Pie XII

260ᵉ pape ; de 1939 à 1958

9 septembre 1958

Discours au premier congrès international de neuropsychopharmacologie

Table des matières

Du 8 au 13 sep­tembre, le « Collegium inter­na­tio­nale neu­ro­psy­cho­phar­ma­co­lo­gi­cum » a tenu à Rome sa pre­mière ses­sion géné­rale. Les quelque cinq cents congres­sistes furent reçus en audience par le Saint- Père qui pro­non­ça en fran­çais l’al­lo­cu­tion suivante :

Vous n’a­vez pas voulu,MMessieurs, que le « Collegium Inter­nationale Neuro-​Psycho-​Pharmacologicum », fon­dé l’an der­nier à Zurich, inau­gu­rât ses assises géné­rales ailleurs qu’à Rome, où des savants de toutes les spé­cia­li­tés, atti­rés par le pres­tige in­comparable de la Ville éter­nelle, aiment à tenir leurs congrès. Cette pre­mière réunion inter­na­tio­nale de neuropsychopharma­cologie est des­ti­née, sui­vant les buts que se pro­pose votre « Collegium », à pro­mou­voir les recherches et les échanges d’in­formations, ain­si que la col­la­bo­ra­tion entre les sciences psycho­pharmacologiques cli­niques et expé­ri­men­tales. Elle accorde aus­si, Nous le sou­li­gnons avec plai­sir, une atten­tion par­ti­cu­lière aux pro­blèmes médico-​sociaux, qu’en­traîne l’u­ti­li­sa­tion de la médi­cation psy­cho­trope en thé­ra­peu­tique psy­chia­trique. Soyez donc les bien­ve­nus ici et puissiez-​vous, pen­dant ces jour­nées où s’é­chan­ge­ront et se dis­cu­te­ront ami­ca­le­ment les expé­riences en­treprises et les résul­tats obte­nus, connaître la joie de voir pro­gresser les tra­vaux qui vous tiennent à cœur, et trou­ver là un puis­sant encou­ra­ge­ment à les poursuivre.

I. Progrès récents de la psychopharmacologie

Depuis long­temps, l’hu­ma­ni­té s’in­té­resse aux pro­duits capa­bles d’a­gir sur le sys­tème ner­veux et d’exer­cer ain­si une influen­ce sur les fonc­tions psy­chiques. L’alcool et les opia­cés, par exemple, sont uni­ver­sel­le­ment connus pour l’eu­pho­rie pas­sa­gère et la détente qu’ils pro­curent, en éloi­gnant l’in­di­vi­du de la réa­li­té quo­ti­dienne dou­lou­reuse ou trop exi­geante. La décou­verte des bar­bi­tu­riques est venue ajou­ter assez récem­ment une arme nou­velle à l’ar­se­nal médi­cal des pro­duits capables d’exer­cer une action dépri­mante sur le sys­tème ner­veux cen­tral, et la chi­rur­gie, en par­ti­cu­lier, ne manque pas d’en tirer lar­ge­ment par­ti. Mais depuis quelques années, on a vu s’in­tro­duire dans les labo­ra­toires et dans les cli­niques psy­chia­triques des agents d’un type tout nou­veau, qui ont acquis rapi­de­ment une large noto­rié­té et sus­citent main­te­nant un inté­rêt consi­dé­rable, à en juger par le nombre de publi­ca­tions, de sym­po­sia et de congrès qu’on leur consacre en Europe et en Amérique.

On peut les carac­té­ri­ser par leur apti­tude à influen­cer le com­portement de l’in­di­vi­du, à le tran­quilli­ser sans pro­vo­quer en lui la ten­dance au som­meil. La psy­cho­phar­ma­co­lo­gie, qui étu­die ces nou­velles drogues, les dis­tingue en « psy­cho­mi­mé­tiques », utili­sées dans un but expé­ri­men­tal, afin de pro­vo­quer des troubles du com­por­te­ment imi­tant ceux des malades men­taux, et en « tran­quilli­sants », qui exercent un effet séda­tif. Ceux-​ci intéres­sent non seule­ment le labo­ra­toire, mais les cli­ni­ciens, aux­quels ils apportent un concours pré­cieux pour le trai­te­ment des psy­choses graves, et sur­tout des états d’excitation.

De nouveaux médicaments : la chloropromazine…

Le pre­mier d’entre eux, la chlo­ro­pro­ma­zine, fut employé d’a­bord en thé­ra­peu­tique psy­chia­trique pour ren­for­cer l’ac­tion des bar­bi­tu­riques dans les cures de som­meil, et per­mettre d’en réduire à la fois les doses et les dan­gers. Mais lors­qu’on mit à l’es­sai ses pro­prié­tés psy­cho­tropes, elle se révé­la d’une effi­ca­ci­té insoup­çon­née pour pro­vo­quer rapi­de­ment une dépres­sion pro­fonde du sys­tème ner­veux cen­tral. Son appli­ca­tion rem­por­ta des suc­cès notables allant jus­qu’à la gué­ri­son en 80 pour cent des cas dans les psy­choses aiguës accom­pa­gnées d’ex­ci­ta­tion psy­cho­mo­trice et, à un degré moindre, dans les psy­choses confu­sion­nelles aiguës.

Les résul­tats les plus éton­nants, lors­qu’on l’emploie seule, ont été obte­nus dans les psy­choses consi­dé­rées comme les plus re­belles au trai­te­ment, les schi­zo­phré­nies para­noïdes, les crises schi­zo­phré­niques confu­sion­nelles et déli­rantes, et les délires hal­lucinatoires chro­niques. Les résul­tats sont moins nets dans les psy­choses dépres­sives endo­gènes, et res­tent modestes dans les psycho-​névroses, sauf quand les phé­no­mènes anxieux sont par­ticulièrement mar­qués. Elle a trou­vé éga­le­ment un champ d’ac­tion éten­du dans les mala­dies neu­ro­lo­giques, ain­si que dans la thé­ra­peu­tique de la dou­leur, pour ren­for­cer l’ac­tion des analgé­siques et des hyp­no­tiques, ou réduire la com­po­sante émo­tive des dou­leurs phy­siques. Elle mani­feste aus­si des pro­prié­tés anti­émé­tiques efficaces.

… la réserpine…

Si la chlo­ro­pro­ma­zine est le fruit de recherches de labora­toire por­tant sur des struc­tures chi­miques, dont l’ac­tion n’é­tait d’ailleurs point psy­cho­trope, mais anti-​histaminique, la « Rauwolfia ser­pen­ti­na », dont on extra­yait en 1952 le prin­cipe actif, la réser­pine, était connue depuis les temps anciens en Extrême- Orient, où l’on uti­li­sait sa racine pour le trai­te­ment de cer­taines psy­cho­pa­thies. C’est en 1582 que le méde­cin et natura­liste Léonard Rauwolf, ren­trant d’un voyage en Inde, rap­por­ta des spé­ci­mens de cette plante. Mais ce n’est qu’à l’é­poque con­temporaine, à par­tir de 1931, que ses pro­prié­tés furent l’ob­jet, de la part des savants indiens, d’une étude sys­té­ma­tique. Il fal­lut attendre jus­qu’à ces der­nières années avant de voir la réser­pine entrer dans la pra­tique psy­chia­trique cou­rante. Large­ment uti­li­sée pour com­battre l’hy­per­ten­sion à cause de sa sécu­rité rela­tive et de son action pro­lon­gée, elle rend des ser­vices remar­quables dans le trai­te­ment des malades men­taux, et sur­tout des schi­zo­phrènes, dont les désordres du com­por­te­ment ont entraî­né l’hos­pi­ta­li­sa­tion. Son action thé­ra­peu­tique se mani­feste avec plus de force sur les crises aiguës, les phases de confu­sion men­tale, les bouillon­ne­ments émo­tifs sou­dains, toutes les fois qu’il faut remé­dier à de fortes ten­sions émo­tives, à l’an­xié­té, aux exci­ta­tions psy­cho­mo­trices. On a consta­té que l’ef­fet bien­fai­sant se mani­feste immé­dia­te­ment dans la majeure par­tie des cas, et pro­voque une séda­tion pro­fonde très par­ti­cu­lière ; les phénomè­nes mala­difs perdent bien­tôt leur impor­tance dans la vie émo­tive du sujet, les hal­lu­ci­na­tions dis­pa­raissent, les dif­fi­cul­tés dimi­nuent. Lorsque la psy­chose s’est ins­tal­lée depuis un cer­tain temps chez un sujet, dont elle a défor­mé la per­son­na­li­té d’une manière per­ma­nente, la thé­ra­peu­tique ordi­naire n’ob­tient pas de résul­tats défi­ni­tifs, mais, en pro­lon­geant l’u­sage du médica­ment à doses réduites, on obtient cepen­dant dans la majeure par­tie des cas une amé­lio­ra­tion sensible.

… le méprobamate.

A côté de ces deux médi­ca­ments prin­ci­paux, signa­lons encore le mépro­ba­mate, uti­li­sé ori­gi­nai­re­ment pour remé­dier aux spas­mes et ten­sion mus­cu­laires, et qui sert sur­tout en psy­chia­trie pour cal­mer l’an­xié­té sous toutes ses formes ambulatoires.

L’utilité de ces médi­ca­ments, et de beau­coup d’autres de même type qui leur font cor­tège et qui sont dus à l’in­gé­nio­si­té et au labeur inces­sant des cher­cheurs, s’est mani­fes­tée d’une manière spec­ta­cu­laire dans les cli­niques et les hôpi­taux psychia­triques où l’on n’en­voie d’ha­bi­tude que les patients qui présen­tent pour leur entou­rage de sérieux incon­vé­nients, et par­fois un véri­table dan­ger. Or ceux qui souffrent d’hy­per­ac­ti­vi­té ou d’ex­ci­ta­tion affec­tive, voient par ces drogues leur mobi­li­té exa­gérée réduite à une mesure nor­male ; ils cessent d’être une menace pour eux-​mêmes et pour les autres, sur­tout pour le per­son­nel hos­pi­ta­lier, auquel ils impo­saient une sur­veillance épui­sante. L’emploi des moyens de contrainte, de l’élec­tro­choc et des bar­bi­tu­riques devient moins néces­saire. C’est l’at­mo­sphère de l’ins­ti­tu­tion tout entière qui vient à se trans­for­mer complète­ment, pro­cu­rant ain­si aux malades un cadre infi­ni­ment plus pro­pice et leur per­met­tant l’exer­cice d’ac­ti­vi­tés thé­ra­peu­tiques bien­fai­santes et l’é­ta­blis­se­ment de rela­tions plus faciles avec leur entourage.

S’ils ont réno­vé les méthodes de trai­te­ment des psy­choses, les nou­veaux cal­mants ne sont pas dépour­vus d’ef­fet dans le trai­te­ment des névroses, sur­tout chez les sujets qui, pour échap­per à leur anxié­té, s’é­vadent dans l’ac­tion. Même dans la vie nor­male, les cas ne sont pas rares où une ten­sion exces­sive, pro­vo­quée par des dif­fi­cul­tés pro­fes­sion­nelles ou fami­liales, ou par la crainte de dan­gers immi­nents, trouve dans les médica­ments psy­cho­tropes un adju­vant pré­cieux, qui per­met de faire face à la situa­tion plus fer­me­ment et plus serei­ne­ment. Les effets secon­daires de ces cal­mants sont en géné­ral sans gra­vi­té et peuvent être com­bat­tus par d’autres médi­ca­ments. Vous si­gnalez cepen­dant le dan­ger que pré­sente pour le public un re­cours sans contrôle à ces drogues, dans le seul but d’é­vi­ter sys­té­ma­ti­que­ment les dif­fi­cul­tés affec­tives, les craintes et les ten­sions qui sont insé­pa­rables d’une vie active et consa­crée aux tâches humaines courantes.

L’avenir des médicaments psychotropes.

Il est dif­fi­cile à l’heure actuelle de pré­voir quel sera l’a­ve­nir des médi­ca­ments psy­cho­tropes. Les pre­miers résul­tats enregis­trés semblent indi­quer qu’un pas sérieux a été fait dans le trai­te­ment des mala­dies men­tales, de la schi­zo­phré­nie en parti­culier, dont le pro­nos­tic était consi­dé­ré comme très sombre. Mais des voix auto­ri­sées se font entendre, qui invitent à la cir­cons­pec­tion et mettent en garde contre les enthou­siasmes irré­fléchis. Plusieurs ques­tions en effet, et des ques­tions fondamen­tales, attendent encore une solu­tion pré­cise, en par­ti­cu­lier cel­les qui concernent le mode d’ac­tion des drogues psy­cho­tropes sur le sys­tème ner­veux cen­tral. En par­cou­rant les nom­breux tra­vaux qui ont déjà abor­dé divers aspects de ce pro­blème, on ne peut qu’ad­mi­rer l’in­las­sable per­sé­vé­rance des cher­cheurs, pour arra­cher les secrets du fonc­tion­ne­ment de ces déli­cats mécanis­mes bio­chi­miques, pour pré­ci­ser le point d’ap­pli­ca­tion élec­tif de cha­cune des drogues, leurs affi­ni­tés et leurs anta­go­nismes. Dans ce domaine infi­ni­ment com­plexe, vous êtes bien déci­dés à faire la lumière peu à peu, afin de poser des bases pharma­cologiques sûres aux appli­ca­tions pra­tiques, dont la thérapeu­tique reti­re­ra tous les avantages.

Les relations entre psychiatrie et neuropsychopharmacologie.

Plus dif­fi­cile encore est la ques­tion des rela­tions de la psy­chiatrie et de la neu­ro­psy­cho­phar­ma­co­lo­gie. La médi­ca­tion psy­cho­thé­ra­peu­tique agit-​elle réel­le­ment sur la cause de la mala­die, ou se contente-​t-​elle de modi­fier, de manière plus ou moins tran­si­toire, cer­tains symp­tômes, lais­sant intacts les causes pro­fondes qui sont à l’o­ri­gine du mal ? Dans quelle mesure cer­taines alté­ra­tions du sys­tème ner­veux cen­tral sont-​elles l’o­ri­gine ou la consé­quence des désordres émo­tifs qu’elles accom­pagnent ? Certains auteurs notent que l’ex­pé­ri­men­ta­tion, si lar­ge­ment pous­sée pen­dant ces der­nières années, a mis en évi­dence des causes phy­siques igno­rées aupa­ra­vant. Les psy­chiatres de leur côté sou­lignent la nature psy­cho­gé­nique des mala­dies men­tales. Ils se réjouissent que l’u­sage des médi­ca­ments tran­quilli­sants faci­lite le dia­logue entre le malade et son méde­cin, mais rap­pellent que l’a­mé­lio­ra­tion du com­por­te­ment social obte­nue grâce à eux ne signi­fie nul­le­ment que les dif­fi­cul­tés pro­fondes soient réso­lues. C’est toute la per­son­na­li­té qu’il faut redres­ser, à la­quelle il faut rendre l’é­qui­libre ins­tinc­tif indis­pen­sable à l’exer­cice nor­mal de sa liber­té. Il y aurait plu­tôt dan­ger de cacher au patient ses pro­blèmes per­son­nels, en lui pro­cu­rant un soula­gement tout exté­rieur et une adap­ta­tion super­fi­cielle à la réa­li­té sociale.

II. Les exigences de l’ordre moral

Après avoir expo­sé briè­ve­ment les suc­cès enre­gis­trés récem­ment par la neu­ro­psy­cho­phar­ma­co­lo­gie, Nous abor­dons dans cette seconde par­tie l’exa­men des prin­cipes moraux qui s’appli­quent spé­cia­le­ment aux situa­tions que vous ren­con­trez. Tandis que vous consi­dé­rez l’homme comme objet de science, et que vous ten­tez d’a­gir sur lui par tous les moyens dont vous dispo­sez, afin de modi­fier son com­por­te­ment et de gué­rir ses mala­dies phy­siques ou men­tales, Nous le regar­dons ici comme une per­sonne, un sujet res­pon­sable de ses actes, enga­gé dans une des­ti­née qu’il doit accom­plir, en res­tant fidèle à sa conscience et à Dieu. Nous aurons donc à exa­mi­ner les normes qui déter­minent la res­pon­sa­bi­li­té du spé­cia­liste de la neuropsychophar­macologie et de qui­conque uti­lise ses inventions.

Le méde­cin conscien­cieux éprouve d’ins­tinct le besoin de s’ap­puyer sur une déon­to­lo­gie médi­cale et de ne pas se conten­ter de règles empi­riques. Dans Notre allo­cu­tion du 10 avril 1958 au 13e Congrès de l’Association inter­na­tio­nale de psy­cho­lo­gie appli­quée, Nous signa­lions qu’en Amérique on avait publié un Code de déon­to­lo­gie médi­cale : « Ethical Standards for Psychologists », qui se base sur les réponses de 7500 membres de l’American Psychological Association.[1] Ce Code mani­feste la convic­tion des méde­cins qu’il existe pour les psy­cho­logues, les cher­cheurs et les pra­ti­ciens un ensemble de normes qui donnent non seule­ment des orien­ta­tions, mais des indi­ca­tions im­pératives. Nous sommes per­sua­dé que vous par­ta­gez ce point de vue et que vous admet­tez l’exis­tence de normes qui répon­dent à un ordre moral objec­tif ; d’ailleurs, l’ob­ser­va­tion de cet ordre moral ne consti­tue nul­le­ment un frein ou un obs­tacle à l’exer­cice de votre pro­fes­sion, Nous aurons l’oc­ca­sion d’y re­venir plus loin.

La dignité de la nature humaine.

Il pour­rait sem­bler super­flu, après ce que Nous avons dit dans la pre­mière par­tie, de vous par­ler encore de la digni­té de la nature humaine. C’est que Nous envi­sa­geons ici non point l’in­té­rêt sin­cère, dévoué, géné­reux que vous por­tez aux malades, mais quelque chose de plus pro­fond encore. Il s’a­git de l’atti­tude de votre « moi » pro­fond à l’é­gard de la per­sonne des autres hommes. Qu’est-​ce qui fonde la digni­té de l’homme dans sa valeur exis­ten­tielle ? Quelle posi­tion adop­ter envers elle ? Doit-​on la res­pec­ter ? n’en point tenir compte ? la mépri­ser ? Quiconque dans l’exer­cice de sa pro­fes­sion entre en con­tact avec la per­son­na­li­té d’au­trui en vien­dra néces­sai­re­ment à adop­ter l’une de ces trois attitudes.

Or l’ordre moral exige qu’on ait envers autrui de l’es­time, de la consi­dé­ra­tion, du res­pect. La per­sonne humaine est en effet la plus noble de toutes les créa­tures visibles ; faite à l”« image et à la res­sem­blance du Créateur », elle va vers lui pour le connaître et l’ai­mer. En outre, par la Rédemption, elle est insé­rée dans le Christ comme membre de son Corps mys­tique. Tous ces titres fondent la digni­té de l’homme, quels que soient son âge et sa condi­tion, sa pro­fes­sion ou sa culture. Même s’il est tel­le­ment malade dans son psy­chisme, qu’il pa­raisse asser­vi à l’ins­tinct ou même tom­bé en des­sous de la vie ani­male, il reste cepen­dant une per­sonne créée par Dieu et des­ti­née à entrer un jour en sa pos­ses­sion immé­diate, infini­ment supé­rieur par consé­quent à l’a­ni­mal le plus proche de l’homme.

Les droits inviolables de la personne.

Ce fait com­man­de­ra l’at­ti­tude que vous pren­drez à son égard. Et d’a­bord vous consi­dé­re­rez que l’homme a reçu immé­diatement de son Créateur des droits, que les auto­ri­tés publiques elles-​mêmes ont l’o­bli­ga­tion de res­pec­ter. Maintes fois déjà Nous avons eu l’oc­ca­sion de le rap­pe­ler, en par­ti­cu­lier dans Notre allo­cu­tion du 14 sep­tembre 1952 au pre­mier Congrès inter­na­tio­nal d’his­to­pa­tho­lo­gie du sys­tème ner­veux[2]. Nous avons expo­sé et dis­cu­té alors les trois motifs sur les­quels on s’ap­puie pour jus­ti­fier les méthodes de recherche et de trai­te­ment de la méde­cine moderne : l’in­té­rêt de la science, celui de l’in­di­vi­du et celui de la com­mu­nau­té. Nous avons rap­pe­lé que si, en géné­ral, les efforts actuels de la recherche scien­ti­fique en ce do­maine méritent appro­ba­tion, il faut encore exa­mi­ner, en chaque cas par­ti­cu­lier, si les actes que l’on pose ne violent pas des normes morales supé­rieures. L’intérêt de la science, celui de l’in­dividu et celui de la com­mu­nau­té ne sont pas en effet des valeurs abso­lues et ne garan­tissent pas néces­sai­re­ment le res­pect de tous les droits. Nous avons repris ces mêmes points de­vant les membres du Congrès de psy­cho­lo­gie appli­quée, le 10 avril 1958 : là aus­si, il s’a­gis­sait de savoir si cer­taines métho­des de recherche et de trai­te­ment étaient com­pa­tibles avec les droits de la per­sonne qui en est l’ob­jet. Nous avons répon­du qu’il fal­lait voir si le pro­cé­dé en ques­tion res­pec­tait les droits de l’in­té­res­sé, et si celui-​ci pou­vait y accor­der son consen­te­ment. En cas de réponse affir­ma­tive, il faut se deman­der si le con­sentement a été don­né réel­le­ment et confor­mé­ment au droit natu­rel, s’il n’y a pas eu erreur, igno­rance ou dol, si la per­sonne avait com­pé­tence pour le don­ner, et fina­le­ment s’il ne viole pas les droits d’un tiers. Nous avons net­te­ment sou­li­gné que ce consen­te­ment ne garan­tit pas tou­jours la licéi­té morale d’une inter­ven­tion, mal­gré la règle de droit : « volen­ti non fit iniu­ria » [3]. Nous ne pou­vons que vous répé­ter la même chose, en sou­li­gnant encore que l’ef­fi­ca­ci­té médi­cale d’un pro­cé­dé ne signi­fie pas néces­sai­re­ment qu’il soit per­mis par la morale.

Les limites du droit de l’homme à disposer de lui-même.

Pour tran­cher les ques­tions de fait, dans les­quelles le théolo­gien n’a point de com­pé­tence directe, puis­qu’elles dépendent des cas par­ti­cu­liers et de cir­cons­tances qu’il vous appar­tient d’ap­précier, vous pou­vez vous rap­pe­ler que l’homme a le droit de se ser­vir de son corps et de ses facul­tés supé­rieures, mais non d’en dis­po­ser en maître et sei­gneur, puis­qu’il les a reçus de Dieu son Créateur, de qui il conti­nue de dépendre. Il peut se faire qu’en exer­çant son droit d’u­su­frui­tier, il mutile ou détruise une part de lui-​même, parce que c’est néces­saire pour le bien de tout l’or­ga­nisme. En cela, il n’empiète pas sur les droits divins, puis­qu’il n’a­git que pour sau­ve­gar­der un bien supé­rieur, pour conser­ver la vie, par exemple. Le bien du tout jus­ti­fie alors le sacri­fice de la partie.

Mais à la subor­di­na­tion des organes par­ti­cu­liers envers l’or­ganisme et sa fina­li­té propre, s’a­joute encore celle de l’organis­me à la fina­li­té spi­ri­tuelle de la per­sonne elle-​même. Des expé­riences médi­cales phy­siques ou psy­chiques peuvent, d’une part, entraî­ner cer­tains dom­mages pour des organes ou des fonc­tions mais, d’autre part, il se peut qu’elles soient par­fai­te­ment licites, parce qu’elles sont conformes au bien de la per­sonne et ne trans­gressent pas les limites posées par le Créateur au droit de l’homme à dis­po­ser de lui-​même. Ces prin­cipes s’ap­pliquent évi­dem­ment aux expé­riences de psy­cho­phar­ma­co­lo­gie. Ainsi Nous avons pu lire dans les docu­ments qui Nous ont été trans­mis, le compte ren­du d’une expé­rience de délire arti­fi­ciel, à la­quelle trente per­sonnes saines et vingt-​quatre malades men­taux ont été sou­mis. Ces cinquante-​quatre per­sonnes ont-​elles don­né leur assen­ti­ment à cette expé­rience, et cela d’une manière suffi­sante et valable au droit natu­rel ? Ici comme dans les autres cas, la ques­tion de fait doit être sou­mise à un exa­men sérieux.

C’est l’ob­ser­va­tion de l’ordre moral qui confère valeur et digni­té à l’ac­tion humaine, qui conserve à la per­sonne sa recti­tude pro­fonde et la main­tient à la place qui lui revient dans l’en­semble de la créa­tion, c’est-​à-​dire à l’é­gard des êtres maté­riels, des autres per­sonnes et de Dieu. Chacun a donc le devoir de recon­naître et de res­pec­ter cet ordre moral en lui-​même et envers autrui, afin de sau­ve­gar­der cette rec­ti­tude en soi et en autrui. Telle est l’o­bli­ga­tion que Nous consi­dé­rons main­te­nant dans le domaine de l’u­ti­li­sa­tion des médi­ca­ments psy­cho­tropes actuel­le­ment si répandus.

La doctrine chrétienne de la souffrance.

Dans Notre allo­cu­tion du 24 février 1957 à la Société ita­lienne d’anes­thé­sio­lo­gie[4], Nous avons écar­té déjà une objec­tion que l’on pour­rait avan­cer en se basant sur la doc­trine catholi­que de la souf­france. D’aucuns invoquent, en effet, l’exemple du Christ refu­sant le vin mêlé de myrrhe qu’on lui offrit, pour pré­tendre que l’u­sage de nar­co­tiques ou de cal­mants n’est point conforme à l’i­déal de la per­fec­tion et de l’hé­roïsme chré­tien. Nous avons répon­du alors, qu’en prin­cipe rien ne s’op­po­sait à l’emploi de remèdes des­ti­nés à cal­mer ou à sup­pri­mer la dou­leur, mais que renon­cer à leur usage pou­vait être et était fré­quemment un signe d’hé­roïsme chré­tien. Nous ajou­tions cepen­dant qu’il serait erro­né de pré­tendre que la dou­leur est une con­dition indis­pen­sable de cet héroïsme. En ce qui concerne les nar­co­tiques, on peut appli­quer les mêmes prin­cipes à leur action séda­tive de la dou­leur ; quant à l’ef­fet de sup­pres­sion de la conscience, il faut en exa­mi­ner les motifs et les consé­quences, inten­tion­nelles ou non. Si aucune obli­ga­tion reli­gieuse ou mora­le ne s’y oppose et s’il existe de sérieuses rai­sons pour les uti­liser, on peut même les don­ner aux mou­rants, s’ils y consen­tent. L’euthanasie, c’est-​à-​dire la volon­té de pro­vo­quer la mort, est évi­dem­ment condam­née par la morale. Mais si le mou­rant y consent, il est per­mis d’u­ti­li­ser avec modé­ra­tion des narcoti­ques, qui adou­ci­ront ses souf­frances, mais aus­si entraî­ne­ront une mort plus rapide ; dans ce cas en effet, la mort n’est pas vou­lue direc­te­ment, mais elle est inévi­table et des motifs pro­portionnés auto­risent des mesures qui hâte­ront sa venue.

Une éthique médicale naturelle.

Il n’y a point à redou­ter que le res­pect des lois de la cons­cience ou, si l’on veut, de la foi et de la morale, puisse entra­ver ou rendre impos­sible l’exer­cice de votre pro­fes­sion. Dans l’al­lo­cu­tion déjà citée du 10 avril 1958, Nous avons énu­mé­ré quelques normes qui faci­litent la solu­tion des ques­tions de fait en cer­tains cas inté­res­sant les psy­cho­logues, et sem­blables à ceux qui vous concernent (ain­si, par exemple, l’emploi du « lie-​detector », des drogues psy­cho­tropes aux fins de la narco-​analyse, de l’hyp­nose, etc.) ; Nous répar­tis­sions alors en trois grou­pes les actions intrin­sè­que­ment immo­rales, soit que leurs élé­ments consti­tu­tifs s’op­posent direc­te­ment à l’ordre moral, soit que la per­sonne qui agit n’ait point le droit de le faire, soit qu’elles pro­voquent des dan­gers injus­ti­fiés. Les psy­cho­logues sérieux, dont la conscience morale est bien for­mée, doivent pou­voir dis­cer­ner assez faci­le­ment si les mesures qu’ils se propo­sent de prendre rentrent dans l’une de ces catégories.

Vous savez aus­si que l’u­ti­li­sa­tion sans dis­cer­ne­ment des médi­ca­ments psy­cho­tropes ou soma­to­tropes peut conduire à des situa­tions regret­tables et mora­le­ment inad­mis­sibles. En plu­sieurs régions, nombre de ces médi­ca­ments sont à la disposi­tion du public sans aucun contrôle médi­cal, et d’ailleurs celui-​ci ne suf­fit pas, comme l’ex­pé­rience le prouve, pour empê­cher les excès. En outre, cer­tains Etats mani­festent une tolé­rance diffi­cilement com­pré­hen­sible à l’é­gard de cer­taines expé­riences de labo­ra­toire ou de cer­tains pro­cé­dés de cli­nique. Nous ne vou­lons pas en appe­ler ici à l’au­to­ri­té publique, mais aux méde­cins eux-​mêmes, et sur­tout à ceux qui jouissent d’une auto­ri­té par­ticulière dans leur pro­fes­sion. Nous sommes per­sua­dé, en effet, qu’il existe une éthique médi­cale natu­relle, fon­dée sur le juge­ment droit et sur le sen­ti­ment de res­pon­sa­bi­li­té des méde­cins eux-​mêmes, et Nous sou­hai­tons que son influence s’im­pose tou­jours davantage.

Estime du Pape pour le progrès de la science médicale.

Nous avons, Messieurs, pour vos tra­vaux, pour les buts que vous pour­sui­vez et pour les résul­tats déjà acquis une estime sin­cère. En exa­mi­nant les articles et les ouvrages publiés sur les sujets qui vous inté­ressent, il est aisé de voir que vous ren­dez de pré­cieux ser­vices à la science et à l’hu­ma­ni­té ; vous avez déjà pu, Nous l’a­vons rele­vé, secou­rir effi­ca­ce­ment bien des souf­frances, devant les­quelles la méde­cine s’a­vé­rait impuis­sante, il y a à peine trois ou quatre ans. Vous avez main­te­nant la pos­sibilité de rendre la san­té men­tale à des malades que l’on consi­dérait naguère comme per­dus, et Nous par­ta­geons sin­cè­re­ment la joie que cette assu­rance vous procure.

Dans l’é­tat actuel de la recherche scien­ti­fique, des pro­grès rapides ne peuvent être obte­nus que grâce à une large collabo­ration sur le plan inter­na­tio­nal : col­la­bo­ra­tion dont le pré­sent Congrès d’ailleurs Nous donne une preuve frap­pante. Il est sou­hai­table qu’elle s’é­tende non seule­ment à tous les spé­cia­listes de la psy­cho­phar­ma­co­lo­gie, mais aus­si aux psy­cho­logues, psy­chiatres et psy­cho­thé­ra­peutes, à tous ceux, en un mot, qui s’oc­cupent à quelque titre des mala­dies mentales.

Si vous adop­tez envers les valeurs morales que Nous avons évo­quées une atti­tude posi­tive fon­dée sur la réflexion et la convic­tion per­son­nelles, vous exer­ce­rez votre pro­fes­sion avec le sérieux, la fer­me­té, la sûre­té tran­quille, qu’ap­pelle la gra­vi­té de vos res­pon­sa­bi­li­tés. Vous serez alors pour vos malades, comme pour vos col­lègues, le guide, le conseiller, le sou­tien qui a su méri­ter leur confiance et leur estime.

Nous sou­hai­tons, Messieurs, que la pre­mière réunion du « Collegium Internationale Neuro-​Psycho-​Pharmacologicum » donne une impul­sion accrue aux efforts magni­fiques des cher­cheurs et des cli­ni­ciens, et les aide à rem­por­ter de nou­velles vic­toires contre ces redou­tables fléaux de l’hu­ma­ni­té que sont les troubles men­taux. Que le Seigneur accom­pagne vos tra­vaux de ses grâces ! Nous l’en sup­plions ardem­ment, et vous en ac­cordons, comme gage pour vous-​mêmes, pour vos familles et pour vos col­la­bo­ra­teurs, Notre Bénédiction apostolique.

Source : Document Pontificaux de S. S. Pie XII, Edition Saint-​Maurice Saint-​Augustin. – D’après le texte fran­çais des A. A. S., L, 1958, p. 687.

Notes de bas de page

  1. A. A. S., L, 1958, pp. 271–272 ; cf. ci-​dessus, p. 183.[]
  2. A. A. S., XXXXIV, 1952, pp. 779 et suiv. ; Documents Pontificaux 1952, pp. 454 et suiv.[]
  3. A. A. S., L, 1958, pp. 276–277 ; cf. ci-​dessus pp. 188–189.[]
  4. A. A. S. XXXXIX, 1957, p. 129 ; Documents Pontificaux 1957, pp. 43–47.[]