Invocations à l’Enfant Jésus

L'Enfant-Jésus. Crédit : Antoine Mekary / Godong

« Chemin de Bethléem » par saint Alphonse de Liguori, à réci­ter devant la crèche ou le soir en famille.

O mon très doux Jésus, qui êtes des­cen­du du sein du Père par amour pour moi, et qui, par votre incar­na­tion dans le sein de Marie, avez pris la condi­tion d’esclave, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié de nous, cher Enfant Jésus, ayez pitié de nous. » [1]

  1. O mon très doux Jésus, qui, par l’entremise de Marie, avez visi­té Élisabeth et sanc­ti­fié Jean-​Baptiste dans son sein, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  2. O mon très doux Jésus, qui vous êtes enfer­mé pen­dant neuf mois dans le sein de marie, avez embra­sé d’un saint amour son cœur imma­cu­lé, vous êtes offert au Père Éternel pour le salut du monde, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  3. O mon très doux Jésus, né de la tendre Vierge Marie dans une étable, enve­lop­pé de pauvres langes, cou­ché sur le foin dans la crèche, annon­cé par les anges, visi­té par les ber­gers, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  4. O mon très doux Jésus, le jour de la Circoncision appe­lé du doux nom de Jésus, dési­gné comme Sauveur par votre sang et par votre nom, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  5. O mon très doux Jésus, mani­fes­té aux Mages par une étoile, ado­ré par eux dans les bras de Marie, com­blé “or, d’en­cens et de myrrhe, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  6. O mon très doux Jésus, pré­sen­té au Temple par Marie, embras­sé par Siméon, mani­fes­té par Anné la pro­phé­tesse, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  7. O mon très doux Jésus, pour­sui­vi à mort par Hérode, conduit en Égypte avec Marie par Joseph, glo­ri­fié par la mort des Saints Innocents, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  8. O mon très doux Jésus, exi­lé en Égypte durant sept ans, éle­vé par Marie avec un amour sans bornes, exter­mi­na­teur des idoles du pays, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  9. O mon très doux Jésus, reve­nu d’Égypte à Nazareth par un voyage très pénible, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  10. O mon très doux Jésus, qui avez vécu dans votre mai­son en com­pa­gnie de Marie et de Joseph, leur obéis­sant en tout ; qui avez mené dans une ate­lier une vie de fatigues et de pau­vre­té, don­nant au monde de grandes preuves de grâces et de sagesse, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »
  11. O mon très doux Jésus, conduit, à l’âge de douze ans, à Jérusalem par Marie et Joseph, cher­ché au milieu des larmes et des gémis­se­ments, retrou­vé dans le Temple après trois jours au milieu des doc­teurs, ayez pitié de nous. — « Ayez pitié, etc. »

℣. Ayez pitié de nous, cher Enfant Jésus.
℟. Ayez pitié de nous

Prions. – Ô mon tout aimable Jésus, fait enfant pour moi, vous avez vou­lu naître dans une étable, pour m’ar­ra­cher aux ténèbres du péché, pour m’attirer à vous, pour m’embraser de votre saint amour. Je vous remer­cie et vous adore en union avec toute la cour céleste, je vous recon­nais pour mon Créateur et mon Dieu, pour mon Rédempteur et mon Dieu ; je vous choi­sis pour mon Seigneur et mon Roi, et pour tri­but je vous offre toutes les affec­tions de mon misé­rable cœur. Ô mon cher Trésor, accep­tez cette offrande par pure misé­ri­corde, et afin qu’elle devienne digne d’un Dieu, pardonnez-​moi, éclairez-​moi, sanctifiez-​moi, enflammez-​moi du feu de votre amour : n’est-​ce pas pour l’al­lu­mer dans nos cœurs que vous êtes venu sur la terre ? Oui, que mon âme soit un holo­causte per­pé­tuel en votre hon­neur, qu’elle pour­suive sans cesse votre plus grande gloire ici-​bas, afin qu’elle par­vienne à pos­sé­der un jour là-​haut votre infi­nie Beauté.
Et vous, Très sainte Vierge Marie, avec saint Joseph votre époux, sup­pliez le divin petit Enfant de m’exau­cer. – Ainsi soit-il.

Source : Alfonso de Liguori, Noël – Neuvaines et méditations. 

Notes de bas de page

  1. On peut, si on le veut, ajou­ter un « Pater », un « Ave » et un « Gloria » à chaque invo­ca­tion.[]