Fiducia Supplicans et la « bénédiction pastorale »

Bénédiction. Ordinations sacerdotales 2012. Cathédrale Notre-Dame de Paris.

« L’Église doit évi­ter de faire repo­ser sa pra­tique pas­to­rale sur la fixi­té de cer­tains sché­mas doc­tri­naux ou dis­ci­pli­naires ».

1. Ce pas­sage du numé­ro 25 de la toute récente Déclaration Fiducia sup­pli­cans n’est que la reprise du prin­cipe fon­da­men­tal déjà énon­cé par le Pape François dans l’Exhortation post­sy­no­dale Amoris lae­ti­tia. Ce prin­cipe trouve lui-​même sa jus­ti­fi­ca­tion au numé­ro 8 de la dite Déclaration, qui fait lui-​même réfé­rence au numé­ro 12 du Nouveau rituel, pro­mul­gué par Jean-​Paul II en 1985. « Les béné­dic­tions », est-​il dit, « peuvent être consi­dé­rées comme l’un des sacra­men­taux les plus répan­dus et en constante évo­lu­tion. Elles conduisent en effet à sai­sir la pré­sence de Dieu dans tous les évé­ne­ments de la vie et nous rap­pellent que, même dans l’u­sage des choses créées, l’être humain est invi­té à cher­cher Dieu, à l’ai­mer et à le ser­vir fidè­le­ment ». Les béné­dic­tions sont « en constante évo­lu­tion ». Pourquoi ? Parce qu’elles ont pour but de « faire sai­sir » et de « rap­pe­ler » … Faire sai­sir et rap­pe­ler : les béné­dic­tions ne seraient donc qu’un lan­gage, de purs signes, opé­rant ni plus ni moins qu’une prise de conscience ? Si tel est bien le cas, il est logique qu’elles s’adaptent, comme tout lan­gage, à la men­ta­li­té de ceux aux­quels elles s’adressent. Car l’essentiel, en toute pas­to­rale, est de se faire com­prendre. De là découle tout le reste.

2. Et tout d’abord, pour bénir il suf­fit de se mettre à l’écoute des dif­fé­rentes per­sonnes « qui viennent spon­ta­né­ment deman­der une béné­dic­tion » (n° 21). Cette demande exprime par elle-​même le besoin « de la pré­sence sal­vi­fique de Dieu dans son his­toire » (n° 20). Demander une béné­dic­tion c’est recon­naître l’Eglise « comme sacre­ment de salut » (ibi­dem), « admettre que la vie de l’Église jaillit du sein de la misé­ri­corde de Dieu et nous aide à avan­cer, à mieux vivre, à répondre à la volon­té du Seigneur » (ibi­dem). Bref, la demande tra­duit des convic­tions, mais encore ? Traduit-​elle une volon­té de gué­ri­son, une réso­lu­tion effi­cace ? Exprime-​t-​elle le désir d’une conver­sion ? Le numé­ro 21 se contente d’évoquer, de la part de ceux qui demandent la béné­dic­tion, « l’ouverture sin­cère à la trans­cen­dance, la confiance de leur cœur qui ne s’ap­puie pas uni­que­ment sur leurs propres forces, leur besoin de Dieu et leur désir de sor­tir de l’é­troi­tesse de ce monde refer­mé sur lui-​même ». Et sor­tir du péché ? Apparemment, il n’en est pas ques­tion ici. Ce qui n’a rien de sur­pre­nant, dès lors que la béné­dic­tion est une écoute, car, comme toute écoute, elle n’a pas à se pré­oc­cu­per des réso­lu­tions effi­caces. Elle sur­vient à l’heure de l’espérance et de l’attente.

3. La béné­dic­tion n’est pas qu’une écoute ; elle doit aus­si expri­mer l’amour de Dieu et c’est pour­quoi elle se fait toute à tous. Certes, elle ne sau­rait « offrir une forme de légi­ti­mi­té morale à une pra­tique sexuelle extra mari­tale » (n° 11). Cependant, « il faut aus­si évi­ter le risque de réduire le sens des béné­dic­tions à ce seul point de vue, car cela nous condui­rait à exi­ger pour une simple béné­dic­tion les mêmes condi­tions morales que celles qui sont exi­gées pour la récep­tion des sacre­ments. Ce risque exige que nous élar­gis­sions encore cette pers­pec­tive. En effet, le dan­ger existe qu’un geste pas­to­ral, si aimé et si répan­du, soit sou­mis à trop de condi­tions morales préa­lables qui, sous pré­texte de contrôle, pour­raient obs­cur­cir la force incon­di­tion­nelle de l’a­mour de Dieu sur lequel se fonde le geste de la béné­dic­tion » (n° 12). La béné­dic­tion doit donc expri­mer l’amour de Dieu de façons dif­fé­ren­ciées. L’essentiel est de ne pas « perdre la cha­ri­té pas­to­rale qui doit pas­ser par toutes nos déci­sions et nos atti­tudes » et à évi­ter de « nous consti­tuer en juges qui ne font que refu­ser, reje­ter, exclure » (n° 13).

4. Le nou­veau « magis­tère » pas­to­ral inau­gu­ré par Jean XXIII ne cherche plus à conver­tir. Autant dire qu’il ne cherche plus à faire sor­tir les âmes du péché. Il écoute et il dia­logue. Et ce fai­sant, il donne au monde le moyen de se réa­li­ser comme tel, en échap­pant au maté­ria­lisme, dans une ouver­ture à la trans­cen­dance. « Au fond, la béné­dic­tion offre aux per­sonnes un moyen d’ac­croître leur confiance en Dieu. La demande de béné­dic­tion exprime et nour­rit l’ou­ver­ture à la trans­cen­dance, la pié­té, la proxi­mi­té de Dieu dans les mille cir­cons­tances concrètes de la vie, et cela n’est pas rien dans le monde où nous vivons. C’est une semence de l’Esprit Saint qu’il faut nour­rir et non entra­ver » (n° 33). Et le péché ? Et la conver­sion ? Et le salut éter­nel ? Pas un mot. On vous l’a dit : la béné­dic­tion est là pour vous faire sai­sir « la pré­sence de Dieu dans tous les évé­ne­ments de la vie ».

5. Voilà pour­quoi « l’Église doit évi­ter de faire repo­ser sa pra­tique pas­to­rale sur la fixi­té de cer­tains sché­mas doc­tri­naux ou dis­ci­pli­naires ». Cela s’entend, puisque la béné­dic­tion est un aspect de la pas­to­rale et que la pas­to­rale consiste à se mettre à l’écoute et à dia­lo­guer, à « faire sai­sir » et à « rap­pe­ler ». En ce domaine, les sché­mas ne sont pas de mise, « sur­tout lors­qu’ils donnent lieu à un éli­tisme nar­cis­sique et auto­ri­taire, où, au lieu d’évangéliser, on ana­lyse et clas­si­fie les autres, et, au lieu de faci­li­ter l’accès à la grâce, les éner­gies s’usent dans le contrôle » (cita­tion du Pape François au n° 25). Par consé­quent, « lorsque des per­sonnes invoquent une béné­dic­tion, une ana­lyse morale exhaus­tive ne devrait pas être posée comme condi­tion préa­lable à l’oc­troi de cette béné­dic­tion. Aucune per­fec­tion morale préa­lable ne doit être exi­gée de leur part » (n° 25). Car il ne s’agit pas de conver­sion. Il s’agit de dia­logue et d’écoute. Le prin­cipe de base de cette écoute, qui est aus­si le prin­cipe de base de la Nouvelle Evangélisation, est que « nous sommes plus impor­tants pour Dieu que tous les péchés que nous pou­vons com­mettre, car Il est père, Il est mère, Il est amour pur, Il nous a bénis pour tou­jours. Et Il ne ces­se­ra jamais de nous bénir » (n° 27). Si l’on s’en tient à un pareil prin­cipe, l’Enfer existe-​t-​il ? Et s’il existe, ne serait-​il pas plu­tôt vide ? … Ce prin­cipe est de « faire sen­tir à ces per­sonnes qu’elles res­tent bénies mal­gré leurs graves erreurs, que le Père céleste conti­nue à vou­loir leur bien et à espé­rer qu’elles s’ouvrent fina­le­ment au bien » (ibi­dem). « S’ouvrir au bien » : en quel sens ? Est-​ce seule­ment le « désir de sor­tir de l’é­troi­tesse de ce monde refer­mé sur lui-​même » dont il a été ques­tion plus haut ? Logiquement oui. Et c’est pour­quoi la conclu­sion, tant atten­due, appa­raît iné­luc­table. Les couples de même sexe ont, eux aus­si, droit à rece­voir la béné­dic­tion de l’Eglise.

6. Cette conclu­sion arrive noir sur blanc, sans sur­prise, au numé­ro 31 de la Déclaration. « Dans l’ho­ri­zon ain­si tra­cé, il est pos­sible de bénir les couples en situa­tion irré­gu­lière et les couples de même sexe ». Il est bien sûr pré­ci­sé que cette béné­dic­tion aura lieu « sous une forme qui ne doit pas être fixée rituel­le­ment par les auto­ri­tés ecclé­siales, afin de ne pas créer de confu­sion avec la béné­dic­tion propre au sacre­ment du mariage ». Et le numé­ro 30 ren­ché­rit sur cette pré­cau­tion qui se veut ras­su­rante – on se demande d’ailleurs à l’adresse de qui : « Pour évi­ter toute forme de confu­sion ou de scan­dale, lorsque la prière de béné­dic­tion, bien qu’ex­pri­mée en dehors des rites pres­crits par les livres litur­giques, est deman­dée par un couple en situa­tion irré­gu­lière, cette béné­dic­tion ne sera jamais accom­plie en même temps que les rites civils d’u­nion, ni même en rela­tion avec eux. Ni non plus avec des vête­ments, des gestes ou des paroles propres au mariage. Il en va de même lorsque la béné­dic­tion est deman­dée par un couple de même sexe ». Mais le numé­ro 40 s’empresse de réou­vrir les portes fer­mées par le numé­ro pré­cé­dent : « Une telle béné­dic­tion peut en revanche trou­ver sa place dans d’autres contextes, comme la visite d’un sanc­tuaire (Lisieux ?), la ren­contre avec un prêtre (à la sor­tie de la messe ?), une prière réci­tée en groupe (à l’occasion de la réci­ta­tion des vêpres ou du cha­pe­let ?) ou lors d’un pèle­ri­nage (Lourdes, Fatima ?). En effet, par ces béné­dic­tions, qui ne sont pas don­nées selon les formes rituelles propres à la litur­gie, mais plu­tôt comme une expres­sion du cœur mater­nel de l’Église, sem­blables à celles qui jaillissent des pro­fon­deurs de la pié­té popu­laire, on n’en­tend pas légi­ti­mer quoi que ce soit, mais seule­ment ouvrir sa vie à Dieu, lui deman­der son aide pour mieux vivre, et invo­quer aus­si l’Esprit Saint pour que les valeurs de l’Évangile soient vécues avec une plus grande fidé­li­té ». Les formes rituelles propres à la litur­gie ne seraient donc pas l’expression du cœur mater­nel de l’Eglise ? Il semble bien que non, puisque le numé­ro 36 pré­cise que vou­loir faire de ces béné­dic­tions un acte litur­gique « consti­tue­rait un grave appau­vris­se­ment, car ce serait sou­mettre un geste de grande valeur dans la pié­té popu­laire à un contrôle exces­sif, qui pri­ve­rait les ministres de la liber­té et de la spon­ta­néi­té dans l’ac­com­pa­gne­ment pas­to­ral de la vie des per­sonnes ». Toujours cette pué­rile et néfaste dia­lec­tique entre l’autorité et la liber­té, entre le droit et la cha­ri­té, entre la jus­tice et l’amour. Retenons pour l’heure que ce type de « béné­dic­tion » peut se dérou­ler à l’intérieur des églises, et, pour­quoi pas, au banc de com­mu­nion, face au maître autel.

7. Ces béné­dic­tions vont des­cendre « sur ceux qui, se recon­nais­sant indi­gents et ayant besoin de l’aide de Dieu, ne reven­diquent pas la légi­ti­mi­té de leur propre sta­tut, mais demandent que tout ce qui est vrai, bon et humai­ne­ment valable dans leur vie et dans leurs rela­tions soit inves­ti, gué­ri et éle­vé par la pré­sence de l’Esprit Saint » (n° 31). Il s’agit donc d’une amé­lio­ra­tion, à par­tir de ce qui est déjà bon, non d’une gué­ri­son. Il n’est abso­lu­ment rien dit de ce qui est faux et mau­vais, même humai­ne­ment par­lant, encore moins du péché lui-​même. Rien de rien, ni ici ni ailleurs dans tout le reste du docu­ment. Mais cela existe-​t-​il, du reste ? Ce qui importe, c’est que « les rela­tions humaines puissent mûrir et gran­dir dans la fidé­li­té au mes­sage de l’Évangile, se libé­rer de leurs imper­fec­tions et de leurs fra­gi­li­tés et s’ex­pri­mer dans la dimen­sion tou­jours plus grande de l’a­mour divin » (ibi­dem). Imperfections et fra­gi­li­tés … N’est-ce pas tout de même trop peu dire, quand il s’agit de l’adultère ou de l’homosexualité ? Il est vrai que « la grâce de Dieu agit dans la vie de ceux qui ne se pré­tendent pas justes mais se recon­naissent hum­ble­ment pécheurs comme tout le monde. Elle est capable de tout orien­ter selon les des­seins mys­té­rieux et impré­vi­sibles de Dieu ». De des­seins mys­té­rieux et impré­vi­sibles, oui, il en est pour cor­res­pondre à ce que les théo­lo­giens dési­gnent comme la volon­té divine « de bon plai­sir ». Mais il est aus­si une volon­té divine « signi­fiée » et qui s’exprime d’une manière nul­le­ment mys­té­rieuse mais par­fai­te­ment claire, et qui cor­res­pond à des des­seins par­fai­te­ment pré­vi­sibles : la volon­té de Dieu telle qu’elle s’exprime à tra­vers les dix com­man­de­ments et la loi de l’Église. Avant de bénir tout azi­muts, ne conviendrait-​il pas de rap­pe­ler ces exi­gences et d’y exhor­ter avec toute la per­sua­sion pos­sible ? Le numé­ro 40 décrit les ambi­tions de cette nou­velle pas­to­rale à « ouvrir sa vie à Dieu, lui deman­der son aide pour mieux vivre, et invo­quer aus­si l’Esprit Saint pour que les valeurs de l’Évangile soient vécues avec une plus grande fidé­li­té ». L’inconsistance de pareilles expres­sions est trop vague pour ne pas en deve­nir dilatoire.

8. L’impact de cette Déclaration, sinistre et hon­teuse à la fois, se fera sur­tout sen­tir chez les catho­liques, qui seront une fois de plus ébran­lés dans leur morale et pro­pre­ment scan­da­li­sés, c’est-à-dire pous­sés – exhor­tés pourrait-​on même dire – à ne plus seule­ment tolé­rer, mais à admettre l’inacceptable. Le résul­tat le plus tan­gible, dans l’immédiat, se fait sen­tir sur la Une de tous les jour­naux, les­quels titrent à qui mieux mieux que le Vatican auto­rise enfin (c’est une Première) la béné­dic­tion des couples homosexuels.

9. Cette Déclaration est donc pro­pre­ment scan­da­leuse et le scan­dale qu’elle fomente est grand. Où est donc la « mola asi­na­ria » de l’Évangile [1] ?… Mais puisque la bon­té de Dieu reste grande, sans doute faudra-​t-​il amé­na­ger plus d’espace dans les églises de la Tradition, pour accueillir – comme dans l’étable de Bethléem – tous les pauvres catho­liques de plus en plus déçus dans leur confiance …

Notes de bas de page

  1. « Mais si quelqu’un scan­da­lise un de ces petits qui croient en Moi, il vau­drait mieux pour lui qu’on sus­pen­dit à son cou une de ces meules qu’un âne tourne, et qu’on le plon­geât au fond de la mer. » Mt, XVIII, 6[]

FSSPX

M. l’ab­bé Jean-​Michel Gleize est pro­fes­seur d’a­po­lo­gé­tique, d’ec­clé­sio­lo­gie et de dogme au Séminaire Saint-​Pie X d’Écône. Il est le prin­ci­pal contri­bu­teur du Courrier de Rome. Il a par­ti­ci­pé aux dis­cus­sions doc­tri­nales entre Rome et la FSSPX entre 2009 et 2011.