Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   La Survie du Sacerdoce - Abbé Ludovic Girod - Juillet 2008

Accès au dossier spécial "20 après les sacres"
Accès aux archives des textes officiels du district de France
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

 

La survie du sacerdoce

La sainte Ampoule n° 165 de juillet 2008


Abbé Ludovic Girod

Nous fêtons en ce début d’été un anniversaire de taille, celui des vingt ans des sacres épiscopaux conférés à nos quatre évêques par Monseigneur Marcel Lefebvre. C’était le 30 juin 1988. Et avec une certaine fierté je puis dire, comme mes deux confrères : « j’y étais ». Sauf qu’eux étaient déjà soit diacre, soit prêtre depuis cinq ans, alors que je n’étais qu’un petit lycéen sortant de son bac de français et embauché comme moniteur pour un camp de la Croisade Eucharistique.

La cérémonie, grandiose sous cette cathédrale de toile dressée au pied des montagnes du Valais, fut un véritable événement historique, ce fut l’ « opération survie » de la Tradition, c’est-à-dire de la foi catholique et du sacerdoce catholique. De ce séjour à Ecône, je me rappelle la foule nombreuse et reconnaissante du jour des sacres, mais aussi l’atmosphère bien plus calme du séminaire dans les premiers jours de juillet. L’évêque de fer, calme et souriant, mangeait à la table commune qui rassemblait le nombre plus réduit des résidents estivaux du séminaire. Un séminariste me proposa de le remplacer pour servir la messe privée de Monseigneur : je m’empressais d’accepter, non sans avoir failli y perdre mon latin à cause de l’émotion.

Mais fi des souvenirs personnels : il nous faut vingt ans après remercier Monseigneur pour sa clairvoyance, sa prudence surnaturelle et son courage.

Car vingt ans après, nous voyons bien que la crise que traverse l’Eglise n’est pas un petit rhum des foins qu’il suffit de laisser passer. C’est une crise de la foi dont les effets dévastateurs se révèlent mois après mois à travers la crise des vocations, la fermeture des églises et leur démolition programmée, l’alignement complet des écoles catholiques sur les écoles républicaines, l’apostasie des pays autrefois catholiques qui se gargarisent de laïcisme avant de devoir courber le front sous le yatagan de l’Islam. Monseigneur a réagi comme un évêque devait le faire : en fondant des séminaires et en y assurant à la fois une solide formation doctrinale et une profonde éducation spirituelle : « doctrina cum pietate ».

Et cette oeuvre avait besoin d’évêques pour continuer. Alors que les autorités vaticanes, après des mois de tractation, refusaient d’arrêter une date précise mais laissaient traîner les choses, Monseigneur décida de passer outre le mandat pontifical au vu de l’état de grave nécessité dans lequel se trouvait l’Eglise. Il encourut pour cela les épithètes infamantes de schismatiques et d’excommunié.

Merci Monseigneur ! Si la Tradition est bien vivante un peu partout dans le monde, c’est bien le fruit béni des sacres de 1988. Si le Motu Proprio de juillet dernier déclarant enfin que la messe de saint Pie V n’avait jamais été abrogée a pu être publié par Benoît XVI, c’est que vos prêtres ont continué à la célébrer contre et marées. Même les communautés dites Ecclesia Dei doivent aussi, paradoxalement, leur existence à Mgr Lefebvre. Car Ecclesia Dei est le nom du Motu Proprio de Jean-Paul II qui l’excommunie et qualifie son acte de schismatique. Et si ces communautés obtiennent quelques miettes d’apostolat d’épiscopats modernistes, c’est souvent parce que la Fraternité Saint Pie X exerce déjà non loin son ministère.

Il est tout de même symptomatique que le seul lieu de culte accordé à l’Institut du Bon Pasteur, à l’exception de Saint-Eloi à Bordeaux et de l’église de Courtalain, soit l’église de Rolleboise, dans le diocèse de Versailles, située à moins de 10 km du prieuré de Mantes-la-Jolie. Et l’Abbé Laguérie, Philippe, qui a conservé le sens de l’humour malgré qu’il en ait, n’hésite pas à qualifier de « fructueuse » cette collaboration (blog de l’Abbé Laguérie, article du 31/01/08).

L’Institut du Christ Roi vient d’obtenir un lieu d’apostolat dans l’immense Afrique. Je vous laisse deviner l’endroit : au Gabon, à Libreville, tout près de notre Mission Saint Pie X.

Mais si Monseigneur a permis la survie de la Tradition, c’est à chacun d’entre nous à travailler à son extension dans l’espace, à sa pérennité dans le temps et surtout à sa restauration dans l’Eglise. Pour cela, il faut des prêtres, de nombreux prêtres, qui offrent aux quatre coins du globe le sacrifice de la croix renouvelé sur nos autels, afin que le sang rédempteur de la Passion sanctifie jour après jour les âmes chrétiennes. Un jeune homme fidèle à sa vocation, ce sont des milliers d’âmes baptisées, rassasiées de l’Eucharistie, purifiées de leurs péchés, éclairées des vérités de la foi et soutenues sur le chemin qui mène au ciel. Ce sont des centaines, des milliers d’âmes arrachées à l’enfer. Par le seul fait qu’il dise la messe, le prêtre contribue au salut des âmes, même si bien sûr son zèle apostolique doit l’engager à agir sur les âmes elles-mêmes. Dom Marmion écrivait :

« Un prêtre ne ferait-il qu’offrir chaque matin le Saint- Sacrifice – ne l’aurait-il offert qu’une seule fois dans sa vie – il aurait fait quelque chose d’infiniment plus grand que toutes les grandes actions qui passionnent les hommes ».

Mgr Lefebvre écrivait lui-même en 1966 :

«Car quoiqu’il en soit du succès ou de l’insuccès de son apostolat, il sait que par le Saint Sacrifice Eucharistique il accomplit l’acte essentiel de son sacerdoce par lequel il offre tous ceux auxquels il est envoyé, par lequel les bénédictions de Dieu descendent sur le monde et sur ceux qui l’entourent en particulier ».

Le monde a besoin de prêtres, comme une moisson arrivée à maturité a besoin des moissonneurs : il faut prier sans relâche le Maître de la moisson d’y envoyer des ouvriers.

Abbé Ludovic Girod

 

[1) Pour s'abonner à la Sainte Ampoule :

Prieuré Notre-Dame-de-Fatima
3, rue Charles Barbelet
51360 Prunay

Accéder aux archives de La Sainte Ampoule

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messe et retraite
Océan Indien
en octobre 2017

11 au 16 oct. messe à Madagascar
17 au 21 octobre, retraite spirituelle
à La Réunion


Catéchisme n° 77
La loi, définition


Bulletins et revues
Montgardin - Le Petit Echo de N-D : 800 ans de la Custodie de Terre Sainte
La Malle aux Mille Trésors n° 59 de septembre-octobre
Foyers Ardents : Merci à nos maris,
par M. du Tertre;
le quinze août, par
le Père Joseph

Fideliter 238
La correspondance inédite d'un prêtre
fidèle

Courrier de Rome - Ordre de Malte (Pr. Pasqualucci); Sola scriptura (Abbé Citati)
Vers les sommets - Ton mot d'ordre :
Piété, abbé Gérard

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Samedi 23 septembre 2017
07:41 19:45

  Suivez notre fil RSS