative au mariage catholique que constitue l’accès des divorcés remariés à la communion est en train de devenir un phénomène très répandu, spontané et hors de tout contrôle, sans que Rome – qui a été le point de départ de ce processus – ait encore émis quelque directive que ce soit.

L'intervention que l’on peut lire ci-dessous – elle prête à discussion mais elle est d’un intérêt certain – est une réaction raisonnée à cette dérive spontanée. Son auteur est un théologien australien, Paul A. McGavin, qui n’a jamais dissimulé qu’il souhaitait des innovations à propos de la discipline en matière de mariage catholique. Mais à condition que l’on ne touche pas à la doctrine de l'indissolubilité.

Son opinion, en effet, est que "la doctrine est universelle," tandis que "la discipline prend en compte les circonstances particulières et les responsabilités morales des personnes, y compris en cas d’échecs". Et la tradition de l’Église latine reconnaît effectivement à la chaire de Pierre l'autorité qui lui permet de concéder des exceptions aux lois universelles, y compris en matière de mariage.

C’est ce qui se produit déjà, par exemple, avec le "privilège pétrinien", en vertu duquel le pape peut dissoudre un mariage "contracté et non consommé". Et c’est ce qui pourrait également se produire – ce que souhaite McGavin – dans le cas d’autres situations matrimoniales complexes.

Le pouvoir d’autoriser de telles exceptions devrait, d’après le théologien australien, être étendu à chaque évêque. Mais seulement avec des "normes" précises, rédigées par Rome, qui en régiraient l’utilisation et avec un "rescrit" final qui serait formulé par l’évêque de manière publique pour chaque cas. Parce que, à défaut d’une telle réglementation, la confusion et le laxisme n’auraient plus de limites et qu’ils finiraient par démolir également la doctrine.

La distinction existe déjà, dans le droit canonique actuel, entre les lois générales, qui sont applicables à tout le monde, et les actes administratifs individuels, qui concernent des cas spécifiques.

Parmi ces actes administratifs il y a le rescrit, qui est défini de la manière suivante par l’article 59 § 1 du code de droit canonique :

"Par rescrit, on entend l’acte administratif donné par écrit par l’autorité exécutive compétente, par lequel, à la demande de quelqu’un, est concédé selon sa nature propre un privilège, une dispense ou une autre grâce".

Dans le texte ci-dessous McGavin, après avoir présenté des arguments en faveur de ses idées, propose justement un modèle de rescrit par lequel un évêque pourrait autoriser un divorcé remarié à recevoir la communion, au terme d’un examen attentif de son cas, effectué selon les normes promulguées par Rome.

Le père McGavin est un prêtre du diocèse de Canberra et Goulburn, en Australie. Il a été professeur d’économie et président de la Business School de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud. Il s’est spécialisé en théologie du Nouveau Testament, a été curé d’une paroisse et il est actuellement aumônier catholique de l’Université de Canberra.

 

Un acte pastoral et administratif sous mandat du pape, sans changements doctrinaux ou canoniques, par Paul Anthony McGavin

En matière de mariage/divorce/remariage, la nouvelle situation qui résulte de la publication du motu proprio "Mitis judex Dominus Jesus" par le pape François et de celle de la "Relatio" du synode de 2015 pourrait aboutir à un désaccord entre la doctrine et la pratique et rendre plus urgente encore la publication par le Saint-Père de lignes directrices post-synodales claires.

La présente note procède à l'examen d’une proposition de "normes" du Saint-Siège pour des actes pastoraux et administratifs ne comportant pas de changements doctrinaux ou canoniques. Cette proposition est complétée à la fin de l’article par un modèle de lettre-rescrit épiscopale.

Le pape François a devancé la "Relatio" du synode extraordinaire de 2014 (cf. n° 48) lorsqu’il a institué, le 14 septembre 2014, une commission chargée d’étudier la simplification des procédures d’annulation  ; ensuite il a devancé le synode de 2015 par son motu proprio "Mitis judex Dominus Jesus", publié le 8 septembre 2015 et qui entrera en vigueur le 8 décembre 2015. On peut donner deux exemples dans lequel cette simplification résout des difficultés que l’on rencontrait dans les procédures juridiques qui étaient employées jusqu’à présent.

Premier exemple  : les simplifications introduites par ces révisions canoniques permettent de parvenir plus facilement à une "certitude morale" (nouveau canon 1687 § 1) dans l’identification juridique d’un empêchement dirimant, tel que l’instabilité mentale au moment où le mariage a été contracté. Autre exemple  : les procédures canoniques simplifiées peuvent diminuer la probabilité que la recherche d’une annulation soit freinée par la crainte d’aggraver des conflits conjugaux antérieurs et des blessures qui pourraient amener de nouveaux conflits de droit civil à propos de questions telles que la garde des enfants et/ou les contacts avec les enfants.

En bref, la législation simplifiée facilite un accès aux tribunaux qui reflète mieux les situations pastorales et de droit civil complexes qui se présentent de nos jours. Le motu proprio "Mitis judex Dominus Jesus" établit une unique phase de procédure (nouveau canon 1671 § 2) et admet qu’il y ait un seul juge (1) dans les procédures qui se déroulent dans le cadre des tribunaux ecclésiastiques (nouveau canon 1673 § 4). De plus il prévoit, dans les cas les plus clairs, une procédure abrégée de détermination judiciaire de l'annulation d’un mariage directement par l’évêque (nouveau canon 1683). En un certain sens, cette dernière solution représente un retour au genre de gouvernement épiscopal qui existait avant que n’apparaisse la pratique des tribunaux ecclésiastiques séparés.

Certaines personnes ont exprimé leur crainte que cette solution ne rende possible le "divorce" présenté comme une '"annulation". Ce point de vue n’est pas corroboré par le motu proprio. Dans ce texte le pape affirme à trois reprises le principe de l’"indissolubilité" du lien sacré du mariage et, en ce qui concerne la procédure juridique épiscopale abrégée, il parle du "très grand soin [que le pasteur prend] de l’unité des catholiques avec Pierre dans la foi et la discipline". De plus le nouveau canon 1683 limite l’utilisation de la procédure juridique épiscopale abrégée aux cas dans lesquels les époux sont d’accord pour demander la nullité et où les témoignages écrits substantiels ne nécessitent pas d’enquêtes plus approfondies.

Certains observateurs ont décrit la “Relatio” du synode de 2015 comme un "chef d’œuvre d’ambigüité". Or le cardinal George Pell a défendu les paragraphes 84-86 de la "Relatio" comme "non ambigus”, même s’ils sont considérés par certaines personnes comme "insuffisants”. Lorsqu’elle parle du mariage, la "Relatio" fait un usage répété du mot "indissolubilité" (aux paragraphes 1, 40, 48, 49, 84) et il est certainement incontestable que l’unité et la stabilité du lien matrimonial ont été accueillies par l’Église, depuis son commencement, comme un enseignement du Seigneur enraciné dans le dessein originel de Dieu, "dès l’origine" (Mc 10, 6 ; Gn 1, 27). De même il est certainement incontestable que la rupture intentionnelle du lien matrimonial constitue un péché grave : “Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre…” (Mc 10, 11). À ce sujet, comme l’a dit le cardinal Pell, il y a eu un "consensus massif".

Et cependant, il est indubitable que, en dehors du synode, un large consensus s’est également manifesté à propos d’une interprétation particulière de la citation de "Familiaris consortio" n° 84 – "Les pasteurs doivent savoir que… ils ont l’obligation de bien discerner les diverses situations" – qui est incorporée dans le paragraphe 85 de la "Relatio".

Avant le synode, les évêques allemands ont déclaré qu’ils avaient le sentiment de ne pas avoir besoin de l'imprimatur de Rome pour émettre des décrets pastoraux en Allemagne. Après le synode, une idée courante est que des décisions pastorales peuvent être prises au niveau local simplement par les prêtres, dans le for interne sacramentel. Mais sans des "normes" émanant du Saint-Siège il serait plus difficile pour les évêques d’endiguer les pratiques du clergé qui affaiblissent la doctrine relative au mariage et qui atténuent le rapport nécessaire entre la doctrine et la discipline.

Des développements indésirables de ce genre se sont multipliés là où il y a une fusion/confusion entre la doctrine et la discipline. La doctrine est universelle ; la discipline, quant à elle, prend en compte les circonstances particulières et les responsabilités morales des personnes, y compris en cas d’échecs. En bref, la doctrine est générale, comme le catéchisme, tandis que la discipline correspond à des situations spécifiques et qu’elle a pour but l'édification des fidèles et la conversion des comportements particuliers, plutôt que le traitement de situations générales.

Mais sans "normes" pour la discipline, le danger du laxisme augmente. Laisser la discipline simplement aux prêtres, c’est ouvrir la porte à des pratiques disparates de la part de confesseurs ayant mal interprété ce qu’a dit le pape lors de la clôture du synode de 2014 à propos de ceux qui manifestent ce '"raidissement hostile" qui est "la tentation des zélés, des scrupuleux, des empressés et de ceux que l’on appelle ‘traditionnalistes’”. Lorsque de tels propos ne sont pas interprétés de manière équilibrée, ils peuvent favoriser la diffusion d’une discipline détachée de la doctrine. Cela souligne la nécessité de "normes", que je vais maintenant argumenter.

Le " consensus massif" manifesté par le synode porte sur l’enseignement de toujours en matière de mariage et sur sa présence cohérente dans le droit canonique. Cependant, ce point étant considéré comme acquis, il existe des “privilèges de foi" (cf. canon 59 § 1) qui, dans la tradition latine sont réservés au Saint-Siège en tant qu’exercice du privilège pétrinien par le législateur. Ce qui est en question ici, c’est la concession d’une faveur qui est en dehors de la loi, mais qui n’abroge pas celle-ci : un acte "administratif”, plutôt qu’un acte "juridique" (2).

De tels actes administratifs peuvent traiter des situations canoniquement irrégulières et effectivement désordonnées, à propos desquelles il est prudent de donner une réponse pastorale modérée. Les mots-clés sont "modérée” et "prudent"  ; or exercer un traitement administratif qui soit modéré et prudent exige des "normes". Dans le cas présent, l’évêque serait le "modérateur" et son action serait régie par des "normes" édictées par le Saint-Siège pour régler la concession par le pape de pouvoirs permettant à l’évêque d’effectuer des actes administratifs et pastoraux qui – dans des circonstances déterminées – permettraient à des personnes qui, pour des raisons complexes, ne sont pas en mesure de régulariser leur situation matrimoniale d’accéder à la communion sacramentelle.

Les "normes" proposées (3) émaneraient du Saint-Siège et elles pourraient inclure :

1. la reconnaissance par le requérant (ou par les requérants) du commandement divin de permanence et d’unicité du mariage ;

2. la reconnaissance par le requérant (ou par les requérants) de l’histoire de l’échec de son mariage, avec ses péchés, ses erreurs humaines et ses drames, ainsi que des leçons qu’il en a tirées ;

3. l’indication écrite, par le délégué de l’évêque – qui serait dans ce cas un expert en théologie pastorale et pratique – du régime de pénitence et de réparation suivi par le requérant (ou par les requérants), ainsi que l’opinion de ce délégué selon laquelle ce régime aurait eu une durée appropriée ;

4. l’indication écrite, par l’official diocésain, de l’évaluation canonique qu’il fait du dossier, ainsi que du fait qu’il considère que cette affaire ne pourrait pas être réglée par la voie judiciaire ;

5. l’indication écrite, par le délégué de l’évêque, de l’évaluation de l'impact pastoral qu’aurait la concession d’une telle faveur sur les contextes sociaux et ecclésiaux du requérant (ou des requérants), parmi lesquels les contextes paroissiaux locaux ;

6. la description des circonstances dans lesquelles ces pouvoirs peuvent être utilisés comme moyens d’accueillir dans la pleine communion avec l’Église catholique des personnes qui, étant en situation d’irrégularité matrimoniale, relèveraient du droit canonique latin et ne seraient donc pas en mesure d’être pleinement accueillies dans l’Église ;

7. un compte-rendu de l’usage de ces pouvoirs par l’évêque devra être adressé chaque année au Saint-Siège.

Ce qui conclut maintenant cette note est le modèle d’une lettre-rescrit qu’un évêque pourrait écrire en application des pouvoirs qui ont été décrits et des “normes” qui régissent ces pouvoirs.

 

MODÈLE DE LETTRE-RESCRIT

Adresse de l’évêché
Date
Prot. n°. ...

Destinataire

Acceptation d’une demande de rescrit

Cher …,

Je suis heureux de vous écrire, suite à votre requête datée du … et de ma précédente lettre datée du …,  concernant votre demande d’accès à la communion eucharistique, que je suis en mesure de l’accueillir, selon les normes approuvées par le Saint-Père qui me donnent le pouvoir de gérer cette faveur. J’ai donc le pouvoir d’agir en ce qui concerne la démarche de réconciliation et de pénitence que vous avez entreprise au cours de la période …, sous la direction de votre curé … et avec la collaboration du père …, qui exerce dans ce diocèse les fonctions de responsable de la théologie pastorale et pratique.

Il m’a été confirmé que vous aviez eu recours à tous les moyens pouvant contribuer à la réconciliation des parties concernées, comme le montre le rapport qui m’a été remis par le père …, que votre situation actuelle se présente comme stable et qu’elle comporte des obligations et des engagements qui sont généralement connus dans votre communauté locale et qui ne sont pas en opposition avec les lois et réglementations civiles relatives à ces questions. Les documents écrits ont été réexaminés également par l’official de ce diocèse, et j’ai pris connaissance avec attention de son rapport, afin de parvenir à me faire une opinion à propos du présent acte administratif pastoral.

Les documents de cette procédure de réconciliation comprennent votre déclaration de fidélité à l'enseignement de l’Église catholique, tel qu’elle l’a reçu de Notre Seigneur, en ce qui concerne le caractère unique et contraignant du lien matrimonial entre un homme et une femme. L'établissement de ce rescrit est fondé sur votre adhésion publique à la doctrine qu’enseigne l’Église en matière de mariage et sur les aveux que vous avez faits au for interne à propos des défaillances et/ou des drames qui ont bouleversé votre situation matrimoniale précédente, qui ne peut plus être rétablie.

Je ne vous demande pas de porter sur la place publique un passé douloureux et le processus de réconciliation qui a suivi, mais je vous demande seulement – lorsque la nécessité s’en fera sentir – de témoigner que vous avez entrepris des parcours sous la direction de votre évêque, qui l’ont persuadé d’émettre un rescrit pour votre retour à la communion eucharistique selon les normes indiquées lorsque les pouvoirs épiscopaux m’ont été conférés par le Saint-Siège, ainsi que votre adhésion publique à l'enseignement de l’Église en ce qui concerne le saint mariage.

Je serai présent à la cathédrale le soir du … et je serai heureux de vous conduire au sacrement de pénitence avant la sainte messe que je célébrerai à … heures et au cours de laquelle je serai heureux de vous donner moi-même la sainte communion. Je vous prie de prendre contact avec mon secrétaire particulier ..., pour vous mettre d’accord avec lui. Si tout cela n’est pas possible, vous pourrez présenter cette lettre-rescrit au curé de votre paroisse, afin qu’il puisse lui donner effet de ma part.

Je désire vous féliciter de votre persévérance grâce à laquelle l’Église a pu vous accorder cette faveur et j’unis mes prières aux vôtres, pour que vous progressiez dans la grâce de Dieu. Priez pour moi afin que je puisse faire preuve de sagesse, de prudence et de courage dans ma vie et dans mon ministère d’évêque.

Sincèrement vôtre dans le Christ,

+ ...

Évêque de ...

Sources : www.chiesa/Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France/LPL

 

Notes

(1) Dans le cas où il y a un juge unique, la présence de deux assesseurs est également requise (nouveau canon 1676 § 3).
(2) Il est bon de savoir qu’il y a des actes "administratifs" qui sont juridiques et régis par le droit canonique, de même que les actes canoniques sont régis par une norme "pastorale" plus générale : le "salus animarum", le salut des âmes (canon 1752). Comme l’indique le titre de cet article, les actes ”administratifs” et "pastoraux" font référence à des actes qui sont extra-juridiques, en ce sens qu’ils accordent une faveur concédée sous l'autorité du législateur.
(3) Les concessions de faveurs régies par des "normes" sont fondées sur ce qui est indiqué dans les nouveaux canons 1675 ("Le juge, avant d’accepter la cause, doit avoir la certitude que le mariage a irréparablement échoué, de sorte qu’il soit impossible de rétablir la vie conjugale commune") et 1691 § 1 (“Dans la sentence, les parties seront avisées des obligations morales et même civiles auxquelles elles peuvent être tenues l’une envers l’autre et envers leurs enfants en ce qui concerne le devoir de subsistance et d’éducation"). L'insertion du point 3 dans ces "normes" impliquerait normalement des processus de ”for interne" et des documents à "accès restreint”, mais il n’inclurait pas le "for interne sacramentel". L'insertion du point 4 vise, pour sa part, à garantir que les requêtes qui peuvent, de manière plus appropriée, être traitées canoniquement soient réorientées vers des traitements judiciaires, surtout lorsque la simplification des procédures d’annulation rend plus facile la découverte d’une solution juridique pour les cas difficiles. Dans l’expression "mariage/divorce/remariage", les mots "divorce" et "remariage" doivent dans ce cas être compris uniquement en référence au droit civil (nouveau canon 1671 § 2), dans la mesure où ces "normes" n’anticipent ni un divorce ("dissolution") ecclésial, ni un mariage ecclésial ultérieur. Dans certains cas particuliers, les "normes" régiraient les procédures pour la concession pastorale de faveurs dans des situations de discordance entre droit civil et droit ecclésiastique, et elles ne doivent pas être perçues comme offrant une solution juridique à l'anomalie de situations confuses.

 

 

Autres documents sur la pastorale du mariage, des divorcés remariés et de l'homosexualité

Confusion entretenue sur la situation des divorcés remariés - 14 mars 2014
La communion des divorcés remariés, abbé François Knittel - 14 mars 2014
Cardinal Caffarra : ne touchez pas au mariage institué par le Christ - 15 mars 2014
La nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper, abbé Franz Schmidberger - 25 mars 2014
Déclaration de Mgr Bernard Fellay sur la nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper - 12 avril 2014
Indissolubilté du mariage : la kasperite galopante est-elle contagieuse ? - 16 mai 2014
Annonce d'une possible scission dans l'Eglise : Mgr Athanasius Schneider - 30 mai 2014
Le mariage indissoluble en question, abbé François Knittel - Juin 2014
L'Eglise catholique est-elle à la veille d'un schisme ?, Professeur Roberto Mattei - 4 juin 2014
Réflexions de la Conférence épiscopale allemande en préparation au Synode des Évêques - 24 juin 2014
La controverse sur la communion des divorcés « remariés » s'amplifie - 1er août 2014
5 cardinaux préparent un livre en défense du Magistère traditionnel sur le mariage et la vie sacramentelle - 1er août 2014
La communion pour tous, abbé François Knittel - 04 aôut 2014
Concilier des anomalies : une herméneutique en matière de divorce et de remariage, par P-A McGavin - Sept. 2014
Mgr Johan Bonny, évêque d'Anvers, favorable à la communion des divorcés remariés - 5 septembre 2014
François est irrité : 5 cardinaux rappellent leur ferme position doctrinale avant le Synode sur la famille - 17 sept. 2014
Le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, s'oppose à la communion des divorcés remariés - 18 sept. 2014
Interview du cardinal Kasper: « Ils veulent la guerre au Synode, c'est le Pape qui est visé » - 18 sept. 2014
Le manifeste des cinq cardinaux et la réponse de Kasper, par Andrea Tornielli - 18 sept. 2014
Divorcés remariés : Demeurer dans la vérité du Christ – Extraits - 26 septembre 2014
Un synode baillonné. Pourquoi ? par Marco Tossati - 03 octobre 2014
Rapport du Cardinal Peter Erdö, rapporteur du Synode extraordinaire sur la famille -13 octobre 2014
Synode sur la famille - Mot du Supérieur du District de France - Commentaires de DICI - 14 octobre 2014
Synode sur la famille : une révolution doctrinale sous un masque pastoral - DICI du 14 octobre 2014
Synode sur la famille : le cardinal Müller dénonce un rapport indigne, honteux et falsifié - 14 octobre 2014
Rapport d'étape du synode sur la famille : analyse critique, par Jeanne Smits - 14 octobre 2014
Synode : et la communion pour les polygames ? - 15 octobre 2014
Remariage des divorcés, concubinage, homosexualité : vers quoi se dirige le Vatican après le quasi coup d'État réalisé par le pape ? - 15 octobre 2014
Résister à la tendance hérétique - La relatio du card. Erdö efface d'un coup le péché et la loi naturelle, R. Mattei - 16 octobre 2014
La véritable histoire de ce synode. Le metteur en scène, les exécutants, les assistants - 17 octobre 2014
Synode des évêques - Discours de clôture du Pape François - 18 octobre 2014
Le synode ouvre une crise dans l'Eglise, par Jean-Marie Guenois - 21 octobre 2014
Synode sur la famille - Mgr Paglia : le changement est en route et on ne revient pas en arrière, par G. Galeazzi - 22 octobre 2014
Après le Synode, tout commence - 23 octobre 2014
Synode sur la famille : la patiente révolution de François, par Sandro Magister - 24 octobre 2014
Synode sur la famille : paragraphes rejetés mais maintenus, abbé Alain Lorans - 24 octobre 2014
Cardinal Burke: " Nombreux sont ceux qui ont l'impression que le vaisseau de l'Église a perdu sa boussole" - 30 oct. 2014
Mansuétude de l'Eglise : réponse de l'abbé Fr. Knittel au P. Paul-Anthony McGavin - 03 novembre 2014
Le synode sur la famille : une tâche qui salit l’honneur du Siège Apostolique, Mgr Schneider - 04 novembre 2014
Après le Concile, le Synode, abbé Christian Bouchacourt - 05 novembre 2014
Le pape François règle ses comptes : une véritable chasse aux sorcières à la Curie ! - 11 novembre 2014
Peut-on donner l'absolution à un divorcé remarié ?, abbé Claude Barthe in L'Homme Nouveau - 12 novembre 2014
Synode et subversion, abbé Patrick de La Rocque - 13 novembre 2014
Le synode des évêques du 5 au 19 octobre 2014, par l'abbé Philippe Toulza - 27 novembre 2014
Divorcés-remariés : le cardinal Müller condamne la séparation entre doctrine et pastorale - 11 décembre 2014
Le synode sur la famille ou le Peuple de Dieu en marche vers une Eglise démocratico-collégialiste ?, abbé T. Legrand - 20 décembre 2014
Synode sur la famille : Mgr Bonny veut une reconnaissance ecclésiastique des couples homosexuels - 27 décembre 2014
Procréer "comme des lapins" : Pie XII rectifie François - 22 janvier 2015
Le prochain synode sur la famille se prépare discrètement… - 30 janvier 2015
Mgr Brandmuller a commencé ses visites d'évaluation ... Mais Qui est le cardinal Brandmuller ? - Janvier 2015
Entre un synode et le suivant, la bataille continue, par Sandro Magister - 5 février 2015
Le cardinal Burke résistera et s'opposera au Pape François s'il persiste dans ses dérives - 8 février 2015
Le pape François, le synode et le cardinal, par l'abbé Philippe Toulza - 11 février 2015
Saint Paul résiste au successeur de Pierre… , abbé Castelain - Mars 2015
La radicalité du cardinal Sarah : un avertissement au pape François de l'un de ses fidèles collaborateurs - 25 mars 2015
Le cardinal Brandmuller dénonce certains cardinaux comme hérétiques - 14 avril 2015
Synode. Les évêques allemands mettent la charrue avant les bœufs, Sandro Magister - 06 mai 2015
Le cardinal Kasper affirme que des éléments de bien peuvent exister dans une union homosexuelle - 27 mai 2015
Le rétropédalage - relatif - du cardinal Kasper sur la communion pour les divorcés remariés - 5 juin 2015
Synode. Le double cri d'alarme du cardinal Antonelli - 12 juin 2015
Synode. L'heure de l'Afrique, par Sandro Magister - 15 juin 2015
Document de travail Instrumentum Laboris en vue du synode sur la famille d'octobre 2015 - 23 juin 2015
Analyses divergentes à propos de l'instrumentum laboris du prochain synode sur la famille - 24 juin 2015
Synode. Une douche glacée pour les novateurs, par Sandro Magister - 30 juin 2015
Synode sur la famille : le Rhin ne se jettera pas dans le lac Volta - 10 juillet 2015
Mgr Huonder rappelle que la Bible considère l'homosexualité comme une abomination punie de mort - 31 juillet 2015
Actualités de l'Eglise - François et la "réduction des péchés", abbé Mauro Tranquillo - 4 août 2015
A propos de l'année de la miséricorde du pape François : L'Eglise de la miséricorde, par M. l'abbé Sélégny - 21 août 2015
Mariage et virginité : ce que Vatican II aurait dû dire, abbé Louis-Marie Carlhian - 25 août 2015
Les cardinaux anti-Kasper : ils étaient cinq, maintenant ils sont dix-sept, par Sandro Magister - 31 août 2015
Le pape facilite la procédure de nullité des mariages catholiques - 8 septembre 2015
Synode : le cardinal Müller responsable de la Foi défend le mariage…, par J-P Dickès - 8 septembre 2015
Cardinal Burke : sérieuses réserves sur les propositions d'annulation des mariages émises par le Pape - 8 septembre 2015
R. de Mattei : ces deux motu proprio du Pape sont une blessure au mariage chrétien - 9 septembre 2015
Le cardinal Schönborn à la Civiltà Cattolica: des semences de vérité dans toutes les unions de fait - 10 septembre 2015
Synode - Vatican : Révolte contre François, par Julius Müller-Meiningen - 10 septembre 2015
Le Cardinal Ouellet s'oppose à la réforme de la communion pour les divorcés-remariés - 10 septembre 2015
Le Synode et les « passions d'ignominie », par M. l'abbé Christian Thouvenot - 11 septembre 2015
Le Motu Proprio du Pape sur le mariage induit des modifications de la Doctrine de l'Eglise, Pr. Pasqualucci - 11 septembre 2015
Synode - La révolte de 50 moralistes contre Kasper et compagnie, par R. Cascioli - 12 septembre 2015
Liste complète et définitive des participants à la XIVe Assemblée générale ordinaire du Synode des Évêques du 4 au 25 octobre 2015
Défense de l'appeler divorce. Mais comme cela y ressemble!, par S. Magister - 15 septembre 2015
Supplique au Saint-Père, Mgr Bernard Fellay - 15 septembre 2015
Cardinal Schönborn : "Une relation homosexuelle stable est préférable à une aventure" - 16 septembre 2015
Peut-on discuter les actes du gouvernement du Pape?, par Roberto de Mattei - 16 septembre 2015
A propos du Synode - Communiqué de M. l'abbé Christian Bouchacourt - 17 sept. 2015
Liste des participants au Synode : présences, absences, surprises, par S. Magister - 17 septembre 2015
Demeurer dans la vérité du Christ : soutien du cardinal Sarah à l'appel aux pères synodaux - 17 septembre 2015
A propos du synode - Communiqué de M. l'abbé Thierry Legrand - 19 septembre 2015
L'avis d'un universitaire sur la réforme du droit canonique relatif aux nullités de mariage - 25 septembre 2015
La parole est au synode. Mais c'est François qui prendra les décisions, par Sandro Magister - 28 septembre 2015
Synode : nous voici revenus au temps du « pecca fortiter sed crede fortius » de Luther , abbé Simoulin - 02 octobre 2015
Nouvelles procédures de nullité du mariage: un juriste démolit la réforme du pape François, par S. Magister - 03 oct. 2015
Mgr Krzysztof Charamsa, prélat homosexuel vivant en couple, défie le Vatican à la veille de l'ouverture du synode - 03 oct. 2015
Homélie du Pape François à l'occasion de l'ouverture de la 2° session du Synode sur la famille - 4 octobre 2015
Le pape condamne le divorce à l'ouverture du synode sur la famille - 04 octobre 2015
Synode - In cauda venenum : de belles paroles, mais ensuite..., par Christopher Ferrara - 05 octobre 2015
Défis, mission et vocation de la famille selon le cardinal Erdö - 05 octobre 2015
Ouverture du synode sur la famille 2015 : premières escarmouches - 06 octobre 2015
Synode : l'Instrumentum laboris contient d'autres bombes que celles sur les divorcés « remariés » - 08 octobre 2015
Un nouveau langage au service du Synode, abbé L. Ramé - 12 octobre 2015
Treize cardinaux ont écrit au pape, Sandro Magister - 12 octobre 2015
La théorie du genre aussi démoniaque que l'État islamique, cardinal Sarah - 14 octobre 2015
Ce que Dieu veut, et non pas ce que le Pape pourrait nous concéder - 15 octobre 2015
Le sentiment du péché existe-t-il encore chez les pères synodaux?, R. de Mattei - 15 octobre 2015
L'autorité du Synode, abbé Jean-Michel Gleize - 16 octobre 2015
Homme et femme Il les créa, abbé Xavier Beauvais - 16 octobre 2015
Anca-Maria Cernea supplie les pères synodaux de reconnaître qu'il s'agit d'une bataille spirituelle - 18 octobre 2015
La nouvelle morale du cardinal Kasper, abbé Matthias Gaudron - 16 octobre 2015
Pour l'honneur de la famille, abbé Philippe Nansenet - 18 octobre 2015
La famille en danger au Synode, abbé Raphaël d'Abbadie d'Arrast - 18 octobre 2015
Synode: La décentralisation de l'Eglise offense la foi et le sens commun, R. de Mattei - 20 octobre 2015
Rapport final du Synode des évêques sur la famille d'octobre 2015 - 24 octobre 2015
Déclaration solennelle de l'Institut Civitas en conclusion du Synode sur la Famille - 25 octobre 2015
Synode: Mgr Vincenzo Paglia : "Un aggiornamento est nécessaire" - 26 octobre 2015
Synode : l'Eglise catholique devient-elle protestante ?, par J-M Guenois - 26 octobre 2015
Déclaration de Mgr Fellay à propos du Rapport final du Synode sur la famille - 27 octobre 2015
Synode : une défaite pour tous, à commencer par la morale catholique, R. de Mattei - 27 octobre 2015
Synode - Mariage et fécondité, par M. l'abbé Denis Puga - 30 octobre 2015
Synode - Une pastorale qui se substitue au dogme, par M. l'abbé Xavier Beauvais - Octobre 2015
Réforme expresse du Pape François : l'indissolubilité du mariage en péril, abbé Denis Puga - 02 novembre 2015
Réaction de Mgr Athanasius Schneider au Rapport Final du Synode : non possumus ! - 02 novembre 2015
Synode discordant. Vers un "schisme de fait" dans l'Église?, par S. Magister et Thomas Michelet, O.P.- 04 novembre 2015
Entretien avec Roberto de Mattei: « Le Rapport final du Synode est un mauvais document » - 06 novembre 2015
Pharisiens et Sadducéens de notre temps, par R. de Mattei - 12 novembre 2015
Synode - Les portes de l'enfer ne prévaudront pas !, par l'abbé Daniel Couture - 13 novembre 2015
Synode - Rome va parler..., par le Père Raymond de Souza - 13 novembre 2015
Le pape a introduit dans l'Église de Dieu ce qui revient au divorce, abbé T. Gaudray - 18 novembre 2015
I - L'infidélité empêche-t-elle de se marier ?, par l'abbé Thierry Gaudray - Novembre 2015
II - Le péché rend-il le mariage invalide ?, par l'abbé Thierry Gaudray - Novembre 2015
III - Le mensonge invalide-t-il le mariage ?, par l'abbé Thierry Gaudray - Novembre 2015
IV. Toute crainte rend-elle le mariage invalide ?, par l'abbé Thierry Gaudray - Novembre 2015
Cardinal Sarah, Mgr Schneider : l'accès des luthériens à la communion ne peut pas se résumer à une affaire de conscience - 2 déc. 2015
Rapport final : le synode donne l'impression d'une Eglise déchirée en profondeur, abbé M. Gaudron - 4 décembre 2015

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 70
La vie eternelle
(2ème partie)


Nouvelles parutions
LAB de l'Etoile
La formation du
chrétien, par l'abbé
L-E Meugniot

Le Petit Echo de Notre-Dame de Montgardin : Padre
Pio et la Vierge
pèlerine - 1959

Courrier de Rome
Trois commentaires sur l'entretien du pape François à Avvenire, Pr. P. Pasqualucci

Lettre de l'Institut
Saint-Pie X : Homo
hebetus, abbé Chautard

Lettre à nos frères prêtres n° 73 - La question du célibat sacerdotal, trésor spirituel de l'Église catholique


Messes Océan Indien
Madagascar
La Réunion
Île Maurice


XII° UDT FSSPX
12 au 16 août 2017
Servir la chrétienté
aujourd'hui


Les camps d'été 2017
de la Tradition

Pour les garçons

de 8 à 14 ans,
du 2 au 8 juillet : Vox cantorum à La Peyratte

de 8 à 11 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 13 à 17 ans,
du 10 au 24 juillet
Moulins-Vichy

de 12 à 14 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 8 à 13 ans,
du 17 au 31 juillet
à Kernabat

du 30 juillet au 18 août à St-Bonnet
Le Château (42)

de 8 à 13 ans
du 1er au 17 août
à Unieux (42)

de 13 à 17 ans
du 10 au 24 août
au Portugal

de 14 à 17 ans,
du 5 au 21 août
Camp itinérant
à vélo Raid
Saint Christophe


Pour les filles
de 7 à 16 ans
du 6 au 15 juillet
en Bretagne

du 10 au 29 juillet
à St-Bonnet
Le Château (42)

de 15 à 18ans
du 12 au 22 juillet
à Will, en Suisse

de 7 à 16 ans
du 18 au 27 juillet
en Bretagne

A partir de 18 ans
du 7 au 11 août
stage de couture
à Ruffec (36)

A partir de 18 ans
du 4 au 8 septembre
stage de couture
à Ruffec (36)


Centenaire apparitions
19-20 août 2017 :
pèlerinage de la
Tradition à Fatima

Circuit de la Vierge
Pèlerine en France

Place de bus pour le retour du pèlerinage


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 300 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 26 mai 2017
05:58 21:39

  Suivez notre fil RSS