Pie XII

260ᵉ pape ; de 1939 à 1958

21 mai 1952

Allocution à des infirmiers et infirmières des hôpitaux de Rome

La vocation de l'infir­mier

Table des matières

Voici le texte de cette allo­cu­tion où le sens de la voca­tion de l’infir­mier est mis en lumière :

De tout cœur Nous vous saluons, chers fils et filles, qui êtes venus en si grand nombre d’hô­pi­taux, d’hos­pices, cli­niques, mai­sons de san­té de Notre dio­cèse de Rome, pour rece­voir la béné­dic­tion du Vicaire du Christ. Votre pré­sence nous atteste la haute concep­tion que vous avez de votre pro­fes­sion, et Nous engage ain­si à vous entre­te­nir briè­ve­ment de la voca­tion à la­quelle vous vous êtes consacrés.

Nous disons voca­tion, parce que celui qui embrasse la profes­sion d’in­fir­mier ou d’in­fir­mière répond à la voix de la cha­ri­té du Christ : Venez, les bénis de mon Père – vous dira Jésus au jour du juge­ment – parce que… j’é­tais malade et vous m’a­vez visi­té… Tout ce que vous avez fait au plus misé­rable des mala­des, vous l’a­vez fait à moi-​même [1].

De fait, les chrétiens ont, à travers les siècles, créé de nombreuses institutions en faveur des malades :

Les paroles si expli­cites du divin Maître ont été la Charte de toutes les œuvres chré­tiennes de misé­ri­corde, et nous savons par le récit des plus anciens his­to­riens de l’Eglise la géné­ro­si­té et la méthode avec les­quelles les chré­tiens soi­gnaient eux-​mêmes tous les malades, parce qu’ils voyaient en eux les frères de Celui qui souf­frit pour nous tous les tour­ments de la pas­sion et de la croix. Eusèbe de Césarée[2] parle d’une hor­rible peste qui, peu après l’an 250, fit des ravages en Afrique, et au cours de laquelle les chré­tiens, prêtres et laïcs, sans sou­ci du dan­ger pour leur propre vie, pre­naient soin des malades, que les païens par crainte de la conta­gion, écar­taient loin d’eux et aban­donnaient à leur sort, sans les ense­ve­lir. Plus tard, quand l’Egli­se put se déve­lop­per et s’or­ga­ni­ser libre­ment, appa­rurent même les pre­miers hôpi­taux. C’est ain­si que l’hô­pi­tal créé vers l’an 350 à Césarée par le grand évêque saint Basile était une ville entière, sépa­rée du reste des habi­ta­tions et où étaient soi­gnées toutes les mala­dies, y com­pris la lèpre [3].

Dans notre ville de Rome, selon le témoi­gnage pré­cis de saint Jérôme [4], Fabiola fon­da le pre­mier hôpi­tal où elle recueillit et soi­gna les malades de toutes sortes et de tous lieux, qu’elle avait l’ha­bi­tude de por­ter elle-​même sur ses épaules et dont elle lavait les plaies puru­lentes que d’autres avaient répu­gnance même à regar­der. Puis l’Urbs vit bien­tôt s’é­le­ver près des deux grandes basi­liques constan­ti­niennes du Saint-​Sauveur au Latran et de Saint-​Pierre au Vatican les refuges de cha­ri­té chré­tienne pour les pauvres, les pèle­rins et les malades. L’un d’eux don­na nais­sance au célèbre hôpi­tal du Saint-​Esprit et l’au­tre du Saint-​Sauveur. Mais il serait trop long de retra­cer ici la mer­veilleuse his­toire de la cha­ri­té hos­pi­ta­lière de Rome au moyen âge et au cours des siècles sui­vants. Toutefois deux grands noms doivent être rap­pe­lés, ceux de vos saints Patrons Jean de Dieu[5] et Camille de Lellis [6] qui fon­dèrent, l’un l’Ordre hos­pi­ta­lier deve­nu si popu­laire sous le nom de Fate Bene Fratelli, l’autre, celui des Clercs Réguliers Serviteurs des Malades. Le 23 juin 1886 ils furent pro­cla­més par le Souverain Pontife Léon XIII Patrons célestes des hôpi­taux et des malades, et le 28 août 1930, Notre véné­ré pré­dé­ces­seur Pie XI les éta­blit Patrons de tous les infir­miers des deux sexes et de leurs asso­ciations catho­liques [7].

Mais une men­tion par­ti­cu­lière est due à saint Vincent de Paul[8] qui, avec une idée qui parut auda­cieuse alors, sut unir la dis­po­si­tion spé­ciale de la femme aux soins des malades avec la vie reli­gieuse : les Filles de la Charité inau­gu­rèrent ain­si la magni­fique flo­rai­son des Congrégations de Sœurs Infirmières, aujourd’­hui répan­dues dans le monde entier et jus­qu’aux postes mis­sion­naires les plus éloignés.

Les laïcs sont eux aussi appelés à venir au secours des souffrants ;

Toutefois le soin des malades n’est pas une pré­ro­ga­tive des reli­gieux et reli­gieuses seule­ment, il réclame éga­le­ment dans le Laïcat des foules de ser­vi­teurs com­pé­tents et géné­reux, et comme il est né de l’es­prit chré­tien, il doit être de même ali­menté et entre­te­nu par celui-ci.

Pie XII énumère les qualités requises du personnel infirmier :

L’importance de la fonc­tion est la mesure de la responsa­bilité de celui qui l’exerce. Or, l’in­fir­mier doit répondre non point d’une chose maté­rielle, mais d’un homme vivant, plus ou moins gra­ve­ment atteint dans sa vie même, et qui, par consé­quent, dépend, – sou­vent tota­le­ment – de la science, de l’habi­leté, de la déli­ca­tesse et de la patience d’au­trui, c’est-​à-​dire du méde­cin et de l’in­fir­mier, et même, à un cer­tain point de vue, encore plus de l’in­fir­mier que du méde­cin, comme le fai­sait re­marquer un chi­rur­gien connu : « C’est à eux (les infir­miers) que sont confiés les malades la plus grande par­tie du jour et de la nuit ; ce sont eux qui prennent en consigne les opé­rés et qui par leur œuvre modeste et effi­cace rendent pos­sibles les suc­cès du méde­cin et du chi­rur­gien » [9].

Il faut être compétent :

Votre pro­fes­sion sup­pose donc des qua­li­tés peu ordi­naires : une solide for­ma­tion spé­ci­fique, c’est-​à-​dire des connais­sances tech­niques sérieu­se­ment acquises et constam­ment tenues à jour, une sou­plesse d’in­tel­li­gence capable d’ac­qué­rir sans cesse de nou­velles méthodes, d’u­ti­li­ser de nou­veaux ins­tru­ments et remèdes.

Il faut être maître de soi et de ses mouvements :

Donc un tem­pé­ra­ment calme, ordon­né, atten­tif, conscien­cieux. L’infirmier doit être maître de lui-​même ; à un geste brus­que cor­res­pond une nou­velle dou­leur pour le malade ; le méde­cin ne pour­rait plus être tran­quille ; le malade aurait peur de lui. Il doit conser­ver son calme devant les plaintes ou les de­mandes dérai­son­nables du malade, devant les crises impré­vues. Il doit pré­voir et pré­pa­rer à temps tout le néces­saire par­fois si com­pli­qué, pour les soins du malade ; il ne doit rien oublier, il doit obser­ver toutes les pré­cau­tions de l’hy­giène et de la pru­dence. Il doit être fidèle à l’ho­raire pres­crit, exact dans les do­ses à admi­nis­trer ; obser­va­teur vigi­lant pour signa­ler au mé­decin les réac­tions du malade et les symp­tômes que son expé­rience lui per­met de rele­ver ; atten­tif aux ordres reçus et prompt à les exécuter.

L’infirmier doit être rempli de tact :

L’infirmier doit pos­sé­der d’autre part des qua­li­tés morales non moins consi­dé­rables : un tact dis­cret et modeste, sen­sible et fin, qui sache devi­ner les souf­frances et les dési­rs du malade, ce que l’on doit et ce que l’on ne doit pas dire. Il doit être plein de tact envers le méde­cin, dont il doit res­pec­ter et sou­te­nir l’au­torité ; envers les col­lègues, infir­miers et infir­mières, particu­lièrement envers les plus jeunes, qu’il ne doit jamais mettre dans l’embarras ou dans la confu­sion, mais qu’il doit au con­traire être tou­jours prêt à aider.

L’infirmier doit être dévoué :

Votre pro­fes­sion réclame un dévoue­ment com­plet au malade, aus­si bien pauvre que riche, aus­si bien désa­gréable que sym­pa­thique. L’infirmier n’est pas un employé de bureau, qui peut s’en aller sans inquié­tude à l’heure fixée. Il y a des cas urgents, des jour­nées sur­char­gées de tra­vail, durant les­quelles l’interrup­tion ou le repos ne sont pas possibles.

Il doit être patient :

La patience fait éga­le­ment par­tie de ce dévoue­ment total, car cer­tains sont capables d’un grand effort extra­or­di­naire de temps en temps, mais se lassent et s’ir­ritent devant les petits ennuis qui se répètent quotidiennement.

Il faut observer le secret professionnel :

Enfin les ver­tus morales de l’in­fir­mier qui doit stricte­ment obser­ver le secret pro­fes­sion­nel sont cou­ron­nées par la dis­cré­tion. Jamais il ne peut révé­ler les choses qui ont été dites par le malade en confi­dence ou dans le délire, ni rien qui puisse nuire à sa répu­ta­tion ou à celle de sa famille.

Respect des malades :

Mais il y a encore des ver­tus plus éle­vées, aux­quelles la foi chré­tienne confère un éclat par­ti­cu­lier : Nous vou­lons par­ler du res­pect envers le malade, de la véra­ci­té et de la fer­me­té morale. Respect envers celui qui par­fois en arrive à perdre beau­coup de ce qui rend l’homme res­pec­table, le cou­rage, la séré­ni­té, la lu­cidité. Respect éga­le­ment envers son corps, temple du Saint-​Esprit, rache­té par le pré­cieux sang du Christ, et des­ti­né à la résur­rec­tion et à la vie éter­nelle [10].

Véracité :

Véracité à l’é­gard des méde­cins, des malades et de leurs familles qui doivent pou­voir se fier à la parole de l’in­fir­mier. Il en va par­fois non seule­ment du salut du corps, mais égale­ment de l’âme ; retar­der par des réti­cences la pré­pa­ra­tion du malade au grand pas­sage à l’é­ter­ni­té pour­rait être faci­le­ment une faute grave.

Fermeté :

Enfin fer­me­té morale, spé­cia­le­ment quand il s’a­git de la loi divine. Ce que Nous avons décla­ré en d’autres occa­sions sur les pro­blèmes qui concernent la méde­cine, par exemple, dans Notre allo­cu­tion du 12 novembre 1944 à l’Union Italienne Médico-​Biologique « Saint-​Luc » et dans celle du 29 octobre 1951 à l’Union des Sages-​Femmes catho­liques d’Italie, entend s’appli­quer éga­le­ment à l’ac­ti­vi­té de l’in­fir­mier[11].

Toutes ces qualités doivent être vivifiées par l’esprit surnaturel :

Tel est, chers fils et filles, le tableau de ce qu’exige votre pro­fes­sion. Peut-​être dira-​t-​on que rares sont ceux qui réa­lisent cet idéal. Est-​ce donc vrai ? A votre hon­neur, Nous croyons en revanche pou­voir dire qu’un bon nombre de vous le réa­lisent en eux entièrement.

Il est tou­te­fois cer­tain que vous ne seriez pas en mesure de demeu­rer à la hau­teur de votre tâche et de vos devoirs, si vous ne pou­viez dis­po­ser de forces morales résul­tant d’une foi vive et pro­fonde et ali­men­tées par elle. Si vous conce­vez et pra­ti­quez votre tra­vail uni­que­ment comme un emploi, hono­rable certes, mais pure­ment humain, sans pui­ser aux sources sur­tout eucha­ristiques la force chré­tienne, vous ne réus­si­rez pas, à la longue, à demeu­rer fidèles à vos devoirs. Vous avez en effet, dans vo­tre vie, tant de sacri­fices à accom­plir, tant de dan­gers à surmon­ter, qu’il vous serait impos­sible, sans l’aide sur­na­tu­relle, de triom­pher constam­ment de la fai­blesse humaine. Vous devez culti­ver en vous l’es­prit d’ab­né­ga­tion, la pure­té du cœur, la dé­licatesse de la conscience, afin que votre ser­vice soit vrai­ment l’acte de cha­ri­té sur­na­tu­relle que réclame la foi chré­tienne. Nous l’a­vons rap­pe­lé au début : vous devez ser­vir chez les malades Jésus-​Christ même ; c’est Lui qui vous demande de Le soi­gner, comme II deman­da un jour à boire à la Samaritaine, et Nous vous disons en son nom ce qu’Il ajou­ta pour l’en­cou­ra­ger à vain­cre sa sur­prise : « Si tu connais­sais le don de Dieu et qui est celui qui te demande à boire, tu l’en aurais prié toi-​même et il t’au­rait don­né une eau vive [12]. »

Vous savez bien que sont très nom­breux aujourd’­hui ceux qui se font soi­gner dans les hôpi­taux, dans les cli­niques, dans les sana­to­ria ; de la sorte, un rayon tou­jours plus vaste s’offre à votre bien­fai­sante acti­vi­té. On peut dire qu’elle pénètre pour ain­si dire dans toutes les familles. Aussi désirons-​Nous vive­ment que vous pre­niez une conscience de plus en plus nette de vos res­pon­sa­bi­li­tés et une volon­té de plus en plus ardente d’y ré­pondre entiè­re­ment. Nous vous recom­man­dons donc vive­ment, vous-​mêmes ain­si que votre tra­vail, à la pro­tec­tion et à l’a­mour mater­nel de la Sainte Vierge, et en même temps Nous vous don­nons de tout cœur la Bénédiction apostolique.

Source : Documents Pontificaux de S. S. Pie XII, année 1955, Édition Saint-​Augustin Saint-​Maurice. – D’après le texte ita­lien des A. A. S., XXXXIV, 1952, p. 531.

Notes de bas de page

  1. Cf. Matth., XXV, 36–40.[]
  2. Hist. eccl. 1, c. 22 – Migne P. G., t. 20, col. 685–692.[]
  3. S. Greg. Naz. In lau­dem Basilii M., N° 63 – Migne P. G., t. 36, col. 577–580.[]
  4. Epist. 77 ad Oceanum, de morte Fabiolae, 399 – Migne P. L., t. 22, col. 694.[]
  5. S. Jean de Dieu, né à Monterno il Novo, au Portugal, en 1495, et mort à Grenade en 1550. Il se voua au ser­vice des mal­heu­reux, fon­da des hôpi­taux et créa les Frères de S. Jean de Dieu voués au sou­la­ge­ment des malades. Cet Ordre compte 2.000 reli­gieux.[]
  6. S. Camille de Lellis, né à Buechianico (Abruzzes) en 1550, se consa­cra aux soins des malades et fon­da les « Clercs régu­liers, ministres des infirmes » ou Camilliens. Il mou­rut à Rome en 1614. Actuellement, il y a un mil­lier de Camilliens.[]
  7. A. A. S., XXIII, 1931, p. 8.[]
  8. S. Vincent de Paul, né à Pouy, près de Dax, en 1576, mort à Paris en 1660, géant de la cha­ri­té, fon­da les « Prêtres de la Mission » (Lazaristes) et les Soeurs de la Charité qui consti­tue l’Ordre reli­gieux numé­ri­que­ment le plus déve­lop­pé. Il y a 40.000 Sœurs répar­ties dans 3.500 éta­blis­se­ments.[]
  9. E. Giupponi, Il Chirurgo allo spec­chio, 3e éd., 1938, p. 251.[]
  10. Cf. Cor., VI, 19–20.[]
  11. Cf. Documents Pontificaux 1951, p. 470.[]
  12. Jean, IV, 7–10.[]