logos-lpl-separator-blc

Mgr Rouet veut remplacer les prêtres par des laïcs – 27/11/09

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Sauf avis contraire, les articles, coupures de presse, communiqués ou conférences
que nous publions ici n’émanent pas des membres de la FSSPX et ne peuvent donc être considérés comme reflétant la position officielle de la Fraternité Saint-Pie X

Mgr Albert Rouet, , était l’invité de la librairie La Procure, le 28 octobre, pour présenter son dernier livre . L’entretien . Au début, il compare le manque de prêtres au manque de locomotives à vapeur ou de boeufs de labour… « Il y a 10.000 laïcs engagés. Où est le manque ? Quel est le manque ?«  C’est original. Puis il déclare (vers 18mn30) :

« Quand on ne sait pas répondre, on fait de la piété. C’est-à-dire que la spiritualité a pour effet de boucher les trous et par conséquent, ça ne tient pas ce genre de truc. Si je dis ça, c’est parce que depuis très longtemps j’ai été frappé d’une chose : nous avons infantilisé le christianisme« .

« Vingt siècles de christianisme ont fabriqué un peuple d’impuissants. C’est tragique. Mais, c’est tragique ! Un homme ou une femme peut diriger une ferme, présider une association, être maire d’une commune, être responsable d’une entreprise. Et dans l’Eglise, c’est un mineur ! »

Pour connaître la conception du sacerdoce de Mgr Rouet, on peut se reporter à la revue diocésaine de Poitiers n°20 du 9 janvier 2004, dans laquelle on pouvait lire cet article écrit par un anglican :

« Nous avons beaucoup apprécié le prompt accueil que Caroline Gordon-Walker a reçu en tant que femme-prêtre, de la part de Mgr Albert Rouet. Le soutien pour son ordination a été frappant : tout d’abord le prêt d’une église catholique, si l’ordination devait se dérouler en France, et la volonté de l’Archevêque d’y assister. Puis, lorsque la décision fut prise de célébrer l’ordination en Angleterre, Mlle X se rendit à Canterbury pour représenter Mgr Rouet, apportant de sa part une lettre de voeux. Lorsque Caroline célébra sa première eucharistie à Saint-Léger de la Martinière, il y avait une carte de bons voeux de la part des Pères J. Lefebvre et A. Boissinot, de la communauté catholique du secteur paroissial, avec des souhaits pour un heureux et fructueux ministère dans la région. »

Maximilien Bernard in du 27 novembre 2009