Grégoire XVI

Constitution In Supremo Apostolatus

3 décembre 1839

Pour détourner du commerce des Noirs

Grégoire XVI, Pape

Pour perpétuelle mémoire.

Placé au sommet de l’apostolat, et tenant sans aucun mérite la place de Jésus-Christ, Fils de Dieu, qui, fait homme par son extrême charité, a voulu même mourir pour la rédemp­tion du monde, nous avons cru qu’il appartenait à notre sollicitude pasto­rale de nous appliquer à détourner tout à fait les fidèles du commerce inhumain des Nègres ou de toute autre espèce d’hommes.

Lorsque la lumière de l’Évangile com­mença pour la première fois à se répandre, les malheureux qui étaient alors réduits en si grand nombre dans une très dure servitude, surtout à l’occasion des guerres, sentirent leur condition s’adoucir beaucoup chez les chrétiens ; car les apôtres, inspirés par l’Esprit saint, enseignaient à la vérité aux esclaves à obéir à leurs maîtres comme à Jésus-Christ, et à faire de bon cœur la volonté de Dieu; mais ils ordonnaient aux maîtres d’en bien agir avec leurs esclaves, de leur accor­der tout ce qui était juste et équita­ble, et de s’abstenir de menaces à leur égard, sachant que les uns et les autres ont un maître dans les cieux, et qu’il n’y a pas auprès de lui acception des personnes [1].

Comme la loi de l’Évangile recom­mandait partout avec grand soin une charité sincère pour tous et comme notre Seigneur Jésus-Christ avait dé­claré qu’il regarderait comme fait ou refusé à lui-même les œuvres de bonté et de miséricorde qui auraient été fai­tes ou refusées aux petits et aux pau­vres [2], il en résulta naturellement, non seulement que les chrétiens traitaient comme des frères leurs esclaves, ceux surtout qui étaient chrétiens [3], mais qu’ils étaient plus disposés à accorder la liberté à ceux qui le méritaient ; ce qui avait coutume de se faire princi­palement à l’occasion des solennités pascales, comme l’indique Grégoire de Nysse [4]. Il y en eut même qui, mus par une charité plus ardente, se mi­rent en esclavage pour racheter les autres, et un homme apostolique, notre prédécesseur, Clément 1er, de sainte mémoire, atteste qu’il en a connu plusieurs [5].

Dans la suite des temps, les ténèbres des superstitions païennes s’étant plus pleinement dissipées, et les mœurs des peuples grossiers s’étant adoucies par le bienfait de la foi qui opère par la charité, il arriva enfin que, depuis plusieurs siècles, il ne se trouvait plus d’esclaves dans la plupart des nations chrétiennes. Mais, nous le disons avec douleur, il y en eut depuis, parmi les fidèles même, qui, honteusement aveuglés par l’appât d’un gain sor­dide, ne craignirent pas de réduire en servitude, dans des contrées lointai­nes, les Indiens, les Nègres ou autres malheureux, ou bien de favoriser cet indigne attentât en établissant et en étendant le commerce de ceux qui avaient été faits captifs par d’autres. Plusieurs pontifes romains, nos pré­décesseurs de glorieuse mémoire, n’omirent point de blâmer fortement, suivant leur devoir, une conduite si dangereuse pour le salut spirituel de ces hommes et si injurieuse au nom chrétien, conduite de laquelle ils voyaient naître ce résultat, que les nations infidèles étaient de plus en plus confirmées dans la haine de notre religion véritable.

C’est pour cela que Paul III adressa, le 29 mai 1537, au cardinal archevê­que de Tolède, des lettres apostoli­ques sous l’anneau du Pêcheur, et qu’Urbain VIII en adressa ensuite de plus étendues, le 22 avril 1639, au col­lecteur des droits de la chambre apos­tolique en Portugal. Dans ces lettres, ceux-là surtout sont gravement répri­mandés, qui « présumeraient et ose­raient réduire en servitude les Indiens d’occident ou du midi, les vendre, les acheter, les échanger, les donner, les séparer de leurs épouses et de leurs enfants, les dépouiller de ce qu’ils avaient et de leurs biens, les transpor­ter en d’autres lieux, les priver de leur liberté en quelque manière que ce soit, les retenir en esclavage ; comme aussi conseiller, sous un prétexte quelcon­que, de secourir, de favoriser et d’assister ceux qui font ces choses, ou dire et enseigner que cela est permis, ou coopérer en quelque manière à ce qui est marqué ci-dessus [6]. » Benoît XIV confirma et renouvela depuis les prescriptions de ces pontifes par de nouvelles lettres apostoliques, adres­sées le 20 décembre 1741 aux évêques du Brésil et d’autres pays, et par les­quelles il excitait la sollicitude de ces prélats dans le même but [7].

Avant eux, un autre de nos prédéces­seurs, Pie II, dans un temps où la domination portugaise s’étendait dans la Guinée, pays des Nègres, adressa, le 7 octobre 1462, un bref à l’évêque de R., qui allait partir pour ce pays, bref dans lequel non seule­ment il donnait à évêque les pouvoirs nécessaires pour exercer son ministère avec plus de fruit, mais, par la même occasion, s’élevait avec force contre les chrétiens qui entraînaient les néo­phytes en servitude [8].

Et de nos jours même, Pie VII, con­duit par le même esprit de religion et de charité que ses prédécesseurs, prit soin d’interposer ses bons offices auprès de puissants personnages pour que la traite des Nègres cessât enfin tout à fait parmi les chrétiens. Ces prescriptions et ces soins de nos pré­décesseurs n’ont pas été peu utiles, avec l’aide de Dieu, pour défendre les Indiens et les autres ci-dessus désignés contre la cruauté des conquérants ou contre la cupidité des marchands chrétiens ; non cependant que le Saint-Siège ait pu se réjouir pleine­ment du résultat de ses efforts dans ce but, puisque la traite des Noirs, quoique diminuée en quelque partie, est cependant encore exercée par plu­sieurs chrétiens.

Aussi, voulant éloigner un si grand opprobre de tous les pays chrétiens, après avoir mûrement examiné la chose avec quelques uns de nos véné­rables frères les cardinaux de la sainte Église romaine appelés en conseil, marchant sur les traces de nos prédécesseurs, nous avertissons par l’auto­rité apostolique et nous conjurons instamment dans le Seigneur tous les fidèles, de quelque condition que ce soit, qu’aucun d’eux n’ose à l’avenir tourmenter injustement les Indiens, les Nègres ou autres semblables, ou les dépouiller de leurs biens, ou les réduire en servitude, ou assister ou favoriser ceux qui se permettent ces violences à leur égard, ou exercer ce commerce inhumain par lequel les Nègres, comme si ce n’étaient pas des hommes, mais de simples animaux, réduits en servitude de quelque ma­nière que ce soit, sont, sans aucune distinction et contre les droits de la justice et de l’humanité, achetés, vendus et voués quelquefois aux tra­vaux les plus durs, et de plus, par l’appât du gain offert par ce même commerce aux premiers qui enlèvent les Nègres, des querelles et des guer­res perpétuelles sont excitées dans leur pays.

De l’autorité apostolique, nous réprouvons tout cela comme indigne du nom chrétien, et par la même autorité, nous défendons sévèrement qu’aucun ecclésiastique ou laïque ose soutenir ce commerce des Nègres, sous quelque prétexte ou couleur que ce soit, ou prêcher ou enseigner en public et en particulier contre les avis que nous donnons dans ces lettres apostoliques.

Et afin que ces lettres parviennent plus facilement à la connaissance de tous et que personne ne puisse allé­guer qu’il les ignore, nous ordonnons qu’elles soient publiées, suivant l’usage, par un de nos courriers, aux portes de la basilique du prince des apôtres, de la chancellerie apostoli­que et de la Cour générale, sur le mont Citorio, et à la tête du Champ-de-Flore, et que les exemplaires y res­tent affichés.

Donné à Rome, près Sainte-Marie Majeure, sous l’anneau du Pêcheur, le 3 décembre 1839, neuvième année de notre pontificat.

Notes de bas de page

  1. Ad Ephesios, VI, 5, sqq. – Ad Coloss., III, 22, ssqq. ; IV, 1.[]
  2. Matthæi, XXV, 35, sqq.[]
  3. Lactantius Divin. Institution. lib. V, c. 16, tom. IV. Biblioth. Veterum patrum, Venetiis a Gallandio editae pag. 318.[]
  4. De resurrect. Domini orat. III, tom. III, pag. 420. Operum, edit. Parisien. Anni 1638.[]
  5. Ad Corinh. Ep. I, cap, 55 tom. I, Bibl. Gallandii, p. 35.[]
  6. In Bullar. Rom. edit, typis Mainardi, t. VI. Part. 2, Const. 604. p. 183.[]
  7. In Bullario Benedicti XIV, tom. I. Const. XXXVIII.[]
  8. Apud Raynaldum in Annalibus ecclesiasticis ad ann. 1462 n. 42.[]
fraternité sainte pie X
2 juin 1537
Condamnation et interdiction de l'esclavage des Indiens « et de tout autre peuple connu ou qui viendrait à être découvert »
Paul III
9 juin 1537
Sur l'interdiction de l'esclavage des Indiens d'Amérique
Paul III
29 mai 1537
Interdiction de l'esclavage des Indiens d'Amérique
Paul III
4 octobre 1833
Condamnation d'un mouvement de fausse réforme menaçant l'Eglise
Grégoire XVI
15 août 1832
Condamnation du libéralisme et de l’indifférentisme religieux
Grégoire XVI
25 juin 1834
Condamnation de l'indifférentisme et du libéralisme de Lamennais et de son livre "Paroles d'un croyant"
Grégoire XVI
8 mai 1844
Sur l'étude et l'interprétation de la Bible.
Grégoire XVI
13 février 1905
Sur les «  Citations implicites  » dans l’Écriture
Commission Biblique PontificaleSaint Pie X