logos-lpl-separator-blc

Avis de décès et funérailles de Grégoire-Marie Meugniot

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Communiqué du Doyenné d’Aquitaine
Bordeaux-Saintes, le 4 juin 2007

Grégoire-Marie Meugniot est décédé aux premières heures de ce dimanche de la Trinité.
Atteint d’une leucémie aigüe à l’âge de 9 mois, après un traitement sévère, il fut l’un des premiers greffés en France.
Sa famille a toujours attribué sa guérison à l’intervention de la Très Sainte Vierge. Il portera toujours les séquelles de sa chimiothérapie et apprit à vivre normalement avec un corps diminué et soumis aux examens hospitaliers mensuels. Pensionnaire à Saint Michel de Chateauroux, il y suivit toute sa scolarité malgré ses handicaps et empocha son Bac en 2006.
Le silencieux et religieux dévouement des Frères de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X dont il était entouré à l’école l’amena à demander à y être admis. Les Supérieurs ne pouvant le recevoir pour raison de santé, il fit sa demande d’entrée dans le Tiers Ordre de la FSSPX. .
Depuis quelques années, son cour qui ne suffisait plus, lui faisait enchaîner les séjours à l’hôpital sans altérer jamais sa bonne humeur. Jamais on ne l’entendit se plaindre.
Présent au pèlerinage de Chartres à Montmartre, il participa à la chorale de Saint Michel et c’est en cette occasion qu’il se confessa et communia pour la dernière fois, « pour les prêtres ».
Le mardi de Pentecôte, il entrait à l’hôpital pour une coronographie. C’est au cours de cet examen que le cour lâcha. Il ne sortit de son coma que pour se présenter devant son Juge, à l’aube de la Fête de la Trinité.

La messe de sépulture aura lieu à Saintes (17) en l’église Saint-Eutrope, le samedi 9 juin à 10 H 30. Il sera inhumé dans le cimetière de Salignac à côté du domicile de ses parents.