logos-lpl-separator-blc

Profanation à Notre-Dame de Fatima : des hindous adorent leurs « dieux » à l’autel de Fátima – 5 mai 2004

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

n octobre dernier le Portugal News a rapporté la nouvelle du congrès interreligieux qui s’est tenu à Fátima, un des sites les plus sacré du catholicisme, où des représentants des grandes religions ont exploré, à ce qu’il paraît, la possibilité d’ouvrir le sanctuaire à toutes sortes de confessions. Bien que l’hebdomadaire ait reçu beaucoup de lettres et courriels le félicitant de son reportage sur le congrès, des groupes l’ont aussi critiqué en alléguant que Fátima resterait exclusivement catholique.
Aujourd’hui, cependant, nous pouvons annoncer que les premiers pas dans la reconversion de Fátima en un centre pluri-confessionnel ont probablement été faits. Le 5 mai, SIC et SIC Noticias ont rapporté qu’un service religieux hindou s’était tenu dans la chapelle des Apparitions à Fatima. Le reportage diffusé sur SIC semble bien, dans une certaine mesure, confirmer le reportage fait en octobre par le Portugal News.
Une soixantaine d’hindous, mené par un grand prêtre, sont venus de Lisbonne pour faire leurs hommages à la déesse Devi, divinité de la nature. Le reporter de SIC fit la description des hindous qui s’étaient réunis avant leur départ en leur temple pour prier et adorer les différentes statues des dieux hindous. En arrivant à Fátima les pélerins se sont dirigés vers la chapelle des Apparitions où ensuite un prêtre hindou présida à des prières. Le reporter de la télévision fit le commentaire suivant :

« Ceci est un moment unique et sans précédent dans l’histoire du sanctuaire. Le prêtre hindou, ou Sha Tri, prie à l’autel la Shaniti Pa, la prière pour la paix. »

On peut voir les hindous enlever leurs souliers avant d’approcher la balustrade du sanctuaire pendant que le prêtre prononce les prières à l’autel dans le sanctuaire. Pendant le reportage on entend le recteur du Sanctuaire le père Luciano Guerra dire :

« Ces rencontres nous donnent l’opportunité de nous rappeler que nous vivons dans une communauté. »

Après avoir adoré leurs dieux et avoir prié dans la chapelle, on peut voir les hindous être conduits dans une salle d’exposition où se trouve une maquette de la nouvelle basilique controversée qu’on construit en ce moment. Dans un cadre qualifié d’ambassadorial par le commentateur, chaque hindou est accueilli personnellement par l’évêque de Leiria-Fátima, qui s’incline devant le prêtre hindou en répétant son geste d’accueil. On voit alors le prêtre hindou revêtir le recteur du sactuaire de Fatima et l’évêque d’un châle de prêtre hindou. Le reporter décrit la scène aux téléspectateurs :

« Sur les épaules des plus hauts représentants de l’Église à Fátima, le prêtre hindou place un châle portant des inscriptions de la Bagavad Gita, un des livres sacrés de l’hindouisme. »

Le reportage conclut avec des scènes montrant un prêtre hindou allumant un chandelle dans le sanctuaire pendant que ses disciples dansent à l’extérieur de la chapelle des Apparitions en chantant les louanges de leurs dieux. Le commentateur de la TV termine en disant :

« En 1982, un gourou, grand prêtre hindou, est venu de Bombay à Fátima……….Il signa le livre d’honneur tout de suite après le Pape Jean Paul II et sur la même page que Mère Teresa de Calcutta. »

D’autres réactions au rituel hindou : un fidèle de longue date du diocèse de Leira-Fátima était moins réceptif à l’ouverture du sanctuaire aux autres cultes et religions disant au Journal de Leira :

« Je comprend l’ouverture du site aux autres religions. Mais je ne suis pas d’accord avec la pratique de rituels non-catholiques à l’endroit le plus sacré du Sanctuaire. »

L’évêque du diocèse, D. Serafim Ferreira e Silva, a une opinion différente. Il déclarait à un journal de région :

« Nous ne voulons pas être des fondamentalistes, mais être sincère et honnête. »

Source : Portugal’s National Weekend Newspaper (22 mai 2004)