logos-lpl-separator-blc

Message du 10 juillet 2013 pour la fin du Ramadan signé de la main du pape

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

A l’occasion de la fin du Ramadan et de l’Aïd al-Fitr, le pape François a signé de sa main, le 10 juillet, un message de vœux aux musulmans, qui a été publié le 2 août 2013.

Il est désormais de tradition qu’en cette occasion le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux vous adresse un message de vœux, accompagné d’un thème en vue d’une réflexion commune. Cette année, la première de mon pontificat, j’ai décidé de signer moi-même ce message traditionnel et de vous l’envoyer, chers amis, comme expression d’estime et d’amitié envers tous les musulmans, spécialement envers leurs chefs religieux. […]Pour en venir maintenant au respect mutuel dans les relations interreligieuses, notamment entre chrétiens et musulmans, ce que nous sommes appelés à respecter c’est la religion de l’autre, ses enseignements, ses symboles et ses valeurs. […] En ce qui concerne l’éducation des jeunes musulmans et chrétiens, nous devons encourager nos jeunes à penser et à parler de manière respectueuse des autres religions et de ceux qui les pratiquent en évitant de ridiculiser ou de dénigrer leurs convictions et leurs rites. […] Recevant le Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, le 22 mars 2013, j’ai affirmé : « On ne peut vivre des liens véritables avec Dieu en ignorant les autres. Pour cela, il est important d’intensifier le dialogue entre les différentes religions, je pense surtout au dialogue avec l’islam, et j’ai beaucoup apprécié la présence, durant la messe du début de mon ministère, de nombreuses autorités civiles et religieuses du monde islamique. »

L’abbé Régis de Cacqueray protestait le 6 août 2013 :

Lorsque des papes, par leurs gestes, comme le baiser du Coran, ou par leurs écrits, quand ils souhaitent une bonne fête de l’Aïd al-Fitr, confortent les musulmans dans la pratique de l’Islam, nous ne pouvons qu’être bouleversés ! Ce faisant, ils semblent perdre de vue la nécessité qu’ont les âmes de s’éloigner de ces chemins qui ne mènent pas et ne pourront jamais mener au salut [1].

Peu après, le 10 septembre, L’Œuvre d’Orient publiait la liste des destructions de lieux de culte chrétien en Égypte depuis le 14 août (en moins d’un mois) : 38 églises pillées, saccagées et brûlées entièrement ou bombardées, 22 églises attaquées par jets de pierres, cocktails Molotov, balles et/ou assiégées, 7 écoles et couvents brûlés, 8 installations appartenant aux églises entièrement brûlées, 58 maisons, 16 pharmacies, 85 magasins, 3 hôtels, 75 autocars et voitures appartenant aux Coptes, pillés, saccagés et brûlés entièrement.

La politique du sourire aux musulmans ne semble pas réussir.

Extraits du Sel de la Terre n° 86 – Automne 2013

fraternité sainte pie X