Vœux définitifs du frère Maximin-​Marie Jaegle en l’église paroissiale de Kaysersberg


C’est à M. l’ab­bé Benoît de Jorna, direc­teur du sémi­naire d’Ecône où le Frère Maximin-​Marie est en poste,
qu’il revint de prendre l’en­ga­ge­ment défi­ni­tif du nou­veau Profès, et de célé­brer la messe solennelle


Kaysersberg, le 16 sep­tembre 2017 : c’est dans l’église parois­siale du XIIIe siècle de ce char­mant vil­lage viti­cole alsa­cien que le Frère Maximin-​Marie Jaegle s’est enga­gé défi­ni­ti­ve­ment dans la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X

Le curé du lieu avait accep­té de lais­ser son église à la Fraternité pour la cir­cons­tance : ce fut une joie pour tous, prêtres, reli­gieux, famille et amis de voir la messe de tou­jours déployer ses fastes au pied du magni­fique maître-​autel sur­plom­bé d’un retable incrus­té de bas-​reliefs retra­çant la vie du Rédempteur.

La pro­ces­sion comp­tait envi­ron trente-​cinq ecclé­sias­tiques venus de quatre dis­tricts dif­fé­rents : France, Allemagne, Suisse et Grande-​Bretagne, sans oublier le curé du lieu, tout heu­reux d’exhumer de sa sacris­tie ses plus beaux orne­ments et objets sacrés pour l’occasion. Trois des sémi­naires de la Fraternité étaient repré­sen­tés : Ecône, Zaitzkofen et Flavigny, ces deux der­niers comp­tant cha­cun un novi­ciat pour les frères. Plusieurs oblates de la Fraternité s’étaient éga­le­ment jointes à ce bel événement.

A tra­vers son homé­lie, le pré­di­ca­teur a mani­fes­té com­ment les trois vœux de reli­gion sont un moyen pri­vi­lé­gié d’acquérir la vie éter­nelle par le rejaillis­se­ment qu’ils ont sur les ver­tus natu­relles et surnaturelles.

Quelque 350 fidèles sont venus entou­rer le reli­gieux, dont un bon nombre de per­sonnes décou­vrant ou redé­cou­vrant la litur­gie tra­di­tion­nelle. A noter la pré­sence de Mme le Maire de Kaysersberg, accom­pa­gnée de trois conseillers régio­naux ayant fait le dépla­ce­ment pour l’occasion.

À la sor­tie de la messe, il suf­fi­sait de tendre l’oreille pour écou­ter les témoi­gnages sur la beau­té et la richesse de la litur­gie tra­di­tion­nelle ; cela fai­sait plus d’un demi-​siècle que l’église du vil­lage n’avait pas connu une céré­mo­nie aus­si solennelle.

La jour­née s’est pour­sui­vie sous le signe la convi­via­li­té et de l’action de grâces, illus­trant de façon sai­sis­sante la croi­sade lan­cée par Mgr Lefebvre en 1979, appe­lant les jeunes à refaire une chré­tien­té en s’appuyant sur le Sacrifice de la Messe, et exhor­tant les prêtres à la fidé­li­té à la Messe de tou­jours « pour l’amour de l’Eglise, pour l’amour du pape, pour l’amour des évêques, des prêtres, de tous les fidèles, pour le salut du monde, pour le salut des âmes » (Homélie de son Jubilé épis­co­pal, 23 sep­tembre 1979).

Sources : FSSPX.news /​Photos Jean Lorber