Belgique : François aurait approuvé la bénédiction des couples homosexuels

Conseil permanent de la conférence épiscopale belge

Selon une source, le pape François était au cou­rant de la pré­pa­ra­tion d’une litur­gie de béné­dic­tion des couples homo­sexuels par l’épiscopat néer­lan­do­phone de Belgique, qui a été publiée le 20 sep­tembre 2022, accom­pa­gnée d’une lettre d’explication.

Cette publi­ca­tion a pro­vo­qué des remous et de nom­breuses réac­tions. Les évêques s’étaient défen­dus. Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers avait affir­mé qu’il avait par­lé de ce pro­jet au pape François – qu’il a ren­con­tré à Rome au mois de juin – et qu’il était en « com­mu­nion avec lui ».

Dans un article publié le 13 octobre der­nier, le jour­nal La Croix explique que le texte est en ges­ta­tion depuis quatre années, depuis une ren­contre d’intellectuels et de théo­lo­giens avec le pape François en mai 2018. Ce groupe, bap­ti­sé « Logia » a reçu les encou­ra­ge­ments du pontife.

Ils se sont alors tour­nés vers le car­di­nal Jozef De Kesel qui les a encou­ra­gé et les a char­gé d’étudier la ques­tion d’un meilleur accueil des per­sonnes LGBT. Le pro­ces­sus évo­lue, et, tou­jours selon la même source, d’autres ren­contres ont lieu avec le Pape.

Ce qui fait dire aux évêques belges qu’ils sont « en com­mu­nion avec le pape François ». Les évêques s’appuient d’une part sur la « prise de dis­tance » du pape par rap­port au docu­ment de la Congrégation pour la doc­trine de la foi qui avait expli­ci­te­ment condam­né la béné­dic­tion des couples homo­sexuels en mars 2021. Argument sup­po­sé, soit dit en passant.

Ils s’appuient éga­le­ment, comme il fal­lait s’y attendre, sur Amoris lae­ti­tia : « Nous sommes en ligne avec ce qu’il veut [le pape], à savoir le res­pect et l’accompagnement des per­sonnes, dans la suite d’Amoris lae­ti­tia. » Au cha­pitre 8 de cette exhor­ta­tion apos­to­lique, publiée en 2016, le Pape insis­tait en effet en par­ti­cu­lier sur l’importance d’« accom­pa­gner, dis­cer­ner et inté­grer la fragilité ».

Les évêques rap­pellent d’ailleurs que le texte, que cer­tains d’entre eux n’hésitent pas à qua­li­fier de « béné­dic­tion », n’est que l’une des mesures adop­tées pour mieux accueillir les per­sonnes homo­sexuelles dans l’Église. « Nous vou­lons qu’il y ait une pas­to­rale pour les per­sonnes et pour les couples homo­sexuels mieux struc­tu­rée », résume-t-on.

Une autre source proche de l’épiscopat résume : « Nous pen­sons que ce n’est pas contraire à la volon­té de Dieu, s’il y a un amour réci­proque, la fidé­li­té, de l’attention à l’autre. »

Du côté de Rome, alors que le signa­taire du docu­ment de mars 2021, le car­di­nal Luis Ladaria Ferrer, pré­sident du Dicastère pour la doc­trine de la foi, sera bien­tôt rem­pla­cé, c’est le silence complet.

Réactions de cardinaux

Trois car­di­naux se sont dis­tin­gués par leur réac­tion au texte des évêques belges. Le car­di­nal Wim Eijk, arche­vêque d’Utrecht, a lon­gue­ment expli­qué son oppo­si­tion, et ter­mine sa démons­tra­tion par un vœu : « que les évêques fla­mands soient bien­tôt invi­tés par les milieux ecclé­sias­ti­que­ment com­pé­tents à reti­rer leur décla­ra­tion et qu’ils s’y plient ».

Le car­di­nal Francis Arinze à son tour, dans une décla­ra­tion datée du 24 sep­tembre, a expli­qué que les évêques fla­mands de Belgique ont « fait une erreur ». Et de rap­pe­ler à son tour que ce type de béné­dic­tion était inexis­tante, parce que l’Eglise n’a pas le pou­voir de don­ner une béné­dic­tion aux per­sonnes de même sexe, comme l’a rap­pe­lé la Congrégation pour la doc­trine de la foi.

Dans une décla­ra­tion envoyée à LifeSiteNews, le car­di­nal Gerhard Müller a condam­né à son tour cette comme étant « héré­tique » et « dia­mé­tra­le­ment oppo­sée à la Parole de Dieu sur le mariage, la famille et la créa­tion de l’homme en tant qu’homme ou femme ».

La ques­tion est la sui­vante : que vont faire ces car­di­naux – et cer­tains évêques qui ont éga­le­ment condam­né cette hor­reur – devant le silence romain qui appa­raît main­te­nant comme com­plice ? Il fau­dra bien tirer les conclu­sions et réagir comme la situa­tion le néces­site. Sans quoi, demain, avec le Synode sur la syno­da­li­té, cette pseudo-​bénédiction sera répan­due partout.

Source : FSSPX.News