Accueil     Sommaire     Ordo     Lieux de culte     Cours de catéchisme     Vidéos     Nous aider     Dons en ligne     Liens     Contact     Rechercher     Privé  

Les insolites de LPL

   Un cardinal peut-il prononcer la profession de foi de l’Islam ? - Les aveux télévisés de Mgr Barbarin

Accès au dossier concernant la crise de l'Eglise
Accès aux pages réservées aux aberrations liturgiques
Accès aux pages réservées aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Accès à notre dossier sur la compromission des hommes d'Eglise avec l'islam
Accès aux archives de la vidéothèque de La Porte Latine

Un cardinal peut-il prononcer la chahâda, la profession de foi de l’Islam ?

Oui, déclare Mgr Barbarin, Primat des Gaules, qui incite les catholiques à faire de même

A l’occasion d’une conférence prononcée dans la cathédrale de Versailles le 4 janvier 2011, l’archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, prince de l’Église et primat des Gaules, s’est vanté d’avoir appris par cœur la chahâda (1) pour la réciter au chevet des musulmans mourants. La chahâda n’est pas une phrase banale. Elle est le premier des cinq piliers de l’Islam. C’est la profession de foi qui permet de reconnaître un musulman : « Il n’est pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète». (2)

Le cardinal indique qu’intérieurement, il conserve ses convictions catholiques. Pourtant, en prononçant extérieurement un acte de foi musulmane, il fait gravement croire qu’il deviendrait ministre de tous les cultes. Alors qu’il a reçu de l’Église les pouvoirs pour administrer les sacrements, il laisse entendre qu’il pourrait prodiguer une aide religieuse provenant de l’Islam, une religion qui écarte de Jésus Christ et de sa divinité. De plus, sa duplicité avouée fait planer un doute grave sur la valeur des mots qu’il pourrait prononcer, notamment lors de ses prêches. Au-delà de l’immense scandale provoqué, il laisse penser qu’un acte de foi ne serait que pure banalité et qu’on ne serait guère obligé de croire ce que l’on dit. Si vraiment le musulman est mourant, s’attend-t-il à ce que le catholique l’assistant sache par cœur la chahâda ? De véritables prières à Notre Seigneur et de simples paroles le confiant à la miséricorde d’un Dieu amour ne sont-elles pas les seuls moyens efficaces ? Non, pour ceux qui visent avant tout à ménager les hommes plutôt que de louer et invoquer Jésus Christ, unique voie de salut.

On voit jusqu’où vont les ravages de la déclaration Nostra Aetate (3) qui considère avec bienveillance les autres religions. Ainsi, ce qu’il importerait de pratiquer au chevet d’un mourant, ce n’est pas de lui faire approcher la vérité, ce n’est pas de lui faire goûter l’amour de Dieu, ce n’est pas de prier pour son âme, c’est de ménager sa « conscience » pour se faire bien voir de lui, c’est de lui ôter l’unique espoir de lui faire découvrir le Ciel parce qu’on lui aura substitué le nouveau dogme de la liberté de conscience, laquelle risquera de le rendre esclave d'une voie qui l’écartera de l’Éternité.

Plus loin, dans cette conférence, le cardinal parle des changements de religion (Musulmans devenant Chrétiens, Chrétiens devenant Musulmans). Il présente ces changements sur un même niveau, évitant de montrer que dans un cas il s’agit d’une adhésion à Dieu et dans l’autre d’une perte de la vie de la grâce. Devant le Saint-Sacrement et en face d’un public composé de prêtres et de fidèles catholiques, le cardinal se contente d’évoquer comme problème résultant de ces modifications confessionnelles les différends occasionnés dans les familles respectives…

À l’heure où l’Islam conquiert le sol de la fille aînée de l’Église, nous ne pouvons que nous émouvoir et nous indigner de voir ces propos ambigus et complices endormir les consciences des Chrétiens. Pensant fermement qu’il ne peut y avoir d’amour du prochain lorsqu’on le maintient consciemment dans son erreur, nous désirons, pour notre part, honorer la mémoire de tous les martyrs qui n’ont pas transigé et sont tombés sous les coups de ceux qui prononçaient la chahâda sur leurs cadavres parce qu'ils refusaient de faire leur cette fausse profession de foi. Nous préférons écouter et enseigner l’Évangile de Jésus Christ :

« Qui n’est pas avec moi est contre moi et qui n’amasse pas avec moi dissipe ».

 

La vidéo des confidences du cardinal Barbarin au Synode - 4 janvier 2011 à Versailles [17' 33'']

Extrait de la conférence de 1 H 35 donnée en la cathédrale Saint-Louis de Versailles
le 4 janvier 2011 sur "l'expérience du dialogue inter-religieux"

 

Notes

(1) Chahâda : (témoignage) qui signifie « attestation » ou « témoignage de foi » en arabe, est le premier des piliers de l'islam. Elle est directement liée au principe de l'unicité de Dieu et l'opposition formelle et agressive du dogme de la Sainte Trinité.Cette profession de foi musulmane est très brève : اشهد ان لآ اِلَـهَ اِلا الله و أشهد ان محمدا رسول الله (Achhadou an lâ ilâha illa-llâh, washadou ana muhammadun rasûlu-llâhi), pouvant se traduire par « « Il n’est pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète».

(2) Yves Daoudal déclare dans un message sur le FC en date du 24 février 2011 : "Aucun laïc, aucun prêtre, aucun évêque ne peut dire la chahada, en quelque circonstance que ce soit. Car la chahada est D'ABORD une condamnation du christianisme. C'est pourquoi la chahada est la seule et unique "profession de foi" religieuse qui commence par une négation: "J'atteste qu'il N'y a PAS d'autre Dieu que le Dieu unique (du Coran) et que Mahomet est son prophète." La première partie est une négation de la Trinité (et c'est compris ainsi par les théologiens musulmans), la deuxième partie est une négation du Christ."

(3) Nostra Ætate est la Déclaration sur l'Église et les Religions Non-Chrétiennes du Concile Vatican II. Elle a été promulguée le 28 octobre 1965 par le pape Paul VI, ayant été votée 2 221 voix pour et 88 voix contre lors du dernier concile.
Son titre signifie À notre époque en latin.

Chapitre 3 de la déclaration Nostra Aetate sur l'Eglise et les religions non chrétiennes

- Decretum de Ecclesiae Habitudine ad religiones non-christianas Nostra Aetate AAS 58

Ch.3. Ecclesia cum aestimatione quoque Muslimos respicit qui unicum Deum adorant, viventem et subsistentem, misericordem et omnipotentem, Creatorem caeli et terrae[5], homines allocutum, cuius occultis etiam decretis toto animo se submittere student, sicut Deo se submisit Abraham ad quem fides islamica libenter sese refert. Iesum, quem quidem ut Deum non agnoscunt, ut prophetam tamen venerantur, matremque eius virginalem honorant Mariam et aliquando eam devote etiam invocant. Diem insuper iudicii expectant cum Deus omnes homines resuscitatos remunerabit. Exinde vitam moralem aestimant et Deum maxime in oratione, eleemosynis et ieiunio colunt.
Quodsi in decursu saeculorum inter Christianos et Muslimos non paucae dissensiones er inimicitiae exortae sint, Sacrosancta Synodus omnes exhortatur, ut, praeterita obliviscentes, se ad comprehensionem mutuam sincere exerceant et pro omnibus hominibus iustitiam socialem, bona moralia necnon pacem et libertatem communiter tueantur et promoveant.

- Déclaration Nostra Aetate sur l'Eglise et les religions non chrétiennes

Ch.3. L'Eglise regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu Un, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de ta terre[5], qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s'ils sont cachés, comme s'est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers. Bien qu'ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète; ils honorent sa mère virginale, Marie, et parfois même l'invoquent avec piété. De plus, ils attendent le jour du jugement où Dieu rétribuera tous les hommes ressuscités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l'aumône et le jeûne.
Si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s'efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu'à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté.

- The Declaration Nostra Aetate on the relationship of the Church to non-Christian religions"

Ch.3. The Church regards with esteem also the Moslems. They adore the one God, living and subsisting in Himself; merciful and all- powerful, the Creator of heaven and earth[5], who has spoken to men; they take pains to submit wholeheartedly to even His inscrutable decrees, just as Abraham, with whom the faith of Islam takes pleasure in linking itself, submitted to God. Though they do not acknowledge Jesus as God, they revere Him as a prophet. They also honor Mary, His virgin Mother; at times they even call on her with devotion. In addition, they await the day of judgment when God will render their deserts to all those who have been raised up from the dead. Finally, they value the moral life and worship God especially through prayer, almsgiving and fasting.
Since in the course of centuries not a few quarrels and hostilities have arisen between Christians and Moslems, this sacred synod urges all to forget the past and to work sincerely for mutual understanding and to preserve as well as to promote together for the benefit of all mankind social justice and moral welfare, as well as peace and freedom.

[5] Cfr. S. Gregorios VII., Epist. III, 21 ad Anazir (Al-Nãsir), regem Mauritaniae, ed. E. Caspar in MGH, Ep. Sel. II (1920) I, p. 288, 11-15; PL 148, 451 A.

 

 

Autre scandale couvert par le cardinal Barbarin le 20 septembre 2009

"Grand trouble" en la Cathédrale St-Jean-Baptiste de Lyon - 20 sept. 2009

 

 

 


  Recevez par email nos mises à jour


Institut St-Pie X
Leçon inaugurale
Conférences
du lundi

Cours d'histoire
de l'Art chrétien

Cours de
latin vivant


Soutane, burkini…
Des habits qui
en disent long


Fideliter n° 232
Mes souvenirs
de Pie XI et de Rome


Prieuré de Lyon
Achetez les DVD
de l'inauguration
et des confirmations


Catéchisme n° 53
Notre Seigneur
se manifeste
aux Apôtres


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017


Centenaire apparitions
19-20 août 2017 :
pèlerinage de la
Tradition à Fatima

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 100 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2016
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 29 septembre 2016
07:50 19:32

  Suivez notre fil RSS