logos-lpl-separator-blc

Lourdes 2004, pèlerinage mémorable

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Suite du reportage

« Nos seigneurs les malades… »

Mes bien chers frères, permettez-moi de vous dire ma joie très particulière cette année de vous retrouver aussi nombreux. Je pense que ce pèlerinage de la Tradition est vraiment béni et, d’année en année, c’est toujours plus nombreux que nous nous retrouvons. Je crois que nous n’avons jamais été aussi nombreux pour commémorer, cette année, l’anniversaire de Notre-Dame, de l’Immaculée Conception. Et spécialement quel bonheur d’avoir auprès de nous, comme une couronne autour de cet autel, nos malades qui sont présents, ces malades dont notre foi sait bien qu’ils sont notre trésor par leur capacité intérieure à offrir tant et tant de souffrances au Bon Dieu pour la Tradition; notre trésor, nos paratonnerres, eux qui par toute l’acceptation de la Croix qu’ils portent dans leurs corps et dans leurs cours, sont auprès du Bon Dieu nos intercesseurs. Ce sont nos seigneurs, mes bien chers frères, nos seigneurs les malades que nous aimons à pouvoir servir. Et c’est certainement un encouragement pour toute la Tradition de voir que, de plus en plus, on comprend qu’il faut vraiment amener à Lourdes les malades, parce qu’à Lourdes, Notre Dame guérit parfois les corps et toujours les âmes.

Imposition du Saint Sacrement aux malades
Imposition du Saint Sacrement aux malades

« Le Père gardien du couvent capucin de Morgon bénit les malades avec le Saint Sacrement : un grand moment d’émotion. Les ornements, l’ostensoir et tous les vases sacrés ont été mis à notre disposition par les autorités bienveilantes du Sanctuaire. »

Les malades et les élèves de nos écoles
Les malades

« Et spécialement quel bonheur d’avoir auprès de nous, nos malades qui sont présents, comme une couronne autour de cet autel, […] Ce sont nos seigneurs, mes bien chers frères, nos seigneurs les malades que nous aimons à pouvoir servir. »

Votre présence massive, mes bien chers frères, cette année, est due à notre volonté commune de fêter le grand anniversaire de l’Immaculée Conception. Mais, je le crois également, votre présence est un signe de la confiance que vous placez en Notre-Dame en cette époque troublée que nous traversons. Votre présence aussi nombreuse est un encouragement pour tous, elle est le signe de cet essor naturel et surnaturel de la Tradition, le signe visible de la protection de Notre-Dame. Permettez-moi de reprendre ces différents aspects.

suite du reportage à la page suivante