logos-lpl-separator-blc

Mercredi 26 octobre 2011 : le coran sur l’autel de l’église Saint-Sauveur d’Arras !

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Mercredi 26 octobre, une rencontre interreligieuse s’est déroulée à Arras, dans l’église Saint Sauveur.

Mgr Jeager a accueilli musulmans, juifs, orthodoxes, protestants, anglicans. Chacun y est allé de sa prière faisant de cette cérémonie un véritable scandale relativiste toujours dans la ligne d’Assise 1986 voulue et revendiquée par le « bienheureux » Jean-Paul II.

Et chaque religion a apporté un objet « sacré » qui a été placé sur l’autel. C’est ainsi qu’à côté d’une icône et de la Bible, on peut y voir le Coran :

Le coran grand ouvert sur l’autel de l’église Saint-Sauveur d’Arras !

On peut lire avec effarement sur le site officiel du diocèse d’Arras; sous la main de son initiateur, le Père Gabriel Berthe :

Veillée interreligieuse Arras-St Sauveur – Faire mémoire de la rencontre d’Assise 1986

Dans un même élan, des croyants de plusieurs confessions se sont rassemblés « au nom de Dieu le clément et le miséricordieux » Coran

L’abbé Gabriel Berthe est heureux d’accueillir et de présenter chacune des communautés.

Une procession s’avance alors dans l’église : le cierge pascal, les livres sacrés, l’icône portés par un membre de chaque communauté : église orthodoxe, culte musulman, église réformée, église catholique.

Puis, pour nourrir ce temps en commun, un bouquet de textes sacrés est proposé :

Mohammed Messaoudi puise cette sourate dans le Coran : « …sont égaux pour Lui celui parmi vous qui tient secrète sa Parole et celui qui la divulgue… »

Dans la Genèse, le chapitre 18 rapporte comment Abraham accueille trois étrangers sous sa tente ; « aujourd’hui, il faut être attentifs à ceux qui viennent frapper à notre porte ; les étrangers sont porteurs de Dieu dans leur grande pauvreté. » P. Pasquier, église orthodoxe.

Le pasteur Robin Sauter choisit ce verset du Deutéronome chap. 6 : « Le Seigneur notre Dieu est le Seigneur UN » ; nous célébrons un seul et même Dieu, voilà qui nous pousse à nous respecter les uns les autres. Puis il proclame le psaume 46, une invitation à la paix entre les peuples : « Lâchez les armes ; reconnaissez que je suis Dieu ».

Marguerite Audibert lit la lettre de St Paul à Timothée : « Il n’y a qu’un seul Dieu, un seul médiateur aussi entre Dieu et les hommes, un homme : Christ Jésus qui s’est livré pour tous.»

« Voilà qui affirme de façon symbolique que nous trouvons dans ces textes une lumière pour aujourd’hui ; diversité des peuples mais foi en un Dieu père de tous les hommes ; nous croyons que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous sépare ; face à la tentation du repli identitaire, le dialogue inter – religieux est une condition pour un monde de paix . »

Voilà comment un prêtre « catholique », sous le pape régnant Benoît XVI, commet sans aucun état d’âme un sacrilège de plus dans la droite ligne d’illustres prédécesseurs :

Cette liste n’est malheureusement pas exhaustive. Pendant ce temps, on refuse les églises aux catholiques de Tradition sous le prétexte qu’ils ne seraient pas en totale communion avec Rome.

Mais, comme l’a si bien dit Mgr Bernard Fellay, « de quelle Rome nous parle-t-on » ?