Grande cérémonie de consécration des vierges chez les bénédictines de Perdechat

Ces voeux solen­nels sont les pre­miers depuis le démé­na­ge­ment en 2008 du monas­tère de Notre-​Dame-​de-​Toute Confiance (Lamairé) à Perdechat près de Bellaigue. Trois reli­gieuses se sont enga­gées pour tou­jours dans la pha­lange de saint Benoît, tro­quant leur voile blanc pour le voile noir, cou­leur du renon­ce­ment et de la mort au monde. Leur église de Perdechat étant en grands tra­vaux, c’est dans l’ab­ba­tiale des moines, leurs voi­sins, que se dérou­la la céré­mo­nie, devant une belle assem­blée de parents et amis, mal­gré les fri­mas, le gel et la neige qui ont agré­men­té cet hiver.

La consé­cra­tion des vierges remonte aux temps antiques du IV° siècle. D’abord pour toute reli­gieuse dans le monde, la céré­mo­nie fut ensuite réser­vée aux soeurs cloî­trées, mais finit par être aban­don­née auXII° siècle, au temps de sainte Gertrude, sauf chez les cis­ter­ciennes et les char­treuses. Dom Guéranger devait res­tau­rer cette consé­cra­tion au xixe siècle, l’u­nis­sant à l’é­mis­sion des voeux per­pé­tuels. Cette longue céré­mo­nie, chan­tée de bout en bout, ras­semble des textes de la tra­di­tion chré­tienne et monas­tique la plus véné­rable : la remar­quable pré­face consé­cra­toire, com­po­sée par saint Léon le Grand pour la consé­cra­tion de sa propre soeur, en est le som­met, mais aus­si une dizaine d’an­tiennes tirées de l’of­fice de sainte Agnès, leur modèle, avec le célèbre Veni, spon­sa Christi. Les reli­gieuses étant assi­mi­lées à des diacres, la consé­cra­tion se place au coeur de la messe entre le gra­duel et l’al­lé­luia. Les vierges s’a­vancent, cierge en main – les vierges sages de l’Évangile – et se pros­ternent durant les lita­nies des saints. Elles sont consa­crées par la pré­face puis reçoivent les insignes, voile, coule, anneau, cou­ronne de fleurs et enfin le bré­viaire car, comme les diacres, elles sont appe­lées à chan­ter les louanges divines pour l’Église ex offi­cio.

Cette consé­cra­tion, propre à l’ordre béné­dic­tin, s’ac­com­plit dans la neu­vième année de vie reli­gieuse, après six ans de voeux tem­po­raires. Déjà pour l’an pro­chain, s’an­nonce une nou­velle consé­cra­tion, mais dans l’im­mé­diat, deux reli­gieuses émet­tront leurs voeux tem­po­raires à la Pentecôte et deux rece­vront l’ha­bit des mains de Mgr Alfonso de Galarreta, le 1er juin.

Dans son ser­mon, le père Placide a insis­té sur le mys­tère de l’é­glise, épouse sans tache ni ride du Christ Sauveur, ce que la vierge consa­crée a pour mis­sion de rendre visible au coeur de la chré­tien­té. Ainsi sont affer­mis les autres membres du corps mys­tique alors qu’ils che­minent in via.

Au sein du cloître béné­dic­tin, cette vie déjà céleste, que la cou­ronne de fleurs repré­sente au mieux, est la lumière même des Béatitudes de l’Évangile qui donne à tous l’as­su­rance qu’en elles, qu’en nous, « la grâce n’a pas été vaine ».

Extrait de Fideliter n° 213

Pour aider aux travaux de l’abbaye

Association est habi­li­tée à déli­vrer des reçus fis­caux. S’adresser à :

Notre-​Dame de Toute Confiance
Perdechat
63 330-Virlet