logos-lpl-separator-blc

La barbe et les genoux

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Le capitaine Haddock ne peut fermer l’œil de la nuit. On lui a posé une question embarrassante : dort-il la barbe sous ou sur la couverture ? Comparaison avec la jupe : au dessus ou au dessous du genou ?

La barbe peut entrainer de graves questions. Dans Coke en stock, le capitaine Haddock ne peut fermer l’œil de la nuit. On lui a posé une question embarrassante : dort-il la barbe sous ou sur la couverture ? Le genou est une articulation merveilleuse et bien utile, quoique sans charme particulier. Les jeunes filles n’ont pas de barbe, heureusement, ce qui leur permet de dormir tranquillement sans se poser de questions. Mais elles ont des genoux. C’est le matin que se pose le dilemme : la jupe au dessus ou au dessous du genou ? Le genou, nous l’avons dit, n’a rien d’esthétique. Mais la voix du monde et la voix de l’Eglise discordent sur ce qui lui convient. Le fait de savoir où est le bien ne suffit pas à remporter la bataille. Tout cela pour introduire ce petit témoignage que voici :

« Il me semble qu’il faut prôner le port de la jupe sous le genou car d’une part c’est un repère simple à établir et aussi car porter la jupe au-dessous permet de ne pas ‘’grignoter’’ des centimètres au fur et à mesure que notre vanité gagne du terrain. En ce qui me concerne j’ai eu une période il y a quelques années, où après m’être autorisé des jupes dévoilant tout juste le genou, j’en ai ensuite achetés des plus courtes en me disant ‘’seulement avec des collants opaques’’, puis un peu plus tard des pièces encore un peu plus courtes, quasi mi-cuisse au final, pour finir petit à petit par lâcher les collants opaques pour des collants très fins, et au final j’ai atteint le point où je portais mes robes mi-cuisse jambes nues. Moi qui m’étais toujours crue ‘’à l’abri’’ de ce genre de comportement, j’ai réalisé qu’en l’espace d’une petite année j’étais passée de jupes toujours décents à des jupes presque toujours indécentes. » (Témoignage dans : La féminité, moyen d’apostolat)

Le relâchement vient petit à petit. Les problèmes commencent dès que l’on discute avec la tentation, cherchant à se donner de bonnes raisons. En dessous, au dessus ? La fille qui écoute l’Eglise sa mère ne se pose même pas la question car elle a déjà la réponse et la met fidèlement en pratique. Ses genoux sont à l’abri et sa conscience aussi.

La barbe des missionnaires impressionnait beaucoup, surtout chez des peuplades moins pilleuses où il fallait un grand âge pour avoir le menton fourni. On estimait la sagesse d’un vieillard à la longueur de sa barbe. Finalement, ne peut-on pas mesurer la sagesse d’une femme à la longueur de sa tenue ? Faudra-t-il attendre le passage des ans ? Heureusement non ! « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. »

Castigat Ridendo

Source : Le Parvis n°112

La féminité, moyen d’apostolat – Réflexion sur la décence et la tenue vestimentaire catholique

Thérèse de femmeapart.com

Editions Saint-Rémi

104 pages

Format : 15 x 21

10,00 €

fraternité sainte pie X

Articles en relation