Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Le mariage indissoluble en question, abbé François Knittel - Juin 2014

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Le mariage indissoluble en question,
abbé François Knittel - Juin 2014

 

Dans la perspective du prochain synode extraordinaire des évêques convoqué à l’automne prochain sur le thème de la famille, le pape a demandé au cardinal Walter Kasper de s’adresser au consistoire des cardinaux le 20 février 2014. A la fin de son exposé, le prélat allemand a abordé la situation des divorcés remariés et les solutions pastorales qui pourraient être mises en œuvre pour leur permettre l’accès à la communion eucharistique, en s’appuyant sur la pratique des orientaux schismatiques.

Mgr Fellay a publié le 12 avril 2014 un communiqué — accompagné d’une étude de l’abbé Franz Schmidberger — qui met en lumière l’opposition entre une telle pastorale et la foi de l’Eglise touchant le mariage, la pénitence et l’eucharistie.

 

UN PRÉCÉDENT : L’ÉPISODE CONCILIAIRE

La tentative actuelle de subvertir ces enseignements de foi au nom d’une approche prétendument pastorale n’est pas nouvelle. La même idée avait déjà été lancée dans l’aula conciliaire voici près d’un demi-siècle, suscitant alors — comme aujourd’hui — des remous dans la presse et l’émotion chez les catholiques.

C’est le 29 septembre 1965 que Mgr Elias Zoghby, vicaire pour l’Egypte et le Soudan du patriarche melkite Maximos, proposait aux Pères conciliaires une solution pastorale à la situation tragique de celui (ou celle) qui, encore jeune, est injustement abandonné(e) par son  conjoint. Alors que l’Eglise romaine ne lui proposerait que la vie héroïque de la continence perpétuelle, l’Eglise orthodoxe lui permettrait bénignement de se remarier.

Se fondant sur une interprétation contestable de deux textes évangéliques (Mt 5, 32 et 19, 9) et sur quelques textes patristiques obscurs, les théologiens orthodoxes ont élaboré ce qu’ils appellent le principe d’économie. De quoi s’agit-il ? Sans remettre en cause l’indissolubilité du mariage, ce principe appelle à faire preuve de condescendance et de sollicitude à l’égard du conjoint innocent en le dispensant de la rigueur —supposée excessive— de la loi. Dans la théologie de saint Thomas (II-II, q. 120) et la pratique du droit canon (CJC de 1917, cn. 20 / CJC de 1983, cn. 19), ce principe serait l’équivalent de la vertu d’équité (ou épikie).

Dès le lendemain, le cardinal Charles Journet s’adressait aux Pères conciliaires pour rectifier les affirmations de Mgr Zoghby et rappeler la doctrine et la pratique constantes de l’Eglise catholique. Pressé par l’autorité de s’expliquer, le prélat melkite reprenait la parole dans l’aula conciliaire le 4 octobre 1965 pour affirmer que la dispense proposée n’entendait nullement déroger au principe de l’indissolubilité du mariage.

 

DANS LE NOUVEAU TESTAMENT

Les trois premiers évangiles et les épîtres de saint Paul rapportent l’enseignement du Christ sur l’indissolubilité du mariage.

Dans saint Luc, le Christ qualifie d’adultère aussi bien celui qui, s’étant séparé de sa femme, en épouse une autre que celui qui s’unit à une femme répudiée (Lc 16, 18). Que la séparation soit justifiée ou pas, le lien conjugal reste indissoluble.

Dans saint Marc, Notre Seigneur répond à la question des pharisiens en affirmant que la séparation ne légitime le remariage ni de l’époux ni de l’épouse (Mc 10, 2-12). Ce faisant, il se démarque de la loi de Moïse qui reconnaissait au seul époux le droit de répudier sa femme (Dt 24, 1).

Dans saint Matthieu, la question posée par les pharisiens est double : elle porte à la fois sur le motif d’une éventuelle séparation et sur la possibilité de se remarier (Mt 19, 3-10). Logiquement, la réponse est double : la séparation des époux n’est possible que pour une raison grave —l’infidélité est donnée en exemple— et le remariage est impossible. L’étonnement des disciples souligne la volonté du Sauveur de revenir à l’idéal primitif du mariage (Gen 2, 24).

Saint Paul synthétise la doctrine évangélique dans un passage de la 1ère épître aux Corinthiens (1 Cor 7, 10-11). Se référant explicitement aux prescriptions du Seigneur, il admet l’éventualité d’une séparation —sans en préciser la cause, à la différence de saint Matthieu—, exclut la possibilité d’un remariage, conseille la réconciliation et rappelle l’égalité des époux en la matière. Par ailleurs, il confirme que la femme, qui se remarie après la mort de son premier conjoint, ne saurait être appelée adultère (Rom 7, 1-3 ; 1 Cor 7, 39-40).

 

CHEZ LES PÈRES DE L’EGLISE

L’exégèse correcte des textes néotestamentaires qui traitent de l’indissolubilité du mariage suppose la saisie simultanée de plusieurs éléments : les dispositions de la Loi Ancienne qui permettent parfois la répudiation et le remariage, la volonté du Christ de revenir à l’indissolubilité initiale du mariage sans nier la possibilité d’une séparation pour des raisons graves.

De même, l’interprétation des textes patristiques requiert certaines précautions. D’abord, en parlant des mariages conformes à la loi civile — laquelle autorise souvent séparation et remariage —, les Pères ne les jugent pas pour autant conformes à l’Evangile. Ensuite, ce sont les mêmes mots qui servent souvent à désigner la séparation de corps et de résidence et la rupture du lien ouvrant la porte à un remariage. Enfin, le droit romain ne qualifie pas d’adultère le commerce charnel de l’homme marié avec une femme libre, mais uniquement celui de la femme mariée avec un autre que son mari.

Concluant son étude sur l’indissolubilité du mariage dans les 4 premiers  siècles, le Dictionnaire de Théologie Catholique affirme :

« Le sentiment qui prédominait dans l’Eglise, aux quatre premiers siècles, c’est que l’adultère d’un des époux entraînait pour l’autre le droit de se séparer de son conjoint coupable, mais non celui de briser le lien du mariage. Les premiers auteurs qui s’expriment à ce sujet soit dans l’Eglise grecque, soit dans l’Eglise latine, affirment que le mari ne saurait se remarier, quand sa femme manque à la fidélité conjugale. Hermas le dit très clairement. Tertullien le déclare en des termes un peu obscurs. Les autres Pères affirment d’une manière absolue que le mariage est indissoluble. Ils admettent sans doute quelquefois qu’il peut être dissous ; mais ils entendent par cette dissolution une simple séparation de corps. » (art. Adultère, t. 1, col. 483)

 

L’INFLUENCE DE LA LOI CIVILE

D’où vient alors que l’Eglise byzantine ait admis le remariage en certaines circonstances ? Le P. Athanase Hage, supérieur général des basiliens de Saint-Jean-Baptiste de l’Eglise melkite, a déjà répondu à cette question dans une étude publiée le 23 novembre 1965 et intitulée « L’indissolubilité du mariage et le cas d’adultère dans la discipline matrimoniale de l’Eglise orientale dans les premiers siècles » :

« La tradition générale de l’Eglise orientale des cinq premiers siècles, à l’exception d’une ou deux voix discordantes, affirme catégoriquement le caractère indissoluble du lien matrimonial, même en cas d’adultère. […] Ce n’est que beaucoup plus tard que la pratique du divorce finit par s’établir dans les Eglises orientales sous l’influence de la loi civile. Au IXe siècle surtout, les neuf causes de divorce assignées dans la Novelle 117 furent insérées dans le Nomocanon des 14 titres de l’Eglise byzantine et mises en pratique. Bien d’autres causes seront ajoutées à la liste de Justinien, surtout à partir du XVIe siècle. »

Abbé François KNITTEL, in la “Lettre de saint Florent” du mois de juin 2014

 

 

Autres documents sur la pastorale des divorcés remariés

Confusion entretenue sur la situation des divorcés remariés - 14 mars 2014
La communion des divorcés remariés, abbé François Knittel - 14 mars 2014
La nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper, abbé Franz Schmidberger - 25 mars 2014
Déclaration de Mgr Bernard Fellay sur la nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper - 12 avril 2014
Indissolubilté du mariage : la kasperite galopante est-elle contagieuse ? - 16 mai 2014
Annonce d'une possible scission dans l'Eglise : Mgr Athanasius Schneider - 30 mai 2014
L'Eglise catholique est-elle à la veille d'un schisme ?, Professeur Roberto Mattei - 4 juin 2014
La controverse sur la communion des divorcés « remariés » s'amplifie - 1er août 2014
5 cardinaux préparent un livre en défense du Magistère traditionnel sur le mariage et la vie sacramentelle - 1er août 2014
La communion pour tous, abbé François Knittel - 04 aôut 2014

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 75
La loi morale


Nouvelles parutions
Montgardin - Le Petit Echo de N-D : La dévotion au Coeur Immaculé de Marie
Les actes de l'oraison d'après Saint-Thomas d'Aquin, par le RP Lhoumeau, smm
Marie Reine des Coeurs - Berthe Petit et le Coeur douloureux et immaculé de Marie, abbé Castelain
Nlle Calédonie - Le Flamboyant - « Question d'argent », Père Bochkoltz+
Vers les sommets
- Ton mot d'ordre : Persévérez dans la fidelité, abbé Gérard

La Malle aux Mille Trésors n° 58
Cahiers St Raphaël S'asservir ou se donner ? Du cannabis à Rosa Mystica
Montgardin - Le Petit Echo de N-D
n° 42 : Voir le bien


Messes Océan Indien
en août 2017

A Madagascar
A La Réunion
A l'Ile Maurice


Centenaire apparitions
19-20 août 2017 :
pèlerinage de la
Tradition à Fatima

Le livret du Pèlerin de Fátima


Vierge Pèlerine
24 juin au 1er juillet : Colmar, Mulhouse, Rougemont-le-Château et Cravanche
Le circuit dans le
District de France


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 300 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 18 août 2017
06:50 20:59

  Suivez notre fil RSS