logos-lpl-separator-blc

Mgr Huonder rappelle que la Bible considère l’homosexualité comme une abomination punie de mort

Mgr Vitus Huonder, évêque de Coire en Suisse, lors de son allocution à Fulda le 31 juillet 2015

Un évêque suisse rappelle que la Bible punit de mort les homosexuels. Il s’agit de l’évêque de Coire, Mgr Vitus Huonder, qui évoque deux versets du Lévitique où il est question d’abomination et de mise à mort des homosexuels pour recadrer, selon lui, la question de l’homosexualité.

Pink Cross, la faîtière des organisations gaies suisses, exige des excuses. De son côté, Médias-Presse-Infos félicite le prélat pour son courage et titre : « Mgr Huonder rappelle que la Bible considère l’homosexualité comme une abomination punie de mort ».

Pris à partie par la « grande presse », Mgr Huonder persiste et signe même s’il dit «avoir été mal compris» et précise dans une déclaration publiée lundi sur le site du diocèse qu’il «ne voulait en aucun cas déprécier les homosexuels», lors de son discours tenu vendredi en Allemagne, au congrès du Forum Deutscher Katholiken.

La Porte Latine

Note de la rédaction de La Porte Latine :
il est bien entendu que les commentaires repris dans la presse extérieure à la FSSPX
ne sont en aucun cas une quelconque adhésion à ce qui y est écrit par ailleurs.

Article du Temps, journal suisse, qui relaie les indignations des groupes gais

« Chaque année tout le gratin du catholicisme conservateur allemand aime à se réunir à l’enseigne du congrès du Forum Deutscher Katholiken : on y croise une brochette d’évêques, d’archevêques et de cardinaux, de politiciens de la CDU/CSU dont on dira qu’ils défendent une vision traditionnelle du christianisme romain. Mais c’est une frange qui a, dans certains Länder, pignon sur rue. Un prince modère certains débats, Alois Konstantin Fürst zu Löwenstein; une comtesse galvanise les esprits, Johanna Gräfin von Westphalen. Cette année, le congrès, qui s’est achevé ce dimanche 2 août à Fulda dans le land de Hesse, débat du mariage et de la famille sous le titre: «Ehe und Familie – gottgewollter Auftrag und Weg zum Glück», soit «mariage et famille – une mission voulue par Dieu et une voie vers le bonheur». Parmi les invités du congrès, un hôte de marque venu de Suisse: l’évêque de Coire, Mgr Vitus Huonder, connu pour ses positions ultra-conservatrices et le fait qu’il s’exprime souvent avec une franchise brutale sur ces questions de société. Ce 31 juillet, cela n’a pas manqué, comme nous l’apprend le site LGBT allemand queer.de, qui, au-delà des positions conservatrices de l’évêque a surtout été frappé par son recours systématique à des fragments soigneusement choisis de l’Ancien Testament pour condamner l’homosexualité. En l’espèce, c’est dans Lévitique 18, 22 et Lévitique 20, 13 que Vitus Huonder a été pêcher pour charpenter son intervention intitulée: «Le mariage – Cadeau, sacrement et mission».

Un précédent, moins virulent

Dans la batterie argumentative de l’évêque de Coire, Lévitique 18, 22, «Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme; ce serait une abomination», n’étonnera en Suisse plus personne. A l’occasion de la bénédiction d’une union homosexuelle qu’un des prêtres de son diocèse avait effectuée en mars 2015, Vitus Huonder avait déclaré, devant de jeunes prêtres, comme nous le rappelle François Touzain sur le site 360.ch: «Quand les saintes écritures disent que quelque chose est une abomination devant le Seigneur, nous devons, nous les Hommes, ne pas laisser croire que cela arrive par amour, que c’est une bonne chose et que cela pourrait faire l’objet d’une soi-disant bénédiction.»

A Fulda, en Allemagne, ce 31 juillet, Mgr Huonder est monté en puissance: à l’écho de ce verset du Lévitique il en a ajouté un autre, plus violent encore, à l’encontre de la communauté LGBT: Lévitique 20, 13, «Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils font tous les deux est une abomination: ils seront mis à mort, leur sang retombe sur eux.» Contacté par «Le Temps», le rédacteur en chef de queer.de, Norbert Blech, n’en revient toujours pas: «Cet écho donné à ces deux versets du Lévitique et plus spécialement celui où il est question de la mise à mort des homosexuels est, en tous les cas en Allemagne, une chose tout à fait inhabituelle.» Sur les notes du rédacteur en chef prises pendant le discours de Mgr Huonder, on voit trois immenses points d’exclamation qui témoigne de sa surprise… Sur le site de queer.de, Norbert Blech poursuit son compte rendu: «Selon Mgr Huonder, la Bible fixe ici le «cadre divin» […] et il ajoute qu’en matière de praxis homosexuelle, les passages bibliques cités suffiraient à remettre dans la bonne direction la question de l’homosexualité du point de vue de la foi». Applaudissement des membres du Congrès… Colère de Pink Cross Aussitôt connue la substance des propos de l’évêque de Coire, l’association faîtière des organisations gaies suisses, Pink Cross, via son directeur, Bastian Baumann, a vivement protesté: «Un représentant de l’Eglise ne vit pas dans une zone de non droit. Qui argumente de cette manière et dit indirectement que les homosexuels doivent être tués n’est pas un homme d’église, mais un fauteur de haine et un criminel.» L’organisation demande en outre quels moyens juridiques pourraient être mis en œuvre pour mettre un terme à de pareils «discours haineux». Pink Cross exige par ailleurs des excuses officielles pour «ce nouveau dérapage de l’évêque de Coire et encourage la communauté ecclésiale à ne pas tolérer pareil appel à la haine et à la mort».

Article de Mèdias-Presse-Info qui prend la défense de Mgr Huonder

« Mgr Huonder, évêque conservateur de Coire, a courageusement [1] cité la Bible ce 31 juillet à Fulda en Allemagne, lors du congrès Deutscher Katholiken qui rassemble des évêques, des cardinaux et des politiciens de la CDU/CSU. Cette année le thème était «Mariage et famille – une mission voulue par Dieu et une voie vers le bonheur». L’intervention de Mgr Huonder s’intitulait «Le mariage – Cadeau, sacrement et mission».

Lors de son exposé de 45 minutes environ, Mgr Huonder a cité le Lévitique, l’un des livres de la Bible :

«Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils font tous les deux est une abomination : ils seront mis à mort, leur sang retombe sur eux.» Lévitique 20, 13

Et quand Mgr Huonder continue en affirmant qu’il suffit de rappeler ces quelques mots pour entrevoir la pensée divine et qu’en « matière de praxis homosexuelle, les passages bibliques cités suffiraient à remettre dans la bonne direction la question de l’homosexualité du point de vue de la foi », la salle applaudit !!! Comprenons bien ce que dit Mgr Huonder : il ne parle pas d’appliquer une règle qui était en vigueur dans l’ancien testament, il énonce simplement le fait qu’une telle règle nous permet de mieux saisir à quel point Dieu a en horreur ce péché et nous permet ainsi d’en comprendre l’extrême gravité.

Naturellement les associations LGBT n’ont que peu apprécié et crient haro sur l’évêque et demandent que la Bible soit censurée, comme par exemple Bastian Baumann, directeur de l’association Pink Cross :

«Un représentant de l’Eglise ne vit pas dans une zone de non droit. Qui argumente de cette manière et dit indirectement que les homosexuels doivent être tués n’est pas un homme d’église, mais un fauteur de haine et un criminel.»

Voudront-ils aussi interdire les évangiles ainsi que Saint Paul ?

« Ne savez vous donc pas que les injustes n’hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! Ni les débauchés, les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les pédérastes, ni les voleurs, ni les accapareurs, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les filous n’hériteront du Royaume de Dieu. » (1 Corinthiens VI, 9-10).

Mgr Huonder n’a fait que son travail d’évêque, avec courage, et bien seul [2] . C’est autre chose que son confrère Charles Morerod, dit conservateur, qui refusa de qualifier de péché l’homosexualité. »

Le 3 août 2015, sur le site de Coire, Mgr Huonder persiste et signe

L’évêque de Coire «regrette d’avoir été mal compris». Dans une déclaration publiée lundi sur le site du diocèse, Mgr Vitus Huonder précise qu’il «ne voulait en aucun cas déprécier les homosexuels», lors de son discours tenu vendredi en Allemagne, au congrès du Forum Deutscher Katholiken.

Voici comment Le Temps rapporte cette déclaration :

« Lundi, l’évêque confirme avoir «cité plusieurs passages gênants de l’Ancien Testament relatif au mariage, à la sexualité et la famille» sans mentionner le verset en question. Il dit s’être tenu au «catéchisme de l’église catholique, en matière d’homosexualité». S’il déclare ne pas vouloir abaisser les homosexuels, l’évêque conservateur répète que ces derniers «violent la loi naturelle» et qu’ils doivent choisir la voie de la chasteté.

Le docteur en théologie nommé vicaire général du diocèse de Coire en 1990 par le contesté Wolfgang Haas, puis évêque en 2007 par le pape Benoît XVI, n’en est pas à sa première déclaration virulente contre les homosexuels. S’il cite pour la première fois le verset sanglant du Lévitique, le Grison a toujours condamné les relations de couple qui s’écartent du catéchisme catholique.

A l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’homme, le 10 décembre 2013, le religieux avait rédigé une lettre pastorale pour dénoncer la «théorie du genre». «Qu’il y ait des troubles psychiques et physiques de l’identité sexuelle ne justifie pas que l’on supprime les différences fondamentales entre les hommes et les femmes», écrivait-il. Il détaillait alors comment «l’éducation sexuelle immorale» détruisait les piliers de la société.

«Selon la théorie du genre (Genderismus), toute pratique sexuelle (lesbiennes, gays, bisexuelles, transsexuelles) est équivalente à l’hétérosexualité. Toutes les formes de relations doivent avoir accès au «mariage» et donc aux méthodes artificielles de procréation et d’adoption d’enfants. Les gens sont privés de la boussole morale nécessaire au bon usage de leur liberté, qui leur permet de remplir leur tâche de parents, de mère ou de père», martèle l’évêque.

[…]

Vitus Huonder ne s’est jamais écarté de cette ligne ultra-conservatrice. Cet hiver, il faisait de nouveau les grands titres en exigeant d’un prêtre qui avait béni une union homosexuelle à Bürglen (Uri) de quitter son église. La nouvelle avait provoqué une vague d’indignation. La communauté avait lancé une pétition et récolté plus de 40 000 signatures.

Le prêtre a pu finalement conserver sa place en promettant fin avril de ne plus jamais bénir des couples du même sexe. «Je suis prêt à respecter la ligne imposée par l’évêque Vitus Huonder», expliquait-il fin juin à la Neue Luzerner Zeitung. Il ajoutait néanmoins qu’il pourrait reconsidérer sa position, si «l’évêché changeait de ligne». Mais aucun bouleversement n’est en vue. La Conférence des évêques suisses (CES) rappelait cet hiver que tous les individus, y compris homosexuels, pouvaient être bénis, mais «pas leur union». Vitus Huonder avait déjà qualifié ces actes d’«abomination devant le Seigneur».

[…]

Vitus Huonder devrait quitter le diocèse en 2017, à l’occasion de ses 75 ans. »

Sources : Le Temps/MPI/http://www.bistum-chur.ch/LPL du 4 août 2015

Notes de bas de page

  1. Voir ICI[]
  2. Lire aussi : Mgr Vitus Huonder, évêque de Coire en Suisse, rappelle les règles liturgiques du 8 novembre 2012.[]
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
fraternité sainte pie X

Articles en relation